Il était une fois...

Il était une fois… 2001, ou quand l’élève dépassait le maître à Wimbledon

Voici le deuxième volet de notre nouvelle rubrique « Il était une fois… » ! Le principe ? Revenir sur un fait marquant ou une année charnière qui a changé à jamais la vie et la dimension d’une joueuse ou d’un joueur. Ce jeudi, après la déception légitime de l’annulation de Wimbledon pour 2020, nous avons décidé de revenir quelques années en arrière, quand Roger Federer avait rencontré son idole Pete Sampras dans ce qui était encore le jardin de l’Américain, pour leur seule et unique rencontre… qui allait faire changer le Suisse de dimension à tout jamais.


Souvenez-vous. Nous sommes le lundi 2 juillet 2001, jour des huitièmes de finale à  Wimbledon, plus communément appelé le Manic Monday après le dimanche où les joueurs – comme le gazon du Centre Court – ont eu droit à une journée de repos bien méritée. Il est 14h29 quand les deux joueurs entrent sur le court. D’un côté, l’Américain Pete Sampras, septuple vainqueur au All England Club et qui reste sur quatre titres lors des quatre dernières saisons (1997, 1998, 1999, 2000). Invaincu depuis sa défaite en quarts de finale face à Richard Krajicek en 1996, le n°6 mondial a remporté 31 matches d’affilée sur le tapis vert de sa Majesté. De l’autre côté du filet, un jeune joueur suisse de 19 ans, Roger Federer, classé 15ème mondial et qui est présenté comme l’un des plus grands espoirs de ce début des années 2000. Certains disent déjà qu’il pourrait être un digne successeur de Pistol Pete, recordman des victoires en Grand Chelem (13 à ce jour).

EUmxdtTWoAEcAdU

Quand il démarre cette rencontre, le jeune Federer a de quoi être impressionné : il a face à lui une légende, un joueur qu’il a toujours admiré. Par ailleurs, c’est la toute première fois qu’il foule le gazon du prestigieux Centre Court… On voit mal comment il pourrait détrôner le maître des lieux Pete Sampras ! Et pourtant, le premier set est serré et un jeu décisif doit départager les deux joueurs. L’Helvète montre alors qu’il a tout sauf froid aux yeux quand il décoche, à 5-4 en faveur du Yankee, qui sert et pourrait obtenir une balle de set, un passing de revers décroisé lui arrachant un « Come on ! » qui résonne encore dans nos oreilles. Quelques secondes plus tard, après 4- minutes de jeu, Sampras met un passing de revers dans le filet et offre ainsi le premier set à son adversaire, 9 points à 7 dans le tie break. Quelle va être la réaction de Sampras à ce crime de lèse-majesté ?

EUmxd4xWoAcB9gq

L’Américain ne tarde pas à répondre. Même si la seconde manche reste serrée, c’est bien lui qui l’emporte 7-5 pour revenir à hauteur du Suisse. Le public du Centre Court est heureux d’assister à un match, car match il y a. Seulement, les observateurs se font peu d’illusions : Sampras revenu à une manche partout, il ne devrait plus laisser filer le match… qui reste pourtant très fermé ! Le jeune suisse résiste dans la troisième manche, jusqu’à quatre jeux partout et là, le neuvième jeu de ce troisième set sera la clé de cette manche, voire même de la rencontre. Après un jeu très accroché, qui dure plusieurs minutes, Federer finit par breaker Sampras, pour la première fois de la rencontre. L’Américain a pourtant mené 40-15 dans ce jeu mais il s’est laissé remonter. Il laisse même filer le jeu sur un des coups qui l’a rendu célèbre au SW19 : un smash qu’il envoie directement dans les bâches ! Federer ne se fera pas prier pour conclure le set : il remportera ensuite son jeu de service et mènera alors deux manches à une (7-6 [7], 5-7, 6-4).

EUmxe7EXQAE7JGi

Au cours du quatrième set, il n’y aura pas de nouveau break d’avance et, une fois de plus, les deux joueurs vont se départager dans un jeu décisif qui pourrait s’avérer très dangereux pour le septuple vainqueur de Wimbledon. Sampras le remporte pourtant facilement, 7 points à 2, face à un Suisse qui aura soufflé le chaud et le froid, parvenant à frapper des coups de génie (comme il nous habituera à le voir faire pendant ses années de gloire) et des fautes grossières. Il faut ainsi un cinquième set décisif pour départager les deux hommes. Federer se montre à nouveau solide, il ne lâche rien et tient jusqu’à quatre jeux partout. Dans ce neuvième jeu du cinquième set, le Suisse est au service et il doit faire face à plusieurs balles de break. Sur l’une d’elles, l’Helvète se rue au filet derrière son service pour sauver le danger ! Il parvient à remporter son jeu de service (5-4) et aura à son tour des occasions quelques jeux plus tard, à 6-5 en sa faveur, sur le service de Sampras. Quelques secondes après avoir frôlé le break, Federer mène ainsi 15-40 sur le service adverse. Une balle de break qui signifie également une balle de match. Un point pour détrôner le maître des lieux dans son temple. Sampras sert croisé côté couloir, Federer renvoie un boulet de canon en retour de coup droit décroisé et… il s’écroule à terre, l’arbitre prononçant la célèbre phrase « Game, set and match : Federer ! » Le jeune suisse de 19 ans vient de déboulonner l’homme aux 13 titres du Grand Chelem (un record à cette époque) en cinq sets 7-6 (7), 5-7, 6-4, 6-7 (2), 7-5.

EUmwC0yWsAAv_45

Lors de cette édition 2001 de Wimbledon, Roger Federer s’offrira son premier quart de finale à Londres. Il perdra à ce stade de la compétition, en quatre sets, face au Britannique Tim Henman. Il faudra attendre deux ans avant de le voir construire sa légende en remportant son premier titre en Grand Chelem. Pourtant, ce match restera comme un tournant dans la jeune carrière du Suisse. Certainement un des matches qu’il préfère dans sa longue et prestigieuse carrière, lui qui a déclaré quelques temps après cette victoire : « Mon meilleur match ? Contre Pete Sampras à Wimbledon en 2001. J’ai expérimenté le plus haut niveau du tennis. C’était ma première fois sur le Centre Court, la première et dernière fois que je jouais Pete. » Et s’il a disputé bien des matches de haut niveau depuis, celui-là doit garder une saveur particulière, la première pierre d’un édifice qu’il n’a pas encore terminé de construire…

Pour votre plaisir, voici une résumé vidéo de ce match mythique :

Crédit photos : @SuperTennisTv, @OnlyRogerCanFly, @PicHQs

À LIRE AUSSI :

Federer, Halep, Mahut, Serena Williams : ils ont réagi à l’annulation de Wimbledon

Medvedev, Tsitsipas, Zverev : curieuse statistique concernant leurs face-à-face

7 réflexions au sujet de “Il était une fois… 2001, ou quand l’élève dépassait le maître à Wimbledon”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s