Reportages

David Ferrer, Marcos Baghdatis, Tomas Berdych : ils ont pris leur retraite en 2019

Qui sont ces joueurs que l’on ne reverra plus sur les courts du monde entier parce qu’ils ont pris leur retraite au cours de la saison 2019 ? Focus sur ces huit joueurs qui ont décidé de ranger leurs raquettes cette année…

img_20190508_235120_2565267643484882361941.jpg


David Ferrer

Humble et travailleur, l’Espagnol a tout donné au cours d’une carrière professionnelle de 20 saisons, qui s’est terminée en mai dernier au Masters 1000 de Madrid. Âgé de 17 ans, sa mauvaise attitude a tellement frustré Javier Piles que l’entraîneur de longue date de David Ferrer l’a enfermé dans un placard. Ferrer est revenu une semaine plus tard avec une nouvelle attitude et une détermination qui ont assuré que la majorité des 1 110 matches qu’il a disputés sont devenus une bataille d’usure, quelle que soit la surface ou l’adversaire. Spécialiste à l’origine de la terre battue, Ferrer a travaillé dur pour devenir l’un des meilleurs joueurs espagnols, mis en évidence par une finale en 2007 lors des ATP Finals, perdue face à Roger Federer, l’une de ses sept apparitions au tournoi des Maîtres. Il a par ailleurs remporté sept titres en 2012, dont le Rolex Paris Masters. Puis, il a atteint la finale de Roland-Garros en 2013, où il a échoué face à Rafael Nadal, et son meilleur classement avec une 3ème place mondiale au classement ATP le 8 juillet 2013. Il a aidé l’Espagne à remporter trois Coupes Davis (2008, 2009 et 2011) et il a remporté 27 titres au total, se plaçant à la troisième place des joueurs les plus titrés en Espagne, derrière Manuel Orantes (33) et Rafael Nadal (84).

IMG_20190508_232952.jpg

Marcos Baghdatis

Rappelez-vous le sourire et la joie de jouer au niveau professionnel. Peu importe quand vous avez regardé Marcos Baghdatis évoluer pour la première fois en compétition : en tant que meilleur junior du monde en 2003, lors de son ascension dans le Top 10 du classement ATP avec sa course vers la finale de l’Australian Open et les demi-finales de Wimbledon à l’âge de 20 ans en 2006, ou l’indifférence qu’il a montrée face aux blessures croissantes qui l’ont rapidement affecté. Avec un jeu calqué sur l’ancien n°1 mondial Andre Agassi, les 22 victoires de Baghdatis contre les 10 meilleurs au monde, dont deux n°1 mondiaux en 2010 (Roger Federer à Indian Wells et Rafael Nadal à Cincinnati) ont été un autre sommet notable dans une carrière où le Chypriote a récolté quatre titres en simple sur le circuit ATP, 348 victoires en match et des milliers de fans dans le monde entier. Aujourd’hui, avec sa femme, l’ancienne joueuse professionnelle Karolina Sprem, et trois jeunes enfants, Baghdatis inspire déjà une autre star, son bon ami Stefanos Tsitsipas, qui a remporté les ATP Finals le mois dernier.

D-pn4fWWwAAu8DH

Nicolas Almagro

L’Espagnol a fait partie d’une longue lignée de joueurs de terre battue. Nicolas Almagro pouvait être fougueux, un trait qui ne faisait que s’intensifier lors des longs duels et lorsqu’il était contre le mur. Mais il a également joué avec un grand cœur et a tout donné dans une carrière professionnelle de 16 saisons. Almagro a disputé 23 finales sur terre battue, de son tout premier titre à Valence en 2006 à son 13ème et dernier titre à Estoril en mai 2016, et a atteint les quarts de finale de Roland-Garros en 2008, 2010 et 2012. Les victoires consécutives contre des membres du Top 10 à Acapulco en 2008 (David Nalbandian) et 2009 (Gaël Monfils) ont été des points forts de sa carrière, tout comme sa victoire en quarts de finale à Barcelone de 2014, contre Rafael Nadal. Almagro, qui a également atteint les quarts de finale de l’Australian Open en 2013, a pris sa retraite lors du Challenger joué dans sa ville natale à Murcie, en avril dernier, où il est maintenant directeur de l’académie de tennis au Manga Club. Au cours d’une carrière écourtée par une blessure au genou gauche, Almagro a remporté 397 matches, atteignant la 9ème place mondiale, son meilleur classement, le 2 mai 2011, au cours d’une saison où il a remporté trois titres en cinq finales.

D3yBoAVX4Acn1Kl.jpg

Tomas Berdych

Pendant la plus grande partie de ses 30 premières années, Tomas Berdych a consacré sa vie au tennis, sans rien négliger dans sa quête de l’excellence, de sa constance impressionnante et d’un beau jeu. Le travail acharné hors du terrain a porté ses fruits avec 13 titres ATP, y compris une meilleure performance en carrière à l’âge de 20 ans au Rolex Paris Masters en 2005. Peut-être que sa plus belle réussite est venue dans la défaite, quand il a battu Roger Federer et Novak Djokovic en route vers la finale de Wimbledon en 2010, mais Rafael Nadal a privé Berdych d’un titre en Grand Chelem. Il a disputé 52 tournois du Grand Chelem consécutifs – atteignant sept demi-finales (ou mieux) – avant de se retirer de l’US Open en 2016 (appendicite), et 64 Masters 1000 consécutifs (quatre finales) avant de se retirer à Montréal en 2017 (blessure à une côte). Le joueur tchèque a fait son entrée dans le Top 10 du classement ATP pour la première fois en octobre 2006 et a atteint un sommet en carrière, une place de n°4 mondial, le 18 mai 2015. Il a terminé sept saisons consécutives dans le Top 10 (2010-2016) et a enregistré 640 victoires au total. Avec Radek Stepanek, il a mené la République Tchèque aux titres en Coupe Davis en 2012 et 2013. Quand une blessure au dos a commencé à le gêner en 2018, le forçant à sortir du Top 50, les jours du Tchèque sur un court de tennis étaient comptés. En faisant finale à Doha et huitièmes de finale à l’Australian Open en janvier 2019, il y avait de l’espoir. Âgé de 34 ans, Berdych a terminé sa carrière lors d’une cérémonie sur le terrain lors des ATP Finals à Londres, qu’il a joué six fois tout au long de sa carrière.

EJQBpEvXUAANueQ.jpg

Janko Tipsarevic

Janko Tipsarevic a été le meilleur junior du monde avec une séquence de 33 victoires consécutives. Mais comme le Serbe l’a librement admis, sa transition vers le monde professionnel a été un peu plus complexe. Au moment où cet intellectuel a fait son entrée dans le Top 10 en 2011, largement inspiré par les performances de Stan Wawrinka, ses jours étaient comptés. Pendant deux ans, Tipsarevic a brillé, portant son jeu agressif pour atteindre son meilleur classement en avril 2012, une 8ème place mondiale. Il a aidé la Serbie à remporter le Coupe Davis en 2010 et a battu son bon ami Novak Djokovic, alors classé n°1 mondial, aux ATP Finals en 2011 et à Madrid en 2012. Tipsarevic a également atteint les quarts de finale de l’US Open en 2011 et 2012. Pendant cinq ans, la carrière de Tipsarevic a été dans les limbes car il a subi sept chirurgies différentes du bas du corps. Il a ensuite riposté et a enregistré sa première victoire en match en 570 jours en mars dernier à Miami. En tant que modèle de longue date pour une génération de joueurs serbes, y compris Djokovic, Tipsarevic a joué son dernier événement ATP à Stockholm en octobre 2019, mettant ainsi fin à sa carrière avec quatre titres ATP et 286 victoires en carrière. Il a déjà commencé à franchiser son académie de tennis à l’international.

EHGld-iWsAErICh.jpg

Tim Smyczek

L’Américain a rangé ses raquettes lors du tournoi de Washington, souhaitant passer plus de temps avec sa jeune famille. Étudiant maintenant un programme de maîtrise en administration des affaires à la Southern Methodist University de Dallas, Smyczek est surtout connu pour sa défaite en cinq sets contre Rafael Nadal lors du deuxième tour de l’Australian Open en 2015. Plutôt petit, il n’allait jamais dominer un adversaire avec son service et était réaliste quant à la perspective de remporter un jour un Grand Chelem, mais il a travaillé très dur pour tirer le meilleur parti de son jeu. Smyczek, né à Milwaukee, a atteint quatre quarts de finale sur le circuit ATP, mais aussi une demi-finale en 2018 à Newport. Cependant, il n’a pas atteint son objectif d’entrer dans le Top 30 au classement ATP, atteignant son meilleur classement, une 68ème place mondiale, le 6 avril 2015. Il a par ailleurs remporté sept titres sur le circuit Challenger.

DH7jjrOW0AAjLxN

Victor Estrella Burgos

Tout aurait put être si différent pour le Dominicain. Il y a sept ans, il soignait une blessure au coude et envisageait de prendre sa retraite avec 28 victoires à son actif – toutes gagnées lors de la Coupe Davis pour la République dominicaine. Victor Estrella Burgos n’a jamais pu croire à sa chance, jouant toujours avec le sourire à ses débuts dans un tournoi ATP à 29 ans. Lorsqu’il a fait son entrée dans le Top 100 du classement ATP à l’âge de 33 ans ou lorsqu’il a remporté trois titres consécutifs du circuit ATP sur la terre battue de Quito entre 2015, année où il est passé à un sommet en carrière en étant 43ème mondial, et 2017. Il a gagné le respect de ses pairs et, âgé de 39 ans, il a pris sa retraite lors d’un événement du circuit Challenger sur son territoire en octobre dernier.

b9sw1ngcqaaz0bu.jpg

Marcin Matkowski

En tant que moitié de la « puissance polonaise » de classe mondiale, Marcin Matkowski s’est associé à Mariusz Fyrstenberg (qui a pris sa retraite en 2017) pour devenir l’une des équipes de double les plus commercialisables de l’ATP Tour, remportant 15 titres, dont Madrid en 2008 et 2012. Le duo a également terminé deuxième en 2011 à l’US Open et finaliste des ATP Finals. Classé n°7 mondial en double à son meilleur le 9 juillet 2012, Matkowski a remporté 472 victoires et 17 trophées dans la spécialité. Il a pris sa retraite à l’âge de 38 ans à Sopot en août dernier.

Crédit photos : @atptour, @DcMBI, @WeAreTennisFR, @lequipe, @IntrumSthlmOpen

À LIRE AUSSI :

Jeu, Set Et Match recherche des passionnés pour partager son amour du tennis…

 

Où en est Hyeon Chung, le Sud-Coréen stoppé dans son ascension par des blessures ?

2 réflexions au sujet de “David Ferrer, Marcos Baghdatis, Tomas Berdych : ils ont pris leur retraite en 2019”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s