Reportages

De Montréal à Toronto, d’Ivan Lendl à Rafael Nadal, revivez les grands classiques de la Rogers Cup

Cette semaine aurait dû avoir lieu le Masters 1000 de Toronto, qui alterne chaque année avec la ville de Montréal. C’est un des nombreux tournois à avoir été annulés à cause de la pandémie de Coronavirus. Ce qui ne va pas nous empêcher de revenir sur son histoire, liée à des grands noms du tennis…


Normalement, à cette période de l’année, le circuit ATP pose ses valises au Canada, pour le sixième Masters 1000 de la saison. Seulement, en cette saison 2020 très spéciale, il n’y aura pas de Rogers Cup, qui aurait dû se dérouler dans la ville de Toronto. Créé en 1881, ce tournoi est le seul à alterner entre deux villes. Ainsi, en 2019, quand ces messieurs jouaient à Montréal, les dames étaient à Toronto. Et inversement d’une année sur l’autre. Mais revenons quelques instants sur l’histoire de ce tournoi prestigieux. Entre 1980 et 1989, Ivan Lendl a remporté le tournoi à six reprises. Après une défaite face à Bjorn Borg en demi-finales pour ses débuts en 1979, il a remporté 22 de ses 23 rencontres au Canada pour s’adjuger trois titres en quatre finales. Quatre ans après sa victoire contre Anders Jarryd lors de la finale de 1983, Lendl est revenu parmi les vainqueurs à Montréal pour récolter la première de ses trois couronnes consécutives. Il a ainsi remporté 15 matches consécutifs entre 1987 et 1989, avec des victoires sur Jimmy Connors, Stefan Edberg, Andre Agassi et John McEnroe. Il a disputé sa dernière finale en 1992, perdant face à Agassi mais terminant avec un record de 57 victoires pour seulement 9 défaites au Canada.

Au début des années 1990, Michael Chang est entré dans le livre des records à Toronto en tant que plus jeune vainqueur de l’histoire du tournoi. Âgé de 18 ans et cinq mois, l’Américain a remporté ses deux premiers matches pour se donner le droit d’affronter Andre Agassi en quarts de finale. Il a vaincu son compatriote malgré un set de retard, éliminant ensuite Pete Sampras en demi-finales pour disputer la finale face à Jay Berger. Une rencontre serrée, remporté au tie break du dernier set. Quelques années plus tard, en 1995, Agassi et Sampras se sont rencontrés en finale à Montréal. Une de leurs cinq finales disputées cette année-là, peut-être le point d’orgue de leur rivalité. Agassi était le champion en titre et il cherchait une troisième victoire cette année-là face son grand rival. Lors d’une rencontre entre les deux meilleurs joueurs du classement ATP, le n°1 mondial Andre Agassi est revenu d’un set de retard et a sauvé six des sept balles de break pour vaincre Sampras en trois sets et remporter son troisième titre au Canada. Le champion s’est démarqué derrière son deuxième service, remportant 65% des points derrière sa deuxième balle, contre 50% pour son adversaire. Sampras avait rapidement pris sa revanche, battant Agassi lors de la finale de l’US Open pour terminer l’année n°1 mondial pour la troisième saison consécutive.

Dans les années 2000, Rafael Nadal s’est imposé en 2005 à sa deuxième participation au tournoi. Il a battu Agassi en finale et a connu le succès tant à Montréal qu’à Toronto. Il a ainsi soulevé le trophée en 2008, puis en 2013, avant de s’imposer à nouveau cinq ans après en 2018. Cette année-là, à Toronto, l’Espagnol a éliminé Stan Wawrinka et Marin Cilic, avant de remporter des victoires en deux sets contre Karen Khachanov et Stefanos Tsitsipas pour devenir seulement le troisième joueur, aux côtés de Lendl et Novak Djokovic, à remporter l’épreuve à quatre reprises. Douze mois plus tard, en 2019 à Montréal, le Majorquin a de nouveau fait parler la poudre pour s’imposer au Canada. Il a ainsi connu aucune difficulté pour vaincre Daniil Medvedev en finale, remportant son 35ème trophée en Masters 1000. Un record.

Et Roger Federer dans tout ça ? Il a remporté deux fois le titre, à Toronto, en 2004 et 2006. En 2004, il avait battu le champion en titre en finale, un certain Andy Roddick. Deux ans plus tard, Federer a de nouveau remporté le titre à Toronto. Le n°1 mondial a été contraint de disputer un set décisif lors de ses quatre derniers matchs, mais a vaincu Dmitry Tursunov, Xavier Malisse, Fernando Gonzalez et Richard Gasquet pour remporter sa deuxième couronne à Toronto. « Les victoires sont davantage venues en combattant, en essayant de réussir chaque coup, en essayant de ne plus jouer de façon fantaisiste, parce que j’étais manifestement dans une lutte », avait déclaré Federer. Depuis, il a atteint quatre nouvelles finales au Canada, mais il n’a jamais soulevé d’autre trophée. Novak Djokovic, quant à lui, a débuté au Canada en 2007, remportant son deuxième titre en Masters 1000 après Miami cette année-là. Après avoir battu Andy Roddick et Rafael Nadal, il était parvenu à se défaire de Federer dans un tie break final à couper le souffle. « J’ai remporté un Masters 1000 à Miami, mais ici j’ai battu le n°3 en quarts de finale, le n°2 en demi-finales et, en finale, j’ai battu le n°1. Je ne peux pas demander plus« , avait déclaré le joueur serbe. « J’ai joué un tennis impressionnant toute la semaine. C’est un rêve devenu réalité. »

Au cours des années 2010, le Français Jo-Wilfried Tsonga s’est également imposé au Canada. Après presque 18 mois sans titre, il a remporté le trophée en 2014 à Toronto. Blessé au genou gauche en 2013, Tsonga a battu quatre joueurs du Top 10 pour remporter le titre. Il a ainsi éliminé Novak Djokovic, triple vainqueur, Andy Murray et Grigor Dimitrov pour atteindre la finale. Lors du dernier match du tournoi, il avait pris le meilleur sur Federer en deux sets, ne lui laissant aucune chance. « J’ai bien joué toute la semaine. J’ai battu beaucoup de bons gars », avait-il déclaré. « C’est une grande réussite parce que j’ai travaillé très dur pour revenir de ma blessure au genou l’année dernière. » En 2015, c’est Andy Murray qui a ajouté un troisième titre à sa collection. Il n’a pas perdu un seul set avant d’arriver en finale pour affronter Djokovic. Là, il a mis fin à une série de 30 victoires consécutives pour le Serbe, après trois heures de jeu. Enfin, en 2017, Alexander Zverev a frôlé la sortie d’entrée face à Richard Gasquet. Mais il s’en est sorti en sauvant trois balles de match et il a poursuivi son parcours jusqu’en finale. Il a ainsi battu Nick Kyrgios, Kevin Anderson et le demi-finaliste surprise Denis Shapovalov pour s’offrir le droit d’affronter Roger Federer. Zverev a gardé son sang-froid lors de la finale, sauvant plusieurs balles de break et donnant au Suisse sa seule défaite en huit finales cette année-là.

Crédit photos : @lequipe, @rogerscup, @realtenis, @MundoDeTenis

À LIRE AUSSI :

ATP Challenger – Stan Wawrinka et Pierre-Hugues Herbert reprendront sur terre battue à Prague dans une semaine

WTA Palerme – Retour gagnant et deuxième titre pour Fiona Ferro

2 réflexions au sujet de “De Montréal à Toronto, d’Ivan Lendl à Rafael Nadal, revivez les grands classiques de la Rogers Cup”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s