Reportages

Coronavirus – Clara Burel et Evan Furness, un confinement différent mais une saison forcément particulière

Evan Furness et Clara Burel avaient bien débuté la saison 2020. Seulement, ils ont été forcés de se mettre à l’arrêt, au minimum jusqu’au 13 juillet. Mais l’idée d’une non reprise pour une discipline où tant de nationalités se croisent sur les courts reste en suspens au-dessus de nos têtes, comme une épée de Damoclès…


Pourquoi parler de ces deux joueurs ? Ils sont tous deux Bretons, jeunes et nourrissaient de bons espoirs de réussir une belle saison 2020. Mais ça c’était avant. Avant l’arrivée du coronavirus, qui a mis à l’arrêt toute la planète et a fortiori le monde du tennis. Après une année 2019 délicate pour cause de blessure, Clara Burel (n°502) avait remporté son premier titre professionnel, mi-février, au 25 000 $ de Grenoble (France), avant d’enchaîner avec une demi-finale au 25 000 $ de Glasgow (Écosse). Elle venait également de participer au tournoi WTA de Lyon, au tout début du mois e mars, avant de voir le tennis se suspendre, pour l’instant au moins jusqu’au 13 juillet prochain. De son côté, Evan Furness (n°548), s’il n’avait pas encore soulevé de trophée, avait enchaîné deux finales coup sur coup au 15 000 $ de Manacor (Espagne) en janvier, avant d’atteindre les demi-finales au 15 000 $ de Faro (Portugal) au tout début du mois de mars, avant d’être stoppé par l’annulation de tous les tournois la semaine suivante, alors qu’il s’était qualifié pour les quarts de finale au 15 000 $ de Loule (Portugal).

EO_xvPcX0AA85Eo

Confinés depuis, ces deux Bretons ne vivent pas la situation de la même manière. en effet, Clara Burel est rentrée chez elle, à Louannec, alors qu’Evan Furness a rejoint la famille de sa petite amie (la joueuse française Fiona Ferro) à Valbonne, dans le sud de la France, avec un court de tennis à disposition. Par conséquent, les conditions pour se maintenir en forme sont complètement différentes pour l’une comme pour l’autre. « Je n’ai pas trop d’équipements, je cours un peu autour de la maison », a raconté Clara Burel aux journalistes du quotidien breton Le Télégramme. « Je fais ce que je peux. » Âgée de seulement 19 ans, et après une saison passée à soigner ses blessures, la jeune tricolore nourrissait beaucoup d’espoirs pour cette saison 2020. « C’était bien reparti mais là, il y a des choses plus importantes, avec une situation mondiale compliquée », a-t-elle poursuivi. « Pour le moment, ce n’est pas facile de se projeter. »

EQ6TJ_5XsAMPitU

De son côté, en revanche, Evan Furness a expliqué : « Moi, j’ai la chance d’avoir un terrain de tennis ici et de pouvoir m’entraîner avec mon amie, Fiona Ferro. Je sais que c’est un luxe. » Concernant la situation actuelle, le joueur français de 21 ans a réagi à la prolongation de la suspension des différents circuits, qui ne reprendront pas, a priori, avant la mi-juillet. « Quand on prend l’info brute, c’est démotivant, forcément », a confié Furness. « Ce qui représentait 90 % de ma vie n’existe plus. Puis, tu remets cela dans le contexte mondial et tu relativises. Moi, j’ai besoin d’avoir des objectifs en ligne de mire, alors j’ai transféré cela sur des choses que je n’ai pas le temps de faire autrement. Comme apprendre des langues, grâce des amis espagnols, ou me familiariser avec des logiciels de musique. »

EOFALl5WsAEj0Td

Avec une crise mondiale dont on ne sait pas quand elle sera endiguée, le tennis risque d’en prendre un coup sur la durée et on ne peut absolument pas savoir quand il pourra reprendre, tant le caractère international de ce sport rendra difficile la reprise. Comme l’a dit Amélie Mauresmo la semaine dernière, « Pas de vaccin = pas de tennis. » Pour Clara Burel, « elle a sans doute malheureusement raison. Même si je me dis qu’on n’est qu’au mois d’avril et qu’on pourra peut-être jouer sur une petite partie de la fin d’année. » La n°1 mondiale chez les Juniors en 2018 était première à la « Race France » après sa victoire à Grenoble et donc potentiellement invitée à disputer Roland-Garros, reprogrammé du 20 septembre au 4 octobre. Pour Evan Furness, s’il n’y a pas de reprise du circuit international avant 2021, l’idée d’un circuit à la française, évoquée notamment par Thierry Ascione, pourrait être une alternative. « La priorité, c’est la crise sanitaire et je n’ai pas trop pensé à la suite de la saison », a-t-il expliqué. « Il est impossible de prévoir comment cela va évoluer. Si le grand circuit ne reprend pas avant 2021, peut-être pourra-t-on organiser des tournois au niveau français. »

DxOEpQTWkAIM8zZ

Pour ce qui est des revenus financiers, les deux Bretons se rejoignent : s’ils ne jouent pas, ils ne gagnent pas d’argent. « Financièrement, c’est dur toute l’année, de toute façon. Cela va d’ailleurs être un problème pour beaucoup de monde sur la planète », a tempéré le pensionnaire de l’Elite Tennis Center à Cannes qui, s’il ne gagne plus rien, n’en dépense pas davantage. « Je suis soutenue par la Fédération française et n’engage plus de frais pour me rendre sur les tournois », a quant à elle déclaré Clara Burel. « Ce serait une bonne chose qu’une forme de solidarité se mette en place mais il existe de telles différences de situations. Cela me semble compliqué. » Quant à savoir quand ils pourront rejouer, là aussi ils sont comme tout le monde : ils doivent prendre leur mal en patience et tout faire pour se maintenir en forme.

Crédit photos : @TelegrammeSport, @BreizhTennisPro, @OpenBlotRennes, @JJLovesTennis

À LIRE AUSSI :

Et si Thierry Ascione lançait une tournée estivale sur terre battue pour que le tennis reprenne en France ?

Coronavirus – Harold Mayot, stoppé en pleine ascension et en total désaccord avec l’annulation de la saison 2020

4 réflexions au sujet de “Coronavirus – Clara Burel et Evan Furness, un confinement différent mais une saison forcément particulière”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s