Interviews

Kristina Mladenovic : « C’est un cauchemar ce que l’on vit là »

Éliminée au deuxième tour de l’US Open ce mercredi, la Française Kristina Mladenovic (n°44) estime avoir vécu un cauchemar à New York cette année. Voilà qui explique, en partie, qu’elle se soir effondrée après avoir mené 6-1, 5-1 et avoir eu quatre balles de match à 5-2 dans la deuxième manche.


Ce mercredi, après avoir pourtant mené les débats durant la première partie de la rencontre, la joueuse française Kristina Mladenovic (n°44) s’est effondrée. Elle a finalement été éliminée au deuxième tour de l’US Open par la Russe Varvara Gracheva (n°102) en trois sets 1-6, 7-6 (2), 6-0. Cas contact de Benoît Paire (n°23), testé une première fois positif au Coronavirus samedi dernier puis ensuite négatif ce lundi, la Nordiste semblait à bout en conférence de presse. Elle a ainsi partagé le cauchemar qu’elle vit à New York depuis le week-end dernier, revenant au passage sur sa dégringolade à partir de 5-1 dans la deuxième manche. « Jusqu’à 5-1, je pense que je fais presque tout bien, je joue un très bon tennis », a confessé la Tricolore. « Mais je n’ai pas pu terminer mon match, convertir mes balles de match. Elle a été courageuse, elle s’est accrochée, mais je n’ai pas su saisir mes chances. À 5-2, je me suis simplement effondrée. Je n’ai rien à dire de plus, je suis complètement effondrée. Je jouais super bien au tennis. Je n’ai pas su finir le match. J’étais à un fil, entre l’excellence, et je n’ai pas su convertir le match. Je suis à bout. Je n’ai jamais été dans un état pareil, je ne sais pas l’expliquer, j’étais complètement à bout. »

Strictement surveillée, faisant partie des joueurs qui sont dans la bulle de la bulle new-yorkaise, Mladenovic a ensuite témoigné des conditions dans lesquelles elle vit ce tournoi du Grand Chelem hors du commun. « C’est un cauchemar ce que l’on vit là », a lâché la Nordiste. « Je n’ai qu’une seule envie, c’est retrouver ma liberté. Mais même ça, on ne l’a pas… Il faut se battre pour avoir notre liberté. Je voudrais tellement dire plein de choses sur ce qu’il se passe ici. C’est absolument abominable comment ils nous traitent, mais je n’ai pas envie que ce soit une excuse à ma défaite. Ce n’est pas la faute de l’USTA si je n’ai pas converti mes quatre balles de match, il ne faut pas se tromper ! » Une situation qui semble être clairement la cause de son effondrement et du score très sévère du troisième set. « Le troisième set clairement », a répondu la 44ème mondiale quand on lui a demandé si sa situation lui avait pesé durant la rencontre. « Je ne vais pas chercher d’excuse sur le deuxième, où j’étais à un point de rendre la copie parfaite. Après, c’est le sport, elle y va sur les balles de match, elle est relâchée et moi je me crispe. Le troisième set, je ne saurais pas vous décrire ce que je ressentais. C’était de la détresse, vraiment. Il faudrait s’asseoir avec nous pour vous faire une liste de ce qu’on est en train de subir. Ce n’est même pas acceptable ce qu’ils nous font vivre. Le troisième set est un effondrement total. Je vais m’arrêter là. »

À demi-mot, et sans rentrer dans les détails, Kristina Mladenovic s’est bien fait comprendre : les Tricolores qui ont été en contact avec Paire sont traités d’une manière inacceptable. « Comment vous dire… Quand même pour faire un pas à droite, il faut qu’on demande la permission, qu’on n’a pas de liberté de mouvement, d’identité, de rien », a poursuivi la joueuse française. « J’ai l’impression que l’on est des prisonniers, qu’on est des criminels. Pour le moindre mouvement, il faut demander la permission, alors qu’on est testé tous les jours, qu’on a eu trente tests négatifs ! C’est abominable. Les conditions sont atroces et si j’avais su que jouer quarante minutes aux cartes avec un joueur testé positif, mais finalement négatif, aurait entraîné ces conséquences, je n’aurais jamais mis les pieds à ce tournoi. Je ne sais pas quoi vous dire, on vit un cauchemar. On est impuissant et on ne fait que subir, on n’a le droit de ne rien faire, on est prisonnier de tout. » L’encre semble ne pas avoir fini de couler à ce sujet, d’autant plus que lors de son dernier test, Benoît Paire était négatif.

Crédit photos : @somostenisbr, @WeAreTennisITA, @nypost

À LIRE AUSSI :

US Open – Les joueuses et les joueurs sont-ils réellement dans une bulle sécuritaire à New York ?

Coronavirus – Benoît Paire dénonce la bulle de l’US Open, Kristina Mladenovic et Adrian Mannarino racontent l’enfer qu’ils ont vécu

4 réflexions au sujet de “Kristina Mladenovic : « C’est un cauchemar ce que l’on vit là »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s