Interviews

Rencontre avec… Arthur Reymond

Il y a une semaine, un jeune joueur français remportait son tout premier titre professionnel sur le circuit Futures, à Nevers (France, M25, indoor). Âgé de tout juste 20 ans, Arthur Reymond est ainsi ce joueur que nous vous proposons de découvrir ici à travers une interview sans détour, où il nous livre ses impressions après ce premier titre mais aussi ses ambitions en tant que joueur professionnel.


Bonjour Arthur, pouvez-vous commencer par vous présenter à nos lecteurs : d’où venez-vous et à quel âge avez-vous commencé le tennis ? Qu’est-ce qui vous a amené à être joueur professionnel ?

Je suis de Toulouse. J’ai commencé le tennis à l’âge de 5 ans et la compétition à 10 ans. J’ai toujours rêvé d’être n°1 mondial et j’ai toujours eu cette ambition.

Que pouvez-vous nous dire à propos de votre jeu ? Quels sont vos points forts et vos points faibles ? Pouvez-vous également nous dire quelle est votre surface préférée ?

Je suis plutôt un joueur offensif. J’essaie de prendre la balle le plus tôt possible et de suivre au filet le plus souvent. Je dirais mon jeu en touché, ainsi que ma volée.

Dimanche dernier, vous avez remporté votre tout premier titre pro à Nevers. Parlez-nous de cette semaine victorieuse – qui plus est en France – et de ce que vous avez ressenti après la balle de match en finale.

71478854_1526854307455741_5037314060530483200_nC’était vraiment une bonne semaine parce que j’ai réussi à enchaîner les victoires, physiquement j’étais très bien. Ensuite, je me suis très bien préparé toute la semaine, avec des bonnes phases de récupération. J’ai réussi à bien gérer sachant que je n’ai pas eu de matches « faciles ». Cela fait déjà quelques mois que je progresse dans ma gestion des tournois mais les résultats n’étaient pas forcément là. Je suis content que mes efforts commencent à être récompensés. J’étais très heureux, c’était une très belle finale et le fait de la gagner, c’était un soulagement et un pur bonheur.

En finale, vous avez d’ailleurs signé une belle performance en battant votre compatriote Quentin Halys, membre du Top 200 et tête de série n°1, après avoir perdu le 1er set. Où êtes-vous allé chercher les ressources nécessaires pour aller jusqu’à la victoire ?

J’ai perdu le premier set sur un seul break que j’ai pris d’entrée de jeu, avec un peu de tension, sûrement. Derrière je ne me suis absolument pas vu perdant, je pensais vraiment pouvoir gagner ce match si j’arrivais à gagner tous mes jeux de services. Alors, je me suis accroché et le match a tourné en ma faveur.

Ce titre pourrait en appeler d’autres, est-ce que cela vous donne un supplément de motivation pour continuer à progresser et jouer au niveau professionnel ?

Oui bien sûr, après même si je n’étais pas sorti vainqueur de cette finale, ma motivation n’aurait fait qu’augmenter. Comme chaque jour.

Si on regarde le classement ATP, vous êtes aujourd’hui classé n°821. Accordez-vous de l’importance au classement, ou est-ce juste un chiffre pour vous ?

71320609_1525875264220312_9121195894459334656_nJ’accorde beaucoup d’importance au niveau de jeu et à ma progression, je trouve que le classement est juste un chiffre. Après, bien évidemment, avoir un bon classement pour rentrer directement dans le tableau final, ou bien accéder aux tournois du circuit Challenger est important quand même, mais quand je joue au tennis je ne pense qu’à mon jeu.

Comme tous les joueurs de tennis, vous devez rêver de participer un jour à un tournoi du Grand Chelem. Lequel rêveriez-vous de jouer le plus et pourquoi ?

Je rêve de tous les jouer. Après, à choisir, Roland-Garros serait ma priorité, pour le public français, puis jouer un Grand Chelem à domicile ça doit être quelque chose !

Nous savons que financièrement, il n’est pas toujours facile d’être un joueur professionnel, surtout quand on ne fait pas partie du Top 100. Parvenez-vous à joindre les deux bouts ou l’aspect financier est-il un problème au quotidien ?

C’est forcément un problème quand on ne fait pas parti des tops joueurs. C’est même parfois très difficile, donc c’est vrai que les résultats sont aussi importants pour pouvoir ensuite voyager dans d’autres tournois.

Qui vous accompagne au quotidien ? Avez-vous un entraîneur avec vous, ou des proches qui viennent vous soutenir ?

D’une manière générale, je pars seul en tournoi. De temps en temps, ma famille me rejoint pour me supporter.

53208697_10157085626483599_5835929346224685056_nPour finir, pouvez-vous nous donner votre programme pour la fin de la saison ? Dans quels pays et sur quels tournois allez vous évoluer dans les semaines à venir ?

Cette semaine, je vais jouer le 25 000 $ de Rodez, puis les semaines à venir je vais tenter de jouer un Challenger à Brest, si j’obtiens une wild card. Sinon, ce sera deux 25 000 $ en Tunisie. Ensuite, je participerai aux Interclubs avec mon club du Stade Toulousain (première division).

Propos recueillis par Yannick Giammona pour Jeu, Set Et Match

À LIRE AUSSI :

Tsitsipas qualifié pour Londres, Del Potro repousse son retour, Pouille fait une pause : les 7 infos de la semaine

Avec la défaite de Novak Djokovic à Shanghai, Rafael Nadal se replace dans la course à la place de n°1 mondial !

Publicités

3 réflexions au sujet de “Rencontre avec… Arthur Reymond”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s