Analyses

Les clés du match : Dominic Thiem solide face à un Roger Federer imprécis

Après avoir fait l’impasse sur Paris-Bercy afin de ne pas puiser dans ses dernières ressources physiques de la saison, Roger Federer (n°3) – qui n’a pas empoché le moindre tournoi majeur en 2019 (seul le Masters 1000 de Miami fait figure d’exception) – faisait son entrée en lice lundi à 21h lors des ATP Finals. Opposé à Dominic Thiem (n°5), l’un des rares joueurs ayant un ratio positif dans leurs confrontations directes (4-2 avant cette rencontre), le Bâlois se devait de gagner impérativement afin de ne pas hypothéquer ses chances de rallier le dernier carré à l’O2 Arena.


Une dernière faute en coup-droit et Dominic Thiem (n°5) s’écroula sur le ciment américain d’Indian Wells. Lors de leur affrontement californien du mois de mars dernier, beaucoup pensèrent que l’Autrichien serait incapable de renverser la tendance après la perte du premier set, sauf qu’il n’est plus le joueur auquel on prédit un avenir radieux, car son présent l’est déjà. Son nouvel entraîneur, Nicolas Massu, lui a certainement apporté un supplément d’âme que Günter Bresnik n’était pas en mesure de lui procurer. « La séparation avec Bresnik est intervenue après une très longue collaboration et c’était la meilleure décision pour moi », avait expliqué l’intéressé lors du tournoi de Pékin. « Avec Nico (Massu), on ne se connaissait pas donc on est parti d’une page blanche. Nous avons eu beaucoup de succès assez vite. »

EJCyHReWwAACF4P.jpg

Durant la semaine de transition entre la fin de Bercy et le début des ATP Finals, Thiem aurait excessivement travaillé sur l’un des coups les plus importants pour mettre à mal Federer en indoor : le service. En effet, malgré un taux étonnamment bas de premières balles (63%), l’Autrichien s’est octroyé beaucoup de points gratuits durant cette rencontre, grâce à l’efficacité de son service et surtout au maigre taux de retours du Suisse sur les premières balles de son adversaire (32%). De plus, ses récentes velléités offensives travaillées depuis son élimination au premier tour de l’US Open a permis à l’Autrichien de retrouver le succès au tournoi ATP 500 de Pékin, avant de s’imposer devant son public au tournoi ATP 500 de Vienne. Il récolte les fruits du travail avec le Chilien qui parvient avec exactitude à faire évoluer une nouvelle facette de son jeu, trop peu exploitée par le passé. « C’est important de raccourcir les points et de les terminer au filet », expliquait Thiem à Pékin. « On travaille sur ça et ça vaut le coup pour l’instant. »

Un Dominic Thiem au visage offensif

Ce nouveau visage de Dominic Thiem s’est manifesté de différentes façons dans cette rencontre.

  • Au retour : Il n’a pas hésité à prendre l’ascendant dès ses premiers coups de raquette, à la manière d’un Federer, afin d’abréger les échanges. Sur une seconde balle neutre du Suisse, le récent vainqueur du tournoi de Vienne ne tergiverse pas pour rentrer dans le court et frapper fort au centre en ayant pris la balle au sommet du rebond. Federer, agressé, est obligé de jouer une demi-volée sur les talons qui ne franchit pas le filet.
  • À l’échange : Après un coup droit croisé efficace sur le revers de Federer,Thiem –  positionné sur sa ligne – décide de poursuivre son coup au filet.

thumbnail_Capture d’écran 2019-11-10 à 21.42.36.png

thumbnail_Capture d’écran 2019-11-10 à 21.43.00.png

  • À la volée : Principale évolution de son jeu depuis quelques semaines, le finaliste du dernier Roland-Garros n’hésite pas à monter au filet, lui permettant de s’offrir des points gratuits et d’éviter que Federer joue trop fréquemment en rythme, rythme qu’il ne trouvera jamais dans ce match.

Le coup droit puissant de Thiem sur le revers du Bâlois est suivi d’une montée au filet, symbole de ce nouveau visage de l’Autrichien.

Thiem a également remporté quelques points grâce à un schéma de jeu qu’il maîtrise plutôt bien, refroidissant les volontés offensives de Federer.

Retour « sous le filet » de Thiem qui oblige Federer à jouer sa volée dans une position délicate, obtenant une balle relativement abordable pour un joueur de son niveau, le droitier de 26 ans peut se permettre de passer le Suisse en deux temps. 

Dans le même genre :

Quand on évoque des résolutions offensives, il est de coutume d’imaginer que le joueur se trouve proche de sa ligne ou à l’intérieur du terrain. Cependant, le graphique proposé par l’ATP durant le match nous prouve le contraire. L’an passé, Thiem était en moyenne bien à l’intérieur du court. Il a certainement voulu ne pas céder de terrain face à l’agressivité de son adversaire. Cependant, ces intentions ont peut-être joué sur la qualité de ses coups. Hier, il s’est retrouvé plus d’un mètre derrière sa ligne de fond mais ça ne l’a pas empêché de jouer le match parfait. 

thumbnail_Capture d’écran 2019-11-11 à 16.37.26.png

« Je n’ai pas été bon dans les moments importants »

De son côté, Roger Federer allait naturellement adopter une posture très offensive, qui se marie parfaitement avec la rapidité du jeu en salle. En témoigne son premier point du match où il tente sans succès un service-volée.

23.png

Roger Federer se retrouve dans le terrain après un service slicé court. Sa volonté de prendre l’ascendant le plus rapidement possible dans l’échange est indéniable. 

Autre exemple :

24.png

Toutefois, malgré des chiffres corrects au service tout au long du match (5 aces, 75% de premières, 70% de points gagnés sur sa première balle), le Bâlois n’a jamais été en mesure d’imposer son tempo dans ce match. 

Dominic Thiem se retrouve, dès son deuxième coup de raquette, déporté sur l’une des extrémités du terrain. Federer joue dans le coté ouvert, puis rentre dans le terrain pour jouer dans le replacement de l’Autrichien.

Dans le même genre : 

Les intentions offensives de Thiem sont prises en considération par Roger Federer qui n’hésite pas à jouer de son fameux « chip court » pour attirer son adversaire au filet. Toutefois dans l’exemple ci-dessous, le lob raté de Federer met à mal ses résolutions.

Pour briller dans ce type de rencontre, Federer aurait dû limiter son nombre conséquent de fautes directes. 22 en deux sets, cela semble trop pour pouvoir prétendre à mieux. Durant la partie, de nombreux échanges se sont joués en diagonale de revers. Grâce au logiciel crée par Infosys, sponsor du tournoi londonien, on apprend que la plupart des échanges se sont joués dans la diagonale de revers : 70 % des revers de Federer étaient joués sur le revers de Thiem et inversement. Alors que seulement 46,5 % des échanges se sont joués en diagonale de coup-droit.

EJCwY3AWkAACpal

En somme, ce ne fut pas la rencontre de l’année, marquée par le niveau fluctuant de Federer et la solidité dans les points importants de l’Autrichien qui ont joué pour la dernière fois en match officiel, le 27 octobre pour l’un (finale à Bâle) et le 31 octobre pour l’autre (huitième de finale à Bercy). Aujourd’hui, les trois meilleurs joueurs du monde (dont fait partie Federer avec Nadal et Djokovic) sont impériaux dans chaque aspect du jeu (service, jeu d’attaque, retour, jeu de défense…). Si Dominic Thiem (déjà très au point sur bon nombre des aspects cités ci-dessus) persévère dans sa quête perpétuelle d’amélioration, si ses aptitudes mentales – entrevues à de nombreuses reprises cette année – et s’il ne subit pas de blessure grave, alors il ne serait pas étonnant de voir l’Autrichien aux portes de remporter un tournoi du Grand Chelem, quelque soit la surface. Sa quête vers les sommets peut commencer dès ce mardi soir face au n°2 mondial, Novak Djokovic, l’homme en forme de cette fin de saison. Il faudra sans doute qu’il élève encore son niveau de jeu pour concurrencer le natif de Belgrade, qui a pour ambition de finir l’année sur le trône de la hiérarchie mondiale. Tandis que Federer n’aura plus le droit à l’erreur face à l’Italien Matteo Berrettini (n°8) s’il veut obtenir encore une chance de soulever une septième fois ce trophée qu’il chérit tant.

Hadrien HUBERT
Crédit photos : @PratikBasu, @ATPTour, @josemorgado

À LIRE AUSSI :

Julien Benneteau, grand artisan de la victoire française en Fed Cup

Les Frenchies de la semaine : des titres pour Hugo Grenier, Manuel Guinard, Geoffrey Blancaneaux et Caroline Roméo

6 réflexions au sujet de “Les clés du match : Dominic Thiem solide face à un Roger Federer imprécis”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s