Analyses

Coupe Davis nouveau format, victoire de l’Espagne de Rafael Nadal : succès ou fiasco ?

Ce dimanche – après une semaine chargée et marquée par les polémiques et les déclarations chocs de joueurs qui sont pour ou contre cette nouvelle formule de la Coupe Davis (ou appelez-la comme vous le voulez…) -, l’Espagne de Rafael Nadal et Roberto Bautista Agut a soulevé le trophée. Certains diront que c’était écrit, puisqu’ils ont joué à domicile, à Madrid. Et que les dés sont pipés, puisqu’en 2020 et 2021, Madrid accueillera encore cette compétition… De notre côté, vous le savez déjà, nous avons refusé de relayer les résultats de ce qui s’apparente plus à une coupe du monde mal préparée qu’à une réelle Coupe Davis, comme nous l’avons connue par le passé. Mais pour le reste, cette première édition sous ce nouveau format a-t-elle été un succès ou un total fiasco ?

EKK6qc1W4AEPyoY.jpg


Il y a les polémiques et les joueurs qui sont contre…

Des polémiques, il y en a eu plusieurs à Madrid. La semaine a été chargée en critiques, c’est le moins que l’on puisse dire ! Le premier point noir, celui qui a certainement fait le plus parler, concerne la programmation des rencontres. Trois matches (deux simples et un double), séparés de 20 et 30 minutes avec en plus les échauffements, ne peuvent pas se terminer avant la nuit lorsqu’ils débutent à 18h. « Quand on finit à 02h00 du matin, avec l’adrénaline on ne dort pas avant 04h30. Et le lendemain on rejoue… », a critiqué Rafael Nadal, qui est pourtant en faveur de cette nouvelle formule. Fabio Fognini, un des acteurs de cette Coupe Davis, a d’ailleurs subi les affres de ces horaires incroyables. En effet, il a participé au double entre les États-Unis et l’Italie, démarré mercredi soir et qui s’est terminé ce jeudi matin, aux alentours de quatre heures à Madrid. L’Italien ne s’est pas gêné pour donner son avis via son compte Instagram… « Enfin, nous finissons… Les nouvelles règles ne sont pas les meilleures, nous pouvons le dire… à 04h18. Est-ce normal ? », a-t-il notamment écrit.

EKFm4nQWoAIBs1y.jpg

Cela a débouché sur une autre polémique, avec deux pays qui ont trouvé une parade à ces horaires tardifs : le Canada et l’Australie. En effet, les Canadiens, déjà qualifiée pour les quarts, ont à un moment donné refusé de jouer un double face aux États-Unis, ce qui a semblé injuste puisque tous les matches sont pris en compte pour déterminer les quarts de finalistes, avec un set average… Les Australiens, quant à eux, sont allés sur le court face aux Belges, mais ils ont abandonné après seulement un jeu, prétextant une fausse blessure de John Peers ! « Peersy (John Peers) avait simplement une petite gêne au coude. Pour moi, il n’était pas question de prendre le moindre risque avec lui avant le quart de finale« , a commenté le capitaine australien Lleyton Hewitt. Autre sujet de débat, ce format nerveux et ramassé qui met toutes les équipes en danger car il n’y a pas de droit à l’erreur. Ainsi, Rafael Nadal a dû sauver à chaque fois son équipe en disputant le deuxième simple et le double décisif…

EKDJ5lGXUAA2VGj.jpg

Troisième polémique, le manque de spectateurs, à part pour les rencontres de l’Espagne. Lors de sa première rencontre face au Japon, la France a joué devant des tribunes aux trois quarts vides, ce qui ne lui était plus arrivé depuis bien longtemps ! « Si on cherche à être négatif, on peut toujours dire que ça serait bien de jouer dans une plus grande enceinte avec plus de public », a ainsi déclaré le Britannique Andy Murray. Nicolas Mahut, qui a toujours pris ses distances avec le relooking de la Coupe Davis, ne s’est pas montré très enthousiaste à l’issue de l’élimination de la France. « Quand on fait une compétition comme celle-là, c’est toujours difficile de garder les traditions et de mettre de la modernité », a-t-il notamment déclaré. « Je crois que la tradition, ils l’ont complètement piétinée, ce n’est plus du tout ce qui faisait le sel de la Coupe Davis. Pour que ça fonctionne, il faut plus de temps : une semaine c’est trop court, on ne peut pas se permettre d’avoir deux rotations par journée et de finir des matchs à 4h du matin. Il faut que les stades soient pleins pour que ce soit une réussite, ça ne l’était pas. Il faut aussi que nos supporters reviennent, pour nous c’est important. » Les supporters français, il est sûr qu’ils n’étaient pas nombreux, et cela a été un des points noirs lors de la semaine écoulée. Pierre-Hugues Herbert, déçu comme son compatriote et partenaire de double, a d’ailleurs ajouté : « C’est la première fois que je m’entends chanter la Marseillaise. » Avant de tempérer et de trancher sur l’avis des Tricolores. « C’est forcément différent de ce que j’ai vécu quand on a joué à domicile une finale de Coupe Davis », a-t-il conclu. « Après, qui sait… si on s’était qualifiés jusqu’en finale et qu’on avait joué l’Espagne, on aurait vécu ce genre d’émotions. »

EJvvIwgWoAg-_H9.jpg

… Et les joueurs qui sont en faveur de cette nouvelle formule

Quand on parle des joueurs en faveur de ce changement et de cette nouvelle formule, on peut commencer par citer le Français Benoît Paire, qui a participé à la fête. Visiblement séduit, il a déclaré : « C’est génial. Je trouve que la presse la critique beaucoup parce qu’il y a peu de monde et que l’ancien format était soi-disant bien, et tout ça. Je trouve que le format est top, c’est nouveau, c’est un changement, il faut s’y faire. Il y a de l’ambiance, on sent que toutes les équipes jouent à fond le jeu. » Avant d’ajouter, pour faire face aux critiques grandissantes : « C’est la première édition ! Laissez le temps au produit avant de tout le temps critiquer, critiquer, dire c’est nul, c’était mieux avant etc. Non, je trouve que la compétition est top. Il y a quelques ajustements à faire. »

EJ5v4yTWsAYpM8c.jpg

De plus, en marge de sa participation avec l’Australie, Nick Kyrgios a déclaré : « Je pense simplement que le sport doit aller de l’avant. C’est pourquoi l’ATP et l’ITF tentent de créer plus événements parce que s’ils continuent sur la même voie qu’actuellement, le sport mourra. J’adore être avec cette équipe australienne. Les téléspectateurs aiment ça et je pense que les gens veulent en voir plus. » Pour une fois, celui qui est souvent catalogué comme le bad boy du tennis s’est montré positif envers un événement, et on l’a vu prendre réellement du plaisir, comme il avait pu le faire en septembre dernier lors de la Laver Cup, qu’il a par ailleurs encensé. « Le sport est un divertissement et si personne ne regarde, le tennis disparaîtra », a-t-il ajouté. L’Américain Noah Rubin, qui a repris dans un tweet les propos de Kyrgios, semble tout à fait en accord avec le joueur australien. De son côté, après l’élimination de son équipe en quarts de finale, le capitaine argentin Gastón Gaudio a également exprimé son opinion. Il fait partie de ceux qui ne dénigrent pas cette nouvelle formule, mais il a proposé des améliorations possibles du format actuel. « Nos fans ont été formidables, comme toute la semaine », a-t-il déclaré en conférence de presse à Madrid. « Je l’ai toujours dit. Et à propos du format, je pense qu’il a été très bon. Je ferais certains changements. Je ne comprends pas comment vous pouvez jouer pendant sept jours d’affilée lorsque vous avez des tournois comme Indian Wells ou Miami dans lesquels vous restez jusqu’à quinze jours pour jouer. Ce format mérite dix jours au moins pour ne pas avoir à jouer un jour après l’autre. »

Pour le Russe Andrey Rublev, qui a peut-être été un des meilleurs joueurs de cette Coupe Davis, cela a été des émotions nouvelles, lui qui n’a pas ou peu connu l’ancienne formule de cette compétition. « Jouer la Coupe Davis… C’est un sentiment incroyable de faire partie de cette équipe, de jouer avec eux, maintenant d’être en demi-finale avec eux après si longtemps », a déclaré le jeune joueur après la victoire de son équipe en quarts de finale. « C’est un sentiment incroyable. Je suis heureux de pouvoir si bien jouer. Et c’est incroyable de sentir que je peux rivaliser avec de bons joueurs et gagner des matches. » Et si la mode est de critiquer la nouvelle formule de la Coupe Davis (malheureusement, nous l’avons également fait, mais nous l’assumons complètement), l’Américain Reilly Opelka, a préféré taper sur l’ATP Cup, qui aura lieu au mois de janvier prochain en Australie. « Je la trouve pathétique », a-t-il déclaré depuis Madrid. « Je pense que c’est choquant que l’ATP ait permis à cette compétition d’exister. C’est assez mauvais pour le sport. Ça le rend plus lourd qu’il ne l’est déjà. » Ce qui déplaît au joueur américain, c’est qu’il sera possible de marquer des points ATP lors de cette nouvelle épreuve. « Moi, je suis le 36e joueur mondial », a-t-il ajouté. « Je ne vais pas jouer, parce que je suis le troisième Américain, et seuls les deux meilleurs vont jouer. C’est injuste, il n’y a pas d’égalité de chances pour tout le monde. Par exemple, la Moldavie s’est qualifiée. Leur joueur n°1 est classé assez loin derrière moi. Quant à leur n°2, je ne pense pas qu’il soit classé. Ce n’est pas bon pour le sport. »

EKDgFGQU4AQaPqK.jpg

Enfin, certains attendent un peu pour réellement se prononcer

Arnaud Boetsch, vainqueur de la Coupe Davis en 1996 (il avait remporté le cinquième match décisif à Malmö), a également donné une opinion avisée sur le sujet. Un avis important, à écouter, quand on sait qu’il est désormais responsable de la communication chez Rolex, partenaire de cette nouvelle formule de la Coupe Davis. « On sent que les joueurs ont envie de gagner, qu’ils sont à fond une fois que les rencontres sont engagées », a-t-il déclaré à nos confrères du quotidien L’Equipe. « C’est la priorité. Mais si chacun des pays était soutenu par plus de monde, ça donnerait encore plus l’impression qu’on garde de cet ADN-là. C’est ce qui me manque, on perd un peu pied pour l’instant, je perds certaines références. » Concernant le fait que les joueurs français ont entamé leur rencontre face au Japon devant une toute petite poignée de spectateurs, Boetsch a également exprimé quelques réserves. « Oui, c’est vrai, ça fait un peu mal », a-t-il ajouté « Là, on doit se dire : ‘zut, peut-être que ce n’est pas le bon format, il y a quelque chose qui ne va pas.’ La Marseillaise devant 4-5-6-7000 personnes, ça donne des frissons, c’est pourquoi on joue pour son pays. N’ayant pas ça, ça veut dire qu’il faut aller chercher très loin sa motivation, sa force. Il ne faudrait pas que ce soit trop comme ça. » Enfin, concernant sa position en tant que responsable de la communication chez Rolex, il am is en garde sur le fait qu’il faut que cette nouvelle formule garde une part de l’ADN de la Coupe Davis telle que nous l’avons connue. « Si un grand pilier de l’histoire du tennis venait à devenir quelque chose d’hybride qu’on ne reconnaît pas, on se poserait quelques questions, c’est sûr », a-t-il conclu son entretien.

EJ6kdCVXUAAmu4H.jpg

Enfin, pour Rafael Nadal (n°1) et Novak Djokovic (n°2), il faudrait fusionner la Coupe Davis et l’ATP Cup, les deux compétitions ne pouvant survivre aussi près dans le calendrier. « A long terme, je ne pense pas à titre personnel que les deux Coupes puissent coexister à six semaines d’écart. C’est trop rapproché », a précisé le Serbe. « Une idée serait de fondre les deux Coupes en une seule. Je pense que c’est une option ouverte à l’avenir. » Pour l’Espagnol, il est aussi évident que les deux compétitions doivent fusionner.  « Je ne vois pas deux Coupes du monde en un mois dans notre calendrier. (…) Donc si vous me demandez mon opinion personnelle, il n’y a pas d’autre voie que d’avoir une seule grande, grande compétition : ATP, ITF, Kosmos, Coupe Davis, Coupe du monde… quel que soit le nom. Encore que je pense que Coupe Davis serait le nom juste parce qu’il fait partie de l’histoire de notre sport. » En tout cas, Djokovic a plaidé en faveur du changement, faisant une tentative de défense de ce que Gerard Piqué a voulu faire en s’immisçant dans les affaires du tennis. « A chaque fois qu’on fait des changements, on prend des risques », a-t-il ajouté. « Il y a beaucoup d’argent engagé, 18 équipes, 90 joueurs et des centaines de personnes dans les staffs de chaque équipe. Donc c’est une énorme organisation et il faut beaucoup de temps et d’efforts pour tout mettre en place. »

EKK2hwrWwAca4Cp.jpg

Crédit photos : @TennisMagazine1, @DavisCupFinals, @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Les Frenchies de la semaine : Carole Monnet à nouveau titrée, face à Clara Burel

Exhibition annulée pour Roger Federer, Jo-Wilfried Tsonga débutera 2020 à Doha, Tatiana Golovin invitée à Limoges : les 7 infos de la semaine

2 réflexions au sujet de “Coupe Davis nouveau format, victoire de l’Espagne de Rafael Nadal : succès ou fiasco ?”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s