Reportages

Leo Borg, « le fils de… », trace son propre chemin en disputant son premier Challenger à Bergame

Cette semaine, Leo Borg, le fils de l’ancien n°1 mondial Bjorn Borg, a entamé son voyage professionnel à Bergame. Il a ainsi disputé son premier tournoi Challenger, à seulement 16 ans.


En janvier 1983, Bjorn Borg annonçait qu’il prenait sa retraite, laissant derrière lui un héritage important pour l’histoire du jeu. Trente-sept ans plus tard, un autre Borg a fait son apparition dans le monde professionnel. Ce mardi, Leo Borg (« le fils de »), a fait ses débuts au tournoi Challenger de Bergame (Italie, Challenger 80, indoor), bénéficiant d’une invitation des organisateurs pour prendre part au tableau principal. Malgré sa défaite contre le joueur de Taipei Chun-Hsin Tseng (n°301) en deux sets 6-3, 6-1 au premier tour, Borg a admis qu’il a beaucoup appris de cette expérience. « Mon niveau n’est pas si mauvais », a déclaré le Suédois. « Ce fut une expérience très positive. Je me suis amusé et je l’ai appréciée. Je pense que c’était une bonne performance pour moi. »

bergamo-2020-borg3

L’arrivée de Leo Borg sur le circuit Challenger a été au centre des discussions cette semaine. L’adolescent, qui a développé son jeu chez les Juniors ces dernières années, a décidé de passer au niveau supérieur et de tester ses capacités. Les médias locaux en ont pris note, deux des plus importantes chaînes de télévision italiennes – Sky Sports et Mediaset -, se rendant à Bergame pour couvrir les débuts du jeune joueur suédois. Les organisateurs du tournoi se sont empressés d’organiser une conférence de presse, avec plus de journalistes arrivant au fil de la journée. Les comparaisons avec son père ne sont que naturelles, mais il admet qu’il se débrouille mieux pour se concentrer sur son propre jeu et sur ce qu’il peut contrôler. Ne voulant pas être une distraction, Bjorn Borg est resté à Stockholm, tandis que son fils s’est rendu à Bergame avec son entraîneur Marios Dimakos. Mais cela ne l’a pas empêché de préparer le jeune Leo pour ce moment, encourageant le joueur de 16 ans à rentrer sur le court pour ce qui pourrait paraître comme des débuts anxieux. « Au début, c’était un peu difficile de gérer les comparaisons avec mon père, mais maintenant ça va », a ajouté le plus jeune des deux Borg. « Bien sûr, nous avons parlé avant ce match et il m’a dit de profiter du moment, de m’amuser et de ne pas penser à la victoire ou à la défaite. »

ERFD6Y7WsAIJBcK

En grand fan de l’Espagnol Rafael Nadal (n°2), Leo Borg espère prendre un trait caractéristique de son idole : son esprit combatif et sa « capacité à se battre pour chaque balle. » L’adolescent continuera son ascension sur le circuit Juniors dans un avenir proche, tout en saisissant toutes les opportunités professionnelles qui se présenteront à lui. « Je crois qu’en 2020, je combinerai des épreuves à plusieurs niveaux. Je reviendrai jouer avec les Juniors, mais j’espère aussi gagner des points ATP en jouant des tournois en Challenger et sur le circuit ITF. » La semaine prochaine, il se rendra à Pau, en France, où il fera sa deuxième apparition sur le circuit Challenger. À suivre.

Crédit photos : @atptour, Florian_Heer

À LIRE AUSSI : 

À seulement 16 ans, Carlos Alcaraz a remporté un triomphe historique à Rio

Andrea Petkovic voudrait voir les acteurs du tennis se dresser contre le racisme

2 réflexions au sujet de “Leo Borg, « le fils de… », trace son propre chemin en disputant son premier Challenger à Bergame”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s