Reportages

Behind The Racquet – Quand Pierre-Hugues Herbert rend hommage aux membres de sa famille

Pierre-Hugues Herbert (n°71) n’est pas le premier joueur français à participer à l’initiative de Behind The Racquet, créée sous la houlette du joueur américain Noah Rubin (n°225). Pour ce compte Instagram et ce site internet, le Strasbourgeois a évoqué son parcours de jeunesse et les sacrifices consentis par les membres de sa famille pour qu’il puisse accomplir son rêve.


« Quand j’avais 13 ans, mon père a cessé de travailler pour voyager avec moi à plein temps. » Voilà comment débute le récit de Pierre-Hugues Herbert (n°71), qui est revenu sur son parcours, notamment quand il était plus jeune. Sans aucune honte (pourquoi en aurait-il, d’ailleurs ?), il a parlé des sacrifices consentis par les membres de sa famille, à commencer par son père. Ce qui, cela va de soi, lui a mis une pression supplémentaire sur les épaules. « Il y avait déjà une pression parce qu’on n’était pas très riches et maintenant mon père ne gagnait plus d’argent », a poursuivi le Strasbourgeois. « Les gens de ma ville natale pensaient que nous étions fous. Ils ont regardé mon père quitter son emploi d’entraîneur au club pour voyager avec moi et ils ne l’ont pas compris. Quand j’y repense, je vois ce qu’ils ont vu. Tout ce que je sais, c’est que nous avons vu une petite chance d’avoir ce que nous avons maintenant et nous avons dû y aller. Même si vous êtes le meilleur au monde quand vous êtes enfant, les chances de devenir un joueur de tennis professionnel de haut niveau dépassent un petit pourcentage. »

20bd6ee6-52f9-4652-90ad-591b2b9364b0

Pierre-Hugues Herbert a ensuite donné plus de détails sur sa famille, dévoilant qu’il a une sœur plus âgée que lui et un frère plus jeune. Il a évoqué les sacrifices  que chacun des membres de sa famille a dû faire pou que lui, qui rêvait de devenir joueur de tennis professionnel, puisse mener à bien son projet. « Ma famille a pris de gros risques, qui ont payé et ce que j’ai réalisé est pour chacun d’eux », a-t-il écrit comme une sorte d’hommage. « Nous avons pris de nombreuses décisions importantes. Notre famille compte cinq personnes au total, avec une sœur aînée et un frère cadet. Cette décision que mon père a prise a affecté tout le monde. Non seulement ma famille gagnait moins d’argent, mais mon père était loin de mon frère et ma sœur pendant de longues périodes. Il y avait beaucoup de pression sur toute la famille pour faire face aux dépenses de voyage. Heureusement, j’ai reçu de l’aide de sponsors, mais cela est venu avec des pressions supplémentaires. Mon père a voyagé avec moi à travers les divisions de moins de 14, moins de 16 et moins de 18 ans. L’équilibre était complètement différent dans la famille. Il prenait surtout soin de moi. Ce fut l’une des expériences les plus difficiles non seulement pour moi, mais pour ma famille. » Comme il l’a si bien précisé ensuite, heureusement que sa mère et le reste de sa famille s’est montré solidaire, le soutenant toujours dans son projet. « J’ai eu la chance d’avoir toute ma famille si solidaire et derrière ce projet. Ma mère a changé d’emploi et a commencé à travailler à la maison, elle a donc eu le temps de s’occuper seule de mon frère. Lorsque vous travaillez pour un aussi grand objectif, ce n’est pas seulement vous, ce n’était pas seulement mon père et moi, toute ma famille a été impliquée dans le processus. C’était difficile pour moi de faire face à l’idée que mon frère, qui a 15 mois de moins, grandissait sans père. C’était la même chose avec ma sœur alors qu’elle finissait ses études universitaires et essayait d’entrer dans le monde du travail. Peu importe ce que je dis toujours aux gens, je m’assure qu’ils savent que ma famille a grandement fait partie du voyage, même si mon frère et ma sœur pensent qu’ils n’ont pas fait grand-chose et que ma mère n’a pas voyagé. Même après tous ces combats, nous étions unis. »

ad5cdeb1-86ca-4e20-b4a9-528dd1cfb94e

Le joueur tricolore a ensuite évoqué son évolution en tant que jeune joueur de tennis, quand il était âgé de 13 ans et que les choses sérieuses ont commencé pour lui, dans l’Est de la France. « Grâce à tout cela, j’avais 13 ans et j’essayais d’être le meilleur joueur de tennis que je pouvais », a-t-il raconté. « Je m’améliorais, devenant l’un des meilleurs de ma région, même du pays, ce qui arrive à beaucoup de joueurs. C’est vers cet âge que le tennis devient un peu plus professionnel. Je luttais contre la croissance physique et je me souviens d’avoir presque eu une année blanche où j’ai à peine gagné un match. Cela est venu à cause de toutes les pressions que j’ai ressenties et que je me suis mises. J’ai joué avec des difficultés familiales dans ma tête alors que je commençais à jouer de meilleurs joueurs sur la tournée européenne. J’ai commencé à faire face à plus de défaites, ce qui m’a pesé, mais m’a permis d’apprendre et de mieux comprendre. »

ERoVYjFUwAApFeh

Enfin, Pierre-Hugues Herbert n’a pas caché son amour pour les sports d’équipe, ce qui explique peut-être qu’il puisse être si performant en double, alors qu’il semble parfois avoir plus de difficultés en simple (même s’il est un solide membre du Top 100). « J’ai toujours été quelqu’un qui aimait les sports d’équipe », a-t-il avoué. « J’ai joué au football jusqu’à l’âge de 14 ans. J’ai adoré le fait que nous étions de jeunes enfants jouant les uns pour les autres. J’ai toujours mieux joué quand ce n’était pas juste pour moi. C’est quelque chose que j’ai trouvé dans ma carrière en double, ne pas être ce joueur égocentrique sur le terrain. Entre les doubles ou avoir ma famille à mes côtés, il a toujours été important de jouer pour plus que moi-même. » Loin d’être égocentrique, nous souhaitons au Strasbourgeois de pouvoir à nouveau s’exprimer au plus vite sur un court, que ce soit en simple ou avec son compagnon Nicolas Mahut, une fois que la crise liée au Coronavirus sera bel et bien derrière nous…

Crédit photos : @SPerezBlundi, @BehindTRacquet, @WeAreTennisFR

À LIRE AUSSI :

Coronavirus – Plus de tennis en 2020 ? Tel est l’avis d’Amélie Mauresmo et d’autres acteurs du tennis…

Il était une fois… 2001, ou quand l’élève dépassait le maître à Wimbledon

9 réflexions au sujet de “Behind The Racquet – Quand Pierre-Hugues Herbert rend hommage aux membres de sa famille”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s