Interviews

Rencontre avec… Caroline Roméo

Née en 1994, aux portes du Top 800, Caroline Roméo (n°808) n’est pas la plus connue des joueuses françaises. Et même si elle a remporté un titre il y a une semaine et demie, le fait qu’elle ait réalisé cette performance au Mexique ne va pas aider à faire parler d’elle chez nous. Mais comme vous le savez, chez Jeu, Set Et Match, nous aimons vous faire découvrir ces pros dont on parle d’eux. Partons donc à la rencontre d’une joueuse qui semble être une acharnée de travail et une vraie passionnée de tennis.


Bonjour Caroline, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs : d’où venez-vous et à quel âge avez-vous commencé le tennis ? Qu’est-ce qui vous a amené à être joueuse professionnelle ?

Bonjour, je viens de Marseille, j’ai commencé le tennis à l’âge de 8 ans au CSMT. Mes parents m’ont fait commencer le tennis par pur hasard, ils voulaient simplement que je fasse du sport. Je me suis prise de passion pour ce sport très vite. C’est aux alentours des 12, 13 ans que j’ai vraiment décidé que je voulais pratiquer le tennis à haut niveau.

Que pouvez-vous nous dire à propos de votre jeu ? Quels sont vos points forts et vos points faibles ? Pouvez-vous également nous dire quelle est votre surface préférée ?

Je suis plutôt une contreuse. J’aime le combat, je suis assez physique. Mon plus gros défaut, c’est mon stress que je n’arrive pas toujours à maîtriser. La surface que je préfère est le Green Set extérieur.

72162755_419174992314778_8353760993297301504_nDimanche dernier, vous avez remporté votre plus beau titre à Metepec (Mexique). Parlez-nous de cette semaine victorieuse, loin de la France, et de ce que vous avez ressenti après la balle de match en finale.

Cette semaine a été génial e! Gagner un titre, c’est une sensation unique. C’est la première fois que je partage une victoire en finale avec mon petit ami, qui m’a suivie toute la semaine. Son soutien a été très important pour moi.

Ce titre vient plus de trois ans après le dernier, que vous aviez remporté en 2016. Qu’est-ce qui vous a manqué pendant ces trois années pour aller chercher d’autres trophées ?

Ces trois dernières années furent compliquées. Des blessures à répétition, les nouvelles réformes de l’ITF, une perte de motivation… Le sport de haut niveau, ce n’est malheureusement pas que des bons moments, mais je suis contente d’avoir laissé tout ça derrière moi. Maintenant, je profite à 100% d’être sur le terrain, dans de bonnes dispositions physiques et mentales.

Ce titre va vous faire progresser au classement, avez-vous désormais envie de tenter votre chance sur des 25 000 $ ?

Bien sûr que l’objectif est de jouer des plus gros tournois. Je pense peut-être jouer encore quelques 15 000 $, pour remonter au classement et pour rentrer plus facilement dans les plus gros tableaux. Mais évidemment, le but est de participer à des 25 000 $ et plus l’année prochaine.

Si on regarde le classement WTA, vous êtes aujourd’hui classé n°808. Accordez-vous de l’importance au classement, le regardez-vous chaque semaine ? Ou est-ce juste un chiffre pour vous ?

Je ne savais même pas que c’était mon classement actuel. Je sais à peu près où je me situe mais je ne prête pas grande attention à cela.

75418199_516798912387053_4674906429490987008_nComme toutes les joueuses de tennis, vous devez rêver de participer un jour à un tournoi du Grand Chelem. Lequel rêveriez-vous de jouer le plus et pourquoi ?

Évidemment, jouer ne serait-ce que des qualifs de Grand Chelem, c’est un rêve de gosse et plus particulièrement celles de l’Australian Open, car l’atmosphère là-bas est incroyable. Mais mon plus grand objectif est de me faire plaisir sur le court et de donner le maximum chaque jour.

Nous savons qu’il n’est pas toujours facile d’être une joueuse professionnelle financièrement, surtout quand on ne fait pas partie du Top 100. Parvenez-vous à joindre les deux bouts ou l’aspect financier est-il un problème pour vous au quotidien ?

C’est souvent la question qui revient. « Tu joues des tournois pros, donc tu gagnes ta vie ? » Malheureusement, non. Si j’arrive à me rembourser une tournée, je suis déjà satisfaite. C’est un problème car on est toujours en train de faire attention, louer des Airbnb, faire des longs voyages pour économiser sur le billet. Mais cela fait parti du jeu, il faut l’accepter, même si je pense que l’ITF pourrait offrir une vie meilleure aux joueuses.

74205829_2442514362743539_4084944099600236544_nQui vous accompagne au quotidien sur les tournois ? Avez-vous un entraîneur avec vous, ou des proches qui viennent vous soutenir ?

Je suis actuellement avec mon petit ami/coach. Depuis mes débuts (cela fait plus de 5 ans que je joue le circuit), j’avais pour habitude de voyager seule. Depuis un an et demi, j’ai changé de structure et je peux désormais voyager deux à trois fois par an avec mes coachs. L’idéal serait d’être accompagnée à temps plein, mais pour cela il faudrait un budget illimité, ce qui n’est pas mon cas.

Pour finir, pouvez-vous nous donner votre programme pour la fin de la saison ? Dans quels pays et sur quels tournois allez vous évoluer dans les semaines à venir ?

Je suis actuellement au Guatemala pour finir ma tournée en Amérique du Sud. Je rentrerai ensuite en France, pour jouer les matches par équipe en Pro B avec le Tennis Club de Marseille. Puis je pense démarrer ma préparation foncière pour démarrer l’année 2020 mi/fin janvier.

Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre à nos questions Caroline, nous vous souhaitons évidemment le meilleur pour la fin de la saison !

Propos recueillis par Yannick Giammona pour Jeu, Set Et Match

À LIRE AUSSI :

Next Gen ATP Finals : Alex de Minaur favori, quel parcours pour Ugo Humbert ?

Les Frenchies de la semaine : Pierre-Hugues Herbert, Nicolas Mahut et Kristina Mladenovic au sommet du double

Publicités

3 réflexions au sujet de “Rencontre avec… Caroline Roméo”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s