Reportages

ATP Cup – Mohamed Lahyani, Carlos Bernardes : quand les arbitres ont à gérer les pétages de plomb des joueurs

Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis presque dix jours, les joueurs qui disputent l’ATP Cup sont investis à fond dans cette nouvelle compétition par équipes créée par l’ATP. Parfois trop, peut-être. Car quand ils en arrivent à péter les plombs sur le court ou en se prenant le bec avec les arbitres, on se dit que ça va un peu trop loin…


Les pétages de plomb sans conséquence de certains joueurs

Plusieurs incidents sont à relever depuis le début de l’ATP Cup, dont les phases de groupes se sont déroulées à Perth, Sydney et Brisbane. Commençons par l’Uruguayen Pablo Cuevas (n°45), fou de rage et à deux doigts de l’abandon après avoir écopé d’un avertissement pour manque de combativité dans le match qui opposait son pays à la Géorgie, à Perth. Le plus dingue, c’est que c’est Nikoloz Gabashvili (n°26), son adversaire du jour, qui l’a convaincu de continuer le match alors qu’il avait déjà rangé ses affaires dans son sac et qu’il quittait le court ! Un brin moqueur, Cuevas a ensuite exagéré tous ses gestes, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous…

Et ce n’est pas tout. L’Allemand Alexander Zverev (n°7) a cassé plusieurs raquettes lors d’un tournoi où il a été fantomatique, le Français Benoît Paire (n°24) a insulté un spectateur qui avait parlé pendant un point (voir la vidéo ci-dessous) et l’Australien Nick Kyrgios (n°29) a fait des séries de pompes à chaque fois que Zverev commettait une double faute face à son compatriote Alex de Minaur (n°18). Kyrgios, encore lui, a même répondu de façon virulente à un journaliste qui lui demandait s’il pensait de Minaur capable de battre Rafael Nadal (n°1) : « Évidemment. C’est la question la plus bête que j’ai jamais entendue. »

Tous ces pétages de plomb n’ont pas demandé l’intervention de l’arbitre de chaise, mais il y en a un qui est au-dessus des autres. Il s’agit du Grec Stefanos Tsitsipas (n°6), qui a blessé son père Apostolos en fracassant sa raquette. Très énervé après avoir perdu le jeu décisif du premier set contre Nick Kyrgios ce mardi, le Grec a cassé sa raquette mais au passage, il a donné un coup sur le bras de son père et entraîneur. Tsitsipas s’est alors fait enguirlander comme un petit garçon par… sa propre mère, qui a débarqué pour sermonner son fils ! « C’était un accident, je n’ai pas fait exprès, ça arrive, a-t-il assuré en conférence de presse. « Peut-être que je vais être privé de sortie par mon père et rester dans ma chambre pendant trois jours. » Un petit enfant gâté, on vous dit…

Enfin, notons que les membres de la nouvelle génération ne sont pas les seuls à parfois sortir de leurs gonds. Ce samedi, lors de la demi-finale entre la Serbie et la Russie, le n°2 mondial Novak Djokovic a lui aussi perdu son sang froid… Mené trois jeux à un en début de deuxième set par Daniil Medvedev (alors qu’il avait remporté le premier haut la main), en quelques secondes et en un coup, il a matraqué son unique outil de travail ! Sa raquette en a ainsi rapidement fait les frais mais on se dit que quand on a tout gagné, comme le Serbe, on devrait montrer une autre image aux jeunes fans de tennis et au monde entier.

Quand les arbitres doivent s’en mêler…

Jeudi et vendredi, alors que les quarts de finale de l’ATP Cup se sont joués à Sydney, les arbitres de chaise ont dû intervenir. Notamment deux d’entre eux, parmi les plus connus sur le circuit professionnel : Mohamed Lahyani et Carlos Bernardes. Ce jeudi, le premier nommé a été au cœur d’un incident que l’on voit peu sur un court de tennis. Lors de la rencontre entre la Russie et l’Argentine, l’arbitre suédois avait donné un avertissement à Daniil Medvedev (n°5) après un accrochage avec son adversaire, Diego Schwartzman (n°13), pour une histoire de let et d’excuses oubliées. Le Russe s’est empressé de demander une explication à Mohamed Lahyani. Visiblement, elle ne lui donna pas satisfaction et il a frappé à deux reprises la chaise de l’arbitre avec sa raquette. Point de pénalité, une sanction pas à la hauteur de l’infraction pour certains.

« Je n’avais rien d’autre sous la main à cogner », s’est justifié le Russe après le match. « Mais je n’ai pas abîmé la chaise ni touché Mohamed. J’ai pris un point de pénalité et on est passé à autre chose. Je ne sais pas ce que va décider l’ATP. Je n’ai même pas cassé ma raquette. J’ai pris un avertissement, je vais écoper d’une amende. Il n’y a rien de plus à faire je pense. «  Après le match, remporté par Medvedev en trois sets 6-4, 4-6, 6-3, Schwartzman lui a glissé quelques mots au filet : « Je lui ai dit qu’il est un grand joueur mais qu’il a beaucoup de choses à changer en tant que personne. Il est très irrespectueux sur le court et fait des choses qu’il ne devrait pas faire. » L’arbitre s’est même empressé de descendre de sa chaise, craignant une altercation entre les deux joueurs…

Enfin, ce vendredi, Carlos Bernardes – souvent critiqué, – a surpris son monde lors de la rencontre entre la Serbie et le Canada. Disons simplement qu’il a quelque peu perdu son calme face à l’attitude d’une partie du public, complètement pro-serbe. On le sait, les supporters serbes sont chauvins et ils font beaucoup de bruit. Dans les tribunes de la Ken Rosewall Arena de Sydney, ils ont pris un malin plaisir à perturber l’adversaire de Novak Djokovic (n°2), le Canadien Denis Shapovalov (n°14). Ce dernier a même balancé un petit « F*** you » à l’un de ces perturbateurs qui se trouvait dans les tribunes. D’où l’intervention de l’arbitre de chaise, qui a trouvé des mots justes : « La chose la plus importante entre nous, c’est le respect. » Ce qui a eu le mérite de calmer les ardeurs des Serbes, mais qui prouve également que le monde devient fou, même quand il s’agit de sport et de tennis…

Crédit photos : @tsmplug

À LIRE AUSSI :

Roger Federer jouera à Miami, Richard Gasquet et Bianca Andreescu forfaits à Melbourne : les 7 infos de la semaine

Pour Craig Tiley, l’Australian Open débutera bien le 20 janvier ; les wild card dévoilées

3 réflexions au sujet de “ATP Cup – Mohamed Lahyani, Carlos Bernardes : quand les arbitres ont à gérer les pétages de plomb des joueurs”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s