Reportages

Nicolas Mahut, Richard Gasquet, Adrian Mannarino : la tradition française à ‘s-Hertogenbosch, première étape avant Wimbledon

Le tournoi ATP 250 de ‘s-Hertogenbosch, qui porte l’appellation de Libema Open depuis 2018 avec l’arrivée d’un nouveau partenaire, a pour habitude de lancer la saison sur gazon et la préparation pour Wimbledon. Un tournoi qui a pour habitude de réussir aux joueurs français, raison pour laquelle nous vous en parlons alors qu’il aurait dû se disputer cette semaine en Hollande.


Le tournoi ATP 250 de ‘s-Hertogenbosch fait partie du calendrier masculin depuis rente ans, un anniversaire qu’il devrait être en train de fêter. Ainsi, la première édition d’un des deux seuls tournois à se disputer aux Pays-Bas a été célébrée en 1990. Et ce n’est pas parce que le tournoi ne peut avoir lieu cette semaine que nous allons nous empêcher d’en parler, à travers cinq choses à savoir sur cet événement qui a la particularité de bien réussir aux joueurs français qui pour certains ont ou ont eu au cours de leur carrière la main verte.

1/ Lancement de la saison sur gazon. Organisé la semaine juste après Roland-Garros, la même semaine que la Mercedes Cup de Stuttgart, le Libema Open offre aux joueurs du circuit masculin une première opportunité de s’adapter au gazon, une surface particulière et sur laquelle on ne joue que quelques semaines dans l’année. Plusieurs vainqueurs du tournoi de ‘s-Hertogenbosch ont par la suite bien réussi à Wimbledon, la même année. En l’an 2000, lorsque le tournoi avait eu lieu la semaine juste avant le Grand Chelem londonien, l’Australien Patrick Rafter avait accédé à la finale au SW19. Les anciens champions David Ferrer et Gilles Muller se sont également appuyés sur la confiance acquise lors de leurs sacres à ce tournoi ATP 250 pour atteindre les quarts de finale au All England Club, respectivement en 2012 et en 2017.

2/ La réussite des Français. En trente éditions, sept ont été remportées par des joueurs français. Ils affichent ainsi la plus grande réussite à ‘s-Hertogenbosch. En 1993, Arnaud Boetsch avait été le premier joueur tricolore à s’imposer sur le gazon hollandais. Il avait ensuite fallu attendre onze ans avant de voir un autre français s’imposer, en la personne de Michael Llodra, serveur-volleyeur toujours à l’aise sur le tapis vert. Au cours des années 2010, cinq éditions ont été remportées par des Tricolores. Nicolas Mahut s’est ainsi imposé trois fois (2013, 2015 et 2016), lui qui a également un jeu offensif et se montre souvent à l’aise sur le gazon de Wimbledon. Enfin, ces deux dernières années, grâce à Richard Gasquet (2018) et Adrian Mannarino (2019), le trophée est resté entre les mains des représentants du drapeau bleu-blanc-rouge. Ainsi, depuis 2013, seuls l’Espagnol Roberto Bautista Agut et le Luxembourgeois Gilles Muller ont rompu l’emprise française sur le tournoi.

3/ Une destination de rêve. Le site du tournoi, entouré d’arbres et d’un lac, offre un lieu tranquille par rapport au style de vie habituel requis par le circuit ATP, où les joueurs sont toujours sur le qui-vive. « L’ambiance ici, je dois dire, est presque comme à la maison », a déjà déclaré le Croate Marin Cilic. « Je profite simplement de mon temps ici et de la nature. » Le directeur du tournoi, Marcel Hunze, a également partagé ses souvenirs de Michael Chang, qui s’y était rendu en 1989 après avoir remporté son premier titre du Grand Chelem à Roland-Garros. « La première fois qu’il est venu ici, il a tellement aimé qu’il a commencé à pêcher toute la journée », a-t-il déclaré.

4/ Là où Adrian Mannarino a enfin remporté un titre ATP. Après avoir perdu lors de ses six premières finales sur le circuit ATP, le Français Adrian Mannarino avait finalement remporté son premier trophée à ‘s-Hertogenbosch l’année dernière. Le Français avait par ailleurs réussi à dominer trois têtes de série sur son parcours. Après une victoire plutôt facile au premier tour, Mannarino avait battu Fernando Verdasco (1-6, 6-3, 6-4), David Goffin (4-6, 7-5, 6-3) et Borna Coric (4-6, 6-3, 7-6 [4]) pour atteindre la finale. Le gaucher avait ensuite sauvé six des sept balles de break contre lui pour vaincre l’Australien Jordan Thompson (7-6 [7], 6-3) en finale. « Les gens vont arrêter de parler [de mon record de finale]… C’est une grande réussite pour moi. Je ne prétends pas être Top 10 ou quoi que ce soit. Gagner un titre ATP est déjà quelque chose d’incroyable pour moi et je ne peux pas être plus reconnaissant envers toutes les personnes qui m’ont aidé à remporté ce titre », avait déclaré le joueur tricolore après sa victoire.

5/ Un aperçu de l’avenir. Depuis 1990, six futurs champions de Wimbledon sont apparus dans le tableau de ce tournoi dans les années précédant leur succès au All England Club. Ainsi, Michael Stich, Richard Krajicek, Goran Ivanisevic, Lleyton Hewitt, Roger Federer et Novak Djokovic ont tous fait des apparitions à ‘s-Hertogenbosch, alors qu’ils tentaient de perfectionner leurs compétences sur le terrain. L’année de leur titre à Wimbledon, Stich, Krajicek, Ivanisevic et Hewitt ont chacun utilisé le tournoi néerlandais comme comme une préparation optimale pour se préparer aux exigences du gazon.

Crédit photos : @LibemaOpen, @tenisnot, @Krakeling25

À LIRE AUSSI :

Polémique autour de l’US Open : plus de 350 joueurs seraient laissés sur le carreau s’il n’y avait pas de qualifications

Roger Federer, Novak Djokovic, Martina Hingis, Justine Henin : ces joueurs qui ont atteint les quatre finales en Grand Chelem la même saison

9 réflexions au sujet de “Nicolas Mahut, Richard Gasquet, Adrian Mannarino : la tradition française à ‘s-Hertogenbosch, première étape avant Wimbledon”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s