Reportages

Mikaël Ymer : « Je serais très heureux si je pouvais aussi amener des enfants normaux en Suède à avoir un rêve »

Au mois d’octobre dernier, nous vous avions présenté le Suédois Mikael Ymer (n°68), ce jeune joueur de 21 ans (il aura 22 ans le 9 septembre prochain) qui monte lentement mais sûrement. La saison 2019 a été celle du changement pour lui, après qu’il ait remporté quatre titres en Challenger (avec également une finale remarquée au Challenger de Bordeaux). Ces bons résultats lui ont ainsi permis de rentrer dans le Top 100 de façon durable, et de participer aux Next Gen ATP Finals à Milan.


Sur son site officiel, l’ATP a profité de cette période où le circuit est à l’arrêt pour aller à la rencontre du jeune suédois Mikael Ymer (n°68). Une rencontre riche en enseignements, duquel est ressorti un apprentissage : le cadet de la fratrie Ymer se distingue par le fait qu’il concentre ses efforts sur l’exemple qu’il donne aux enfants. « Je joue pour moi-même, je joue pour ma famille, je joue pour mon pays, mais je pense aussi que je joue pour la prochaine génération », a ainsi déclaré le 68ème joueur mondial pour l’émission Uncovered créée par l’ATP sur son site, via une vidéo. « C’est une chose à laquelle je pense beaucoup. Pas seulement la prochaine génération de joueurs de tennis. Je serais très heureux si je pouvais aussi amener des enfants normaux en Suède à se battre ou à avoir un rêve et à y aller, à croire que peu importe d’où vous venez, vos antécédents ou votre économie. Le fait est que vous pouvez prendre un risque et y aller. »

Il faut savoir que les deux parents de Mikael Ymer ont émigré d’Éthiopie. Son père, Wondwosen, travaille dans une entreprise laitière et sa mère, Kelem, est médecin. Toute la famille Ymer vit désormais à Stockholm, et ce qu’elle partage est une mentalité de travail acharné. « En tant que joueur de tennis, je pense que vous avez un peu une mentalité où vous ne pensez qu’à vous-même, mais l’une des choses les plus importantes pour moi est de rester dans les mémoires comme un bon gars », a ajouté le finaliste du Challenger de Bordeaux en 2019. « C’est très important pour moi d’être gentil avec tout le monde. » Le Suédois a déjà montré qu’il était une future star, remportant quatre titres sur le circuit Challenger l’année dernière. Mikael Ymer s’améliore ainsi rapidement. Après avoir notamment perdu contre l’Italien Jannik Sinner (n°73) ou encore l’Américain Frances Tiafoe (n°81) lors des Next Gen ATP Finals en novembre dernier, il a pris de sérieuses revanches en battant Sinner au tournoi ATP 250 de Montpellier et Tiafoe au tournoi ATP 250 d’Auckland. Avant que le circuit ne soit mis à l’arrêt par la pandémie de Coronavirus.

Cependant, le joueur de 21 ans reste humble concernant ses succès, prenant exemple sur l’ancien n°1 mondial Stefan Edberg, l’une de ses idoles. « La façon dont il se comporte et à quel point il est humble après avoir été l’une des plus grandes légendes m’inspire », avait-il expliqué l’année dernière. « Il traite tout le monde de la même façon, et il a toujours été si gentil non seulement avec moi, mais aussi avec ma famille. » Si son frère Elias Ymer, 24 ans, a grimpé jusqu’à la 105ème place du classement ATP, Mikael Ymer lui est depuis passé devant, puisqu’il est aujourd’hui 68ème joueur mondial. Il espère bien sûr gagner de gros titres sur le circuit ATP, mais il aura toujours l’exemple qu’il donne en tête. « Je n’ai que 21 ans, alors je pense que ce serait un peu surprenant si je savais tout ce qui se passe aujourd’hui », a-t-il conclu. « Ce sont les choses sur lesquelles je travaille quand je ne suis pas sur le court et je tente de déterminer exactement quel genre de modèle je veux être. Il y a bien sûr des choses basiques dans lesquelles je vis, mais j’espère que je pourrai laisser une trace dans le tennis autre que celle d’un simple gars qui est venu frapper des balles jaunes. Je ne sais pas encore comment y parvenir, il faudra un certain temps pour le comprendre. Mais la chose principale que je dirais, c’est d’être un homme du peuple. »

Crédit photos : @EugeneOEA, @DavisCup, @MatthereBattue

À LIRE AUSSI :

Challenge Elite FFT : Adrian Mannarino éliminé, Alizé Cornet et Gilles Simon en quarts de finale

Avec Grigor Dimitrov et Alizé Cornet, l’Ultimate Tennis Showdown sera de retour dès samedi !

2 réflexions au sujet de “Mikaël Ymer : « Je serais très heureux si je pouvais aussi amener des enfants normaux en Suède à avoir un rêve »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s