Reportages

Et si nous partions à la découverte d’Arthur Rinderknech ?

Arthur Rinderknech (n°160) n’est pas le plus connu des joueurs français. Et pourtant, avec notamment Gaël Monfils (n°8), il est de ceux qui cartonnent en ce début de saison. En cinq tournois, il a disputé trois finales sur le circuit Challenger et remporté deux titres. C’est dire s’il est grand temps de vous faire découvrir ce grand joueur au parcours atypique…


Arthur Rinderknech (n°160) a 24 ans. Il est grand, mesurant 1 mètre 96, son service est dévastateur, il est solide en fond de court et sa force de frappe en coup droit est impressionnante. Parisien d’origine, il a joué sur le circuit de la NCAA, le circuit universitaire aux États-Unis, pendant près de quatre ans, jouant pour l’Université du Texas. Arthur Rinderknech a pris la décision de partir aux États-Unis il y a six ans, en 2014, alors qu’il n’avait que 18 ans. Son Bac S en poche, il était alors classé -15 (un niveau plus qu’honorable), mais il ne se sentait pas prêt mentalement pour jouer sur le circuit professionnel. Voilà pourquoi il a choisi de traverser l’Atlantique pour atterrir aux États-Unis. « C’était la meilleure option pour moi : continuer à étudier pour avoir un diplôme reconnu partout dans le monde et en même temps me donner des chances de progresser au tennis et, éventuellement, un jour me lancer sur le circuit si je me sentais prêt », a-t-il déclaré dans un entretien avec nos confrères du quotidien L’Equipe. « J’ai réussi à progresser tennistiquement pendant mes quatre ans là-bas. J’étais régulièrement dans les cinq premiers du pays en universitaire et j’ai eu mon diplôme. »

ESEPuuWUYAAc4E9

Attention cependant à ceux qui pourraient penser que le circuit universitaire américain n’est pas aussi intense que quand on se lance directement dans le monde professionnel, que ce soit pour jouer des Futures ou des Challengers. Même s’il a d’abord privilégié ses études, Arthur Rinderknech a beaucoup travaillé, et ses résultats actuels semblent être le fruit d’années de dur labeur passés dans l’ombre. « Ce n’était pas une vie de tout repos », a-t-il expliqué. « On était tout le temps sous tension. On avait physique à six heures du matin pendant une heure ou deux. Derrière, deux ou trois heures de cours. Puis une séance individuelle avec un coach. Déjeuner puis entraînement d’équipe pendant trois heures, soins, dîner et enfin deux heures d’études. 6h-21h tous les jours. Ça envoie ! Et pendant la saison tennistique, entre janvier et mai, on avait des matches par équipes tous les deux ou trois jours. Avec un très gros niveau. » Résultat, quand il s’est lancé sur le circuit professionnel, il est passé de la 1000ème à la 400ème place mondiale en seulement trois mois, au cours de l’été 2018. Entre juillet et août cette année-là, il a d’ailleurs remporté ses deux premiers titres en Futures, deux 15 000 $ sur terre battue au Maroc et en Serbie. Depuis le mois de janvier, il s’entraîne avec Sébastien Villette, son coach, et Manuel Guinard (n°299), un autre joueur française de 24 ans, avec qui il a remporté le titre en double à Drummondville

EPI9IZSW4AQ85ts

Depuis le début de la saison 2020, Arthur Rinderknech est la révélation sur le circuit Challenger. En seulement deux mois, il a remporté deux titre à Rennes (France) et Calgary (Canada), et disputé une autre finale à Drummondville (Canada). Le tout en seulement cinq tournois. Son bilan à ce jour est de 16 victoires pour seulement 3 défaites (soit un ratio de 84,2% de victoires). Ce qu’il faut savoir, c’est que personne n’attendait ce joueur à ce niveau, lui qui était classé au-delà de la 1000ème place mondiale il y a encore deux ans. Après sa victoire ce dimanche au Challenger de Calgary, il est rentré en France se reposer quelques jours. Après une récupération bien méritée, il devrait s’aligner, en France, aux Challengers de Lille (du 23 au 29 mars) et de Saint-Brieuc (du 29 mars au 5 avril). « J’ai besoin de récupérer », a-t-il confié. « J’ai réussi à faire avec les petits bobos pendant deux semaines, mais là il faut du repos. Après je vais me remettre à l’entraînement. Je serai au challenger de Lille et de Saint-Brieuc plus tard dans le mois. La semaine d’avant, je ne sais pas encore. » En espérant qu’il pourra continuer à progresser et à aller encore plus haut, lui qui est aujourd’hui le quatrième joueur français depuis le début de la saison, et qui est classé 55ème à la Race ! « Ça fait plaisir, mais je suis le même homme, ça ne change pas grand-chose dans mon quotidien », a-t-il conclu. « Je fais mon truc, je joue à fond et je prends du plaisir. J’ai de la réussite à l’heure actuelle. Il faut en profiter, ne pas oublier qu’il y aura des moments plus durs et qu’il faut continuer à travailler. »

Crédit photos : @OFsports35, @atptour, @OpenBlotRennes

À LIRE AUSSI :

Race to Milan – Félix Auger-Aliassime en tête, Thiago Seyboth Wild et Miomir Kecmanovic sur le podium

Indian Wells et Miami en ligne de mire, en mars Roger Federer brillera par son absence

5 réflexions au sujet de “Et si nous partions à la découverte d’Arthur Rinderknech ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s