Reportages

L’Atlanta Open, première étape des US Open Series où le nom de John Isner règne en maître

Le tournoi d’Atlanta, qui fait partie de la catégorie ATP 250, aurait dû se disputer cette semaine aux États-Unis. Joué sur dur et créé en 2010, il a naturellement vu beaucoup de joueurs américains inscrire leur nom à son palmarès. Focus sur un des plus jeunes tournois du circuit Masculin, qui n’aura malheureusement pas lieu cette année à cause du Coronavirus…


Le Truist Atlanta Open est donc la première étape du circuit ATP de ce que l’on appelle les US Open Series, cette série de tournois sur dur qui permettent aux joueuses et aux joueurs de préparer l’US Open. En font également partie, chez les hommes, le tournoi ATP 500 de Washington, les Masters 1000 du Canada et de Cincinnati, ainsi que le tournoi ATP 250 de Winston-Salem. Mais revenons à Atlanta, tournoi qui aurait dû battre son plein cette semaine. Créé en 2010, le tournoi a vu pas moins de huit éditions remportées par trois joueurs américains : Mardy Fish (2010 et 2011), Andy Roddick (2012) et John Isner, qui devient un record de cinq victoires.

Mardy Fish lors de sa première victoire, en 2010, déjà face à … John Isner !

Le premier triomphe d’Isner remonte à 2013. Pour atteindre la finale, il avait successivement éliminé Christian Harrison, James Blake et Lleyton Hewitt sur son parcours. En finale, il avait dû disputer trois jeux décisifs face au Sud-Africain Kevin Anderson. Il avait d’ailleurs sauvé 11 balles de break au passage pour soulever son premier trophée en Géorgie après 2h54 de jeu. En 2014 et 2015, le géant américain n’avait perdu que deux sets pour conserver par deux fois son titre, réalisant un incroyable triplé dans un tournoi figurant parmi ses favoris. L’année suivante, en 2016, Isner avait perdu en finale face à l’Australien Nick Kyrgios. Ce qui ne l’a pas empêché de retrouver le chemin de la victoire en 2017 et 2018, en battant à chaque fois son compatriote Ryan Harrison en finale, portant son record personnel à cinq victoires à Atlanta.

En 2018, John Isner établissait un record avec cinq victoires…

En 2019, le Truist Atlanta Open a déménagé, d’une rue à une autre de la ville, ce qui a eu un impact positif majeur sur le tournoi. « Nous avons plus d’ombre, plus de climatisation et plus de zones d’activation des ventilateurs », avait ainsi déclaré le directeur du tournoi Eddie Gonzalez. « Nous voulons être connus comme étant amis des joueurs, des fans et des sponsors, et nous avons le sentiment d’avoir accompli cela la première année. » Le joueur américain Reilly Opelka, deux fois demi-finaliste à Atlanta, a remarqué l’amélioration des installations pour les supporters lors de sa quatrième visite à l’événement en cinq ans. « Les sièges à l’intérieur, la zone couverte et ombragée, je pense, sont beaucoup mieux pour les fans », avait-il déclaré l’année dernière. « Nous avons eu un public nombreux et je pense que le stade a beaucoup à voir avec ça. »

Nick Kyrgios, vainqueur en 2016, est un des deux seuls non-américains à s’être imposé à Atlanta

Enfin, revenons quelques instants sur les deux joueurs non-américains à avoir soulevé le trophée au Truist Atlanta Open. Il s’agit de deux Australiens : Nick Kyrgios et Alex de Minaur. En 2016, Kyrgios avait successivement éliminé Jared Donaldson en deux sets, avant deux belles batailles en trois sets face à Fernando Verdasco et Yoshihito Nishioka. Avant de mettre fin au règne de John Isner en finale, qui restait sur quinze victoires consécutives dans le tournoi, lui qui en était le triple vainqueur. Enfin, en 2019, Alex de Minaur a remporté le titre, devenant le plus jeune vainqueur du tournoi. Sur son parcours, il a successivement dominé Bradley Klahn, Bernard Tomic, Reilly Opelka et enfin Taylor Fritz en finale (6-3, 7-6 [2]), pour soulever son deuxième trophée sur le circuit ATP. Il n’avait pas eu à faire face à une seule balle de break de tout le tournoi, devenait seulement le troisième joueur à y parvenir depuis 1991 (Tommy Haas à Memphis en 2007 et John Isner à Newport en 2017).

La saison dernière, Alex de Minaur avait triomphé à Atlanta face à Taylor Fritz
Crédit photos : ATLOpenTennis

À LIRE AUSSI :

Grigor Dimitrov : « J’ai perdu trois kilos. J’étais K.-O. J’ai perdu beaucoup de choses »

Roger Federer de retour pour l’Australian Open en 2021, avec un tournoi disputé avant Melbourne ?

2 réflexions au sujet de “L’Atlanta Open, première étape des US Open Series où le nom de John Isner règne en maître”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s