Il était une fois...

Il était une fois… 2010, le plus long match de l’histoire entre Nicolas Mahut et John Isner à Wimbledon

Cette semaine, nous fêtons les dix ans de ce match inoubliable disputé sur le gazon de Wimbledon, du 22 au 24 juin 2010. Vous avez bien lu, cette rencontre avait duré trois jours, pour un temps record : onze heures et cinq minutes de jeu ! L’occasion pour nous de revenir sur ce moment incroyable, avec l’aide du Français Nicolas Mahut, qui s’est exprimé sur cette rencontre pour nos confrères de France Info…


Il ne s’agissait « que » d’un premier tour de Wimbledon, disputé entre le Français Nicolas Mahut et l’Américain John Isner, sur le Court 18. Un match sans histoire, où les aces du géant américain devaient pleuvoir et où le spécialiste français du gazon devait tenter de s’en sortir malgré tout. Et pourtant, dix ans après, on s’en souvient encore puisqu’il s’agit du plus long match de l’histoire du tennis. Onze heures et cinq minutes de jeu au total, réparties sur trois jours, avec un cinquième set long de 138 jeux et huit heures et onze minutes.

Les deux premiers sets ne sont pas ceux qui ont marqué l’histoire de ce match incroyable. John Isner réalise le premier des trois breaks réalisés tout au long de la partie et l’emporte 6-4. Dans la deuxième manche, c’est l’inverse : Nicolas Mahut parvient à breaker son adversaire et recolle à une manche partout (6-3). Ce que les deux protagonistes ne savent pas encore, c’est que pendant 161 jeux, ils ne se feront plus breaker ! Les deux manches suivantes vont se solder par un jeu décisif : le Français remporte le premier pour mener deux manches à une, alors que l’Américain empoche le second pour revenir à deux sets partout. Il faudra ainsi une cinquième manche pour départager les deux jours. Une cinquième manche où il n’y a pas de tie break et où il faut absolument deux jeux d’écart. C’est là que le match bascule dans une autre dimension.

Avant d’entamer cette cinquième manche ce lundi 22 juin 2010, les deux hommes sont interrompus par la nuit. Ils doivent donc revenir le lendemain pour poursuivre cette rencontre du premier tour. John Isner sert le premier, mais aucun joueur ne fait le break. L’Américain va pourtant obtenir une première balle de match à 10 jeux à 9 en sa faveur, , suite à deux doubles fautes consécutives de Nicolas Mahut. L’Angevin s’en sort un peu miraculeusement, notamment grâce à un ace. Le match va commencer à s’éterniser et les médias vont de plus en plus s’y intéresser. « À un moment, je me suis dit : ‘Tiens, il y a quand même deux matchs qui viennent de se terminer et nous on y est encore’« , s’est souvenu le joueur tricolore pour nos confrères de France Info. « C’était des petits flashs comme ça. En fait, je sentais, je voyais la tension, l’électricité, ces repères-là de temps en temps, mais j’essayais tout de suite de les chasser pour ne pas me dire : ‘On est en train de faire un truc incroyable’. » Après 6h34 de jeu, les deux joueurs sont encore à égalité dans ce dernier set : 32 jeux partout. Ce match est déjà devenu le plus long de l’histoire du tennis, mais ce n’est pas fini. Au jeu suivant, Mahut écarte encore deux balles de match. Les échanges ne durent pas très longtemps, le niveau de jeu n’est pas exceptionnel mais nous sommes désormais dans une autre dimension. À 50 jeux partout, le Français obtient sa première balle de break du set mais ne parvient pas à la concrétiser. Quelques jeux plus tard, Isner mène 59-58 et obtient une nouvelle balle de match. L’obscurité se fait plus pressante et la rencontre pourrait se clore là-dessus. C’est sans compter sur le Tricolore, qui sert encore un ace et sauve cette balle de match. 59-59 : le match est interrompu une deuxième fois par l’arrivée de la nuit et s’étendra donc sur trois jours. Incroyable.

Le mercredi 24 juin, tous les yeux sont braqués sur Nicolas Mahut et John Isner quand ils reviennent sur le Court 18 pour, on l’espère, terminer cette rencontre qui est la seule du premier tour à ne pas avoir été terminée. Les deux joueurs tiennent à nouveau leur service jusqu’à 69-68 pour l’Américain. Il obtient alors une nouvelle balle de match sur le service du Français et d’un passing de revers, il conclut cette partie titanesque. Score final : 6-4, 3-6, 6-7 (7), 7-6 (3), 70-68. Ce match, qui reste encore aujourd’hui le plus long de l’histoire, s’est achevé ce 24 juin 2010 à 16h45, heure de Londres, dans une ambiance indescriptible. Dix ans après, Nicolas Mahut déclare : « Aujourd’hui je suis très reconnaissant d’avoir joué ce match. Il y a beaucoup de fierté. J’ai un regard différent dix ans après. Sur le coup, il y avait beaucoup de frustration. J’étais en vrai décalage entre les gens qui me félicitaient – je ne comprenais pas d’ailleurs cet engouement – et la détresse dans laquelle moi je me trouvais à ce moment-là. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ça. » Effondré, le joueur tricolore s’était même évanoui dans les vestiaires, sous les yeux de son compatriote Julien Benneteau. Pour nos confrères de France Info, il s’est souvenu des quelques minutes qui ont suivi la fin de ce match épique : « Ça aussi, ça a été un moment très délicat et douloureux. Autant l’entrée sur le court (le troisième jour, ndlr) a été fantastique avec la haie d’honneur, etc, autant le retour a été très long. D’un coup j’avais l’impression de peser 100 kilos et je me revois encore monter les marches. On est rentrés dans le vestiaire et c’est vrai que j’ai eu un moment assez difficile où je commençais un peu à délirer, à répéter sans cesse la même chose : ‘Est-ce que j’ai mal joué, qu’est-ce qui s’est passé ?’ J’avais un trou, en fait, je ne me souvenais plus du tout du dernier jeu. Mais pendant ces 30 minutes, pratiquement trois quarts d’heure dans le vestiaire, je ne me souvenais plus de la remise des prix sur le terrain. Encore aujourd’hui, je ne me souviens pas avoir parlé à Tim Henman au micro, etc. Il y a eu une remise des prix, un cadeau que j’ai laissé sur le court, d’ailleurs, que j’ai oublié… Ces instants-là ont été assez difficiles. Ils m’avaient mis dans la douche à moitié habillé pour que je reprenne mes esprits et c’était assez compliqué. Il fallait que je reprenne mes esprits. Pour moi, c’était un deuxième match d’aller en conférence de presse pour essayer d’expliquer ça. »

Dix ans après, Nicolas Mahut et John Isner sont toujours amis. cette rencontre les a rapprochés, à tel point que l’Angevin a posté un message très sympathique sur Twitter pour l’Américain. Ce qu’il en reste, ce sont des images et de belles histoires à raconter. Mais que ce soit clair pour tout le monde : ni les protagonistes de ce match ni les observateurs du tennis ne souhaitent voir ce record battu. C’est d’ailleurs pour ça que des solutions ont été envisagées depuis pour ne plus avoir de matchs à rallonge au cinquième set dans les tournois du Grand Chelem, comme l’introduction du jeu décisif à 12-12 à Wimbledon.

Crédit photos : @Wimbledon

À LIRE AUSSI :

Coronavirus – Novak Djokovic est-il le seul responsable de ce qu’il s’est passé sur l’Adria Tour ?

Andy Murray, concernant l’affaire de l’Adria Tour : « C’est une leçon pour nous tous »

5 réflexions au sujet de “Il était une fois… 2010, le plus long match de l’histoire entre Nicolas Mahut et John Isner à Wimbledon”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s