Analyses

ATP – Le top 10 des plus beaux matches de la saison 2019 (2ème partie)

Dans le sport, fin d’année rime souvent avec bilan. Voici donc la deuxième partie de notre top 10 des plus beaux matches de la saison 2019 sur le circuit ATP. Ainsi, découvrez quels matches ont été choisis dans cette deuxième partie, pour les places n°5 à n°1, soit pour nous le plus beau match de cette saison !

EL61wmpXsAE8V5i.jpg


5/ Rome : Novak Djokovic bat Juan Martin del Potro 4-6, 7-6 (6), 6-4

Un huitième de finale à Roland-Garros face à Karen Khachanov et un quart de finale face à Novak Djokovic à Rome : voici les deux seuls résultats notables de Juan Martin del Potro cette année 2019, de nouveau marquée par les désagréments sur le plan physique. Cependant, un soir d’avril, la Tour de Tandil a une nouvelle fois prouvé aux yeux du monde sa capacité à élever son niveau de jeu lors des grands rendez-vous. Même avec peu de rythme dans les jambes. Dans l’ambiance claire-obscure très prégnante du Centrale, Juan Martin del Potro décoche ses grands coups droits comme à ses plus belles heures, reléguant son adversaire plusieurs mètres derrière sa ligne de fond. Ses slices de revers, utilisés à outrance pour ne pas solliciter davantage sa rotule endolorie, deviennent une arme véritable pour contrecarrer le plan de jeu du Serbe. Et que dire de son service ce jour-là, une arme de destruction massive ou plutôt un aspirateur de points gratuits qui lui permet de remporter le premier set (6-4) après un break à 3-3. Mais le Serbe, en quête de rédemption après une tournée américaine en demi-teinte, breake en milieu de deuxième manche. La voie royale sera lancée pour le Djoker mais des tergiversations et quelques fautes directes viennent relancer Delpo. À 6-6, l’Argentin parviendra même a obtenir deux balles de match dont l’une sera sauvée avec brio par Novak Djokovic qui finira par empocher cette manche au forceps. Le troisième set marqué par la baisse en régime de l’Argentin côté coup droit, dont une première esquisse était survenue au moment de conclure dans le tie break de la deuxième manche. Djokovic, remonté comme une pendule, prend le service de son adversaire à 3-2 dans le troisième set, lui permettant de filer tout droit vers la victoire.

4/ ATP Finals : Dominic Thiem bat Novak Djokovic 6-7 (5), 6-3, 7-6 (5)

La victoire au Rolex Paris Masters de Novak Djokovic était un réel indicateur de sa forme du moment. Dominic Thiem, quant à lui, poursuivait sa métamorphose stylistique. La rencontre démarre sur les chapeaux de roues : le break de Djokovic à 3-1 est annulé dans la foulée par le débreak de l’Autrichien. Au terme d’une heure et six minutes de combat, le numéro deux mondial empoche finalement la première manche (7-6 [5]) au cours de laquelle le natif de Belgrade aura commis seulement deux fautes directes. Vexé par la tournure des événements, le récent vainqueur du tournoi de Vienne entame parfaitement le deuxième set en augmentant drastiquement son niveau de jeu, obligeant le Serbe à disputer une manche décisive (6-3). Après un break d’entrée de Thiem, le Djoker trouve le relâchement nécessaire pour recoller à 3-3. Alors que le niveau s’équilibre entre les deux hommes, Novak Djokovic fait preuve de fébrilité, permettant à son adversaire de servir pour le match à 6-5. Mais de nouveaux atermoiements de l’Autrichien poussent les deux hommes à se départager finalement au tie break. Le Serbe mène rapidement 3-0 avant d’être repris par le panache de son adversaire. Une dernière faute de coup droit de Nole ponctue ce choc de géants en trois sets.

3/ Wimbledon : Novak Djokovic bat Roger Federer 7-6 (5), 1-6, 7-6 (4), 4-6, 13-12 (3)

Ça aurait pu faire 21-15, ce sera 20-16. Roger Federer, en quête d’un titre du Grand Chelem depuis sa victoire à l’Australian Open en 2018, peut certainement se mordre les doigts d’avoir une nouvelle fois échoué face à Novak Djokovic en finale d’un tournoi majeur. Pendant une partie de la rencontre, le Suisse semblait légèrement au-dessus. Et pourtant, mené deux sets à un, il trouve les ressources nécessaires pour recoller à deux manches partout et disputer une manche décisive. De son côté Djokovic, malgré sa léthargie (inexpliquée) pendant la moitié du match, parvient, sans break, à mener deux sets à un. Monstre de sang-froid cet après-midi là, il a su contenir l’hostilité de la foule, loin d’être acquise à sa cause. La faillite de Federer est clairement survenue devant son impossibilité à convertir en sa faveur les points importants. A 5-4 dans la deuxième manche sur le service adverse, ou encore à 8-7 lors de la cinquième et dernière manche, balle de match. L’Helvete s’avance au filet mais le passing croisé-court de Djokovic, devant un public retenant son souffle, termine sa course sur la ligne, rappelant peut-être à son adversaire le souvenir effroyable de ce retour improbable que le Serbe avait distillé en demi-finale de l’US Open en 2011, encore une fois sur balle de match. Car oui, la finalité sera la même. Le Serbe sauve cette balle de match, finit par débreaker et s’impose grâce à un tennis sublimé par des nerfs d’acier dans un match qui restera indéniablement dans la légende pour sa dramaturgie.

2/ Roland-Garros : Stan Wawrinka bat Stefanos Tsitsipas 7-6 (6), 5-7, 6-4, 3-6, 8-6

On dit souvent que le contexte fait la beauté d’un match. Alors, dans ce cas précis, il ne s’agit que d’un huitième de finale de Grand Chelem, mais quel niveau de jeu ! Stan Wawrinka retrouve des sensations similaires à celles qu’il possédait du côté de la Porte d’Auteuil lors des éditions 2015 et 2017. Tandis que Stefanos Tsitsipas sort d’une saison printanière sur ocre plus que convaincante (titre à Estoril et finale à Madrid en terrassant notamment Rafael Nadal en demies). Malgré la chaleur écrasante du début du mois de juin à Paris, les deux protagonistes s’en sont donné à cœur joie pour nous offrir un match d’anthologie, ne dérogeant jamais à leurs principes offensifs. 5h09 de tennis varié, agressif. Dans la seconde manche, à 5-4 pour Tsitsipas, Wawrinka sauve cinq balles de set, dont une lors d’un point exceptionnel, conclu par un revers qui frôle la bande du filet. Finalement, c’est bien le Suisse qui triomphe dans cette opposition, dévastant sur le plan émotionnel Tsitsipas« Ça faisait longtemps que je n’avais pas pleuré après un match. Ça a été difficile à gérer sur le plan émotionnel. Je suis épuisé, je n’arrive plus à réfléchir », a déclaré le Grec à l’issue de la rencontre. Le chemin du Suisse dans ce Roland-Garros s’arrêtera au tour suivant face à un autre revers à une main, celui de Roger Federer.

1/ US Open : Rafael Nadal bat Daniil Medvedev 7-5, 6-3, 5-7, 4-6, 6-4

Après le gain de la deuxième manche, certains ont probablement décidé d’aller se coucher après un scénario logique et répété. Celui mettant en scène le cador du circuit qu’est Rafael Nadal, ne laissant aucun espoir  à son adversaire inexpérimenté à ce niveau (voir  la finale de l’US Open 2017 entre Nadal et Anderson). Seulement, c’est à ce moment précis qu’un parfum de nouveauté est venu enivré cette finale qui bascule dans l’irréel. Daniil Medvedev, l’homme de la deuxième partie de saison du tennis masculin (rien que ça) a décidé d’explorer une dimension de lui-même qu’on ne lui connaissait pas. Capable de basculer dans l’hystérie la plus totale depuis le début de sa carrière. Toutefois, la victoire aidant, le protégé de Gilles Cervara s’est assagi depuis son été 2019 couronné de succès. Il ne renonce jamais dans cette finale, malgré son statut de victime prédestinée. Cette victoire aurait pu en être une parmi tant d’autres pour Nadal si le Russe ne s’était pas révolté avec le peu de forces qu’il lui restait. Tandis qu’une image inédite est venue confirmer la dimension dantesque que ce match avait atteinte. Au cinquième set, vidé, rincé, lessivé émotionnellement, physiquement. Pour la première fois, on a vu l’Espagnol afficher ses faiblesses à son adversaire, lui qui est pourtant si impassible. Quelques minutes plus tard, Rafa s’écroule sur le ciment du Court Arthur Ashe, signant l’une des victoires les plus mémorables de sa carrière.

Hadrien HUBERT
Crédit photos : @josemorgado, @wimbledon, @lesoir, @BalleDeDebreak

À LIRE AUSSI :

Matches truqués : un joueur du Top 30 serait désormais impliqué…

Les Frenchies de la semaine : nouveau titre pour Manuel Guinard, Monfils et Pouille en exhibition

2 réflexions au sujet de “ATP – Le top 10 des plus beaux matches de la saison 2019 (2ème partie)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s