Analyses

Pourquoi construire un plan de jeu contre Daniil Medvedev se révèle être un cauchemar ?

Le joueur russe est l’un des plus efficaces dans les longs rallyes, mais aussi dans les échanges plus courts, de moins de quatre coups de raquette. Comment expliquer un tel succès ?


Cela ne fait aucun doute : Daniil Medvedev (n°5) a été un des joueurs qui a révolutionné le circuit masculin au cours de la saison 2019. Son arrivée dans l’élite après un été de rêve (finaliste du tournoi ATP 500 de Washington, finaliste du Masters 1000 de Montréal, titré au Masters 1000 de Cincinnati, finaliste à l’US Open, titré au tournoi ATP 500 de Saint-Pétersbourg et enfin titré au Masters 1000 de Shanghai) l’a propulsé du Top 15 au Top 5 en seulement six tournois. Exceptionnel. Personne ne s’attendait à une telle explosion de la part du Russe, et il faut avouer que ses adversaires ne savaient plus comment le jouer. Non seulement à cause de la confiance qu’il avait accumulée, mais aussi à cause de son jeu et de son plan tactique que l’on qualifierait d’atypique.

Dans un premier temps, on pourrait penser que Medvedev aurait le profil des grands serveurs, avec sa grande taille (1m98), mais ce n’est pas son service qui a retenu l’attention quand il a explosé au plus haut niveau. C’est plutôt son revers qui a fait parler de lui, et on se rappelle d’une analyse que nous avions effectuée sur son geste plutôt spécial, qui lui donnait une régularité à toute épreuve. Une analyse effectuée par le groupe Infosys, que l’on peut trouver sur le site officiel de l’ATP, sur la durée des rallyes tout au long de la saison 2019, révèle la nature paradoxale du jeu de Medvedev. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, il se montre doué tant pour les rallyes très longs que très courts. Notez que l’ensemble des données comprend les joueurs qui ont disputé au moins 20 matches sur des courts équipés de Hawk Eye. Alors, quel joueur a joué le plus de rallyes de plus de neuf coups de raquette ? Avec 1 393 points remportés au terme de ces longs rallyes, il s’agit bien de Daniil Medvedev. Ce qu’il se dégage de cette statistique, c’est que cela ne dérange pas le Russe de passer beaucoup de temps sur le court, il aime les longs matches et le jeu de fond de court avec son jeu à plat. Devant Gaël Monfils (n°9) et Novak Djokovic (n°1), il a ainsi remporté 52,5% de ces longs échanges.

Qu’en est-il des échanges plus courts, de moins de quatre coups de raquette ? Le joueur ayant les meilleures statistiques sur ce point est toujours le même : Daniil Medvdev ! Le Russe a ainsi remporté 54,98% des points lors d’échanges de moins de quatre coups de raquette au cours de l’année 2019. Il devance ainsi Stan Wawrinka (54,04%), John Isner (53,97%), Roger Federer (53,75%) ou encore Novak Djokovic (53,54%). En d’autres termes, le n°5 mondial peut aussi se montrer capable de tuer l’échange en quelques coups de raquette, allant chercher le point gagnant à tout moment. Enfin, si on se concentre sur les points intermédiaires, ceux qui se gagnent en 5 à 8 coups de raquette, l’élève de Gilles Cervara apparaît parmi les vingt premiers de la liste, ne remportant que 50,86% d’entre eux. En somme, pour remporter la victoire, il n’a que deux solutions : jouer des points très longs ou des points très courts. Il ne semble pas y avoir de juste milieu pour lui. Par ailleurs, personne sur le circuit ne joue autant de longs échanges que lui, ni autant ou plus d’échanges courts, comme on vient de le voir. Un paradoxe qui fait de lui un joueur que personne ne veut voir de l’autre côté du filet quand il entre sur le court. Comme l’a dit Stefanos Tsitsipas (qui déteste affronter le Russe et a un ratio de 1-5 face à lui) un jour : « Il a une façon de jouer complètement différente, c’est troublant de lui faire face. Il peut gagner un match sans que vous compreniez pourquoi vous avez perdu. »

Crédit photos : @FredSuteau, @Ubitennis, @TennisMagazine1

À LIRE AUSSI :

Inès Ibbou, 620ème mondiale, publie une lettre ouverte à Dominic Thiem

Félix Auger-Aliassime : « À leur âge, les membres du Big 3 repoussent les limites »

4 réflexions au sujet de “Pourquoi construire un plan de jeu contre Daniil Medvedev se révèle être un cauchemar ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s