Analyses

Bianca Andreescu peut-elle créer l’exploit face à Serena Williams en finale de l’US Open ?

Ce samedi, à partir de 22h (16h, heure locale), Serena Williams (n°8) et Bianca Andreescu (n°15) s’affronteront en finale de l’US Open, le dernier Grand Chelem de la saison. Forcément, les enjeux ne seront pas les mêmes pour les deux joueuses, qui ont 19 ans d’écart. Présentation d’une finale qui pourrait s’annoncer comme passionnante…


Il y a 20 ans, Serena Williams remportait son premier Grand Chelem

Il y a un peu plus de 20 ans, le 30 août 1999, Serena Williams (n°8) remportait son tout premier titre du Grand Chelem à l’US Open. À la même date, Bianca Andreescu (n°15)… n’était tout simplement pas née ! Voilà qui pourrait faire de la cadette des sœurs Williams la grandissime favorite de cette finale, mais ce serait oublier que la teenager canadienne n’a rien a perdre, elle qui était encore 154ème joueuse mondiale début janvier. Elle sera, au pire, n°9 au sortir du Grand Chelem new-yorkais. Cependant, l’expérience de Williams, qui disputera ce samedi soir sa trente-troisième finale dans un tournoi Majeur, la dixième à l’US Open, ne devrait-elle pas l’emporter ?

EDyNGvUW4AMqIqY.jpg

À vrai dire, rien n’est encore fait. Le parallèle avec la saison 2018 est frappant. L’an dernier, Serena Williams avait été battue en finale de Wimbledon, sa première en Grand Chelem après avoir donné naissance à sa fille, et sa première depuis sa victoire à l’Australian Open en janvier 2017. Elle avait perdu contre Angelique Kerber, avant de jouer à nouveau la finale à New York, face à une toute jeune joueuse : la Japonaise Naomi Osaka, 20 ans à peine, dont le seul fait d’armes sur le circuit WTA était alors une victoire au tournoi Premier Mandatory d’Indian Wells au mois de mars. En 2019, même chose : Williams a fait finale à Wimbledon (perdue contre Simona Halep) et la voilà encore une fois en finale à l’US Open. Elle jouera à nouveau contre une toute jeune joueuse qui est en train d’éclore en cette année où le monde change pour elle. En effet, Bianca Andreescu a remporté son premier tournoi en 125k Series en janvier à Newport Beach, avant d’enchaîner avec le tournoi Premier Mandatory d’Indian Wells en mars et le tournoi Premier 5 de Toronto en août dernier. Ce parallèle inouï sera dans toutes les têtes au moment de jouer les premiers points sur le Stadium Arthur Ashe qui aura du mal à faire son choix entre les deux joueuses.

EDyN2g0WwAAgVZc.jpg

Bianca Andreescu, un ovni au mental d’acier

Depuis le début de la saison 2019, les statistiques d’Andreescu se sont enflammées. En effet, à ce jour, la Canadienne compte 44 matches remportés pour seulement… 4 défaites ! Par ailleurs, elle ne compte aucune défaite face à des joueuses du Top 10 en sept rencontres, avec à son compteur des titres à Indian Wells et Toronto (elle a joué 9 tournois, pour 4 finales et 3 titres si on ajoute celui remporté à Newport Beach en janvier). Menée 5-2 dans le deuxième set en demies, elle a aligné cinq jeux d’affilée pour l’emporter en deux manches face à la Suissesse Belinda Bencic (n°12). Malgré ses 19 printemps, elle nous impressionne par son mental d’acier. La Canadienne semble n’avoir peur de rien. Et cela est dû à un gros travail mental et à des séances de méditation qu’elle pratique depuis l’âge de 12 ans, comme elle l’expliquait à la presse new-yorkaise : « Je ne travaille pas seulement sur l’aspect physique. Je travaille aussi beaucoup le mental, parce que c’est vraiment très important. Pendant mes matches, ça m’aide de façon certaine à rester dans l’instant présent. Je n’aime pas rester fixée sur ce qu’il s’est passé, ou sur ce qu’il pourrait arriver dans le futur. J’ai l’impression que beaucoup travaillent le côté physique, mais je pense que la partie mentale est la plus importante. C’est l’esprit qui contrôle notre corps, non ? J’ai appris la méditation et la visualisation grâce à des cours en ligne. Ma mère m’y a initiée quand j’avais douzaine d’années, et j’ai toujours continué depuis. Chaque matin, la première chose que je fais au réveil, c’est méditer. ça m’aide vraiment à commencer la journée d’un bon pied. »

Serena Williams : vaincre la pression et écrire sa légende

Finalement, le gros point d’interrogation de cette finale concernera la situation mentale de Serena Williams : l’Américaine parviendra-t-elle à vaincre cette pression liée à sa propre légende, sachant qu’elle a perdu les trois dernières finales jouées en Grand Chelem, à chaque fois au mental ? Va-t-elle enfin parvenir à remporter ce vingt-quatrième titre Majeur après lequel elle court depuis sa victoire à l’Australian Open en janvier 2017, et se libérer ainsi du poids de l’histoire ? Autre interrogation, Bianca Andreescu va-t-elle devenir la première joueuse depuis Monica Seles en 1990 à remporter son premier titre du Grand Chelem après seulement quatre apparitions dans un tableau principal ?

EDwbVQoU8AIs0YK.jpg

Pour vous aider à analyser toutes ces questions, voici quelques statistiques concernant les face-à-face entre les deux joueuses et leur situation en Grand Chelem. Leur première rencontre a eu lieu il y a seulement quelques semaines, en finale du Premier 5 de Toronto. Serena Williams avait dû abandonner à 1-3 à cause de problèmes de dos. En ce qui concerne les finales de Grand Chelem, l’Américaine de 38 ans en est à vingt-trois victoires pour neuf défaites, mais comme nous l’avons déjà souligné elle en est à trois défaites ces deux dernières années (Wimbledon 2018 et 2019, US Open 2018). Elle compte cependant six victoires pour trois défaites en finale de l’US Open. Bianca Andreescu, de son côté, pourrait devenir la première joueuse de moins de 20 ans à remporter un titre du Grand Chelem depuis Maria Sharapova à l’US Open en 2006. Elle est d’ailleurs la première joueuse née dans les années 2000 à atteindre une telle finale. De quoi apporter un vent de fraîcheur au circuit féminin. Les jeux sont faits, rendez-vous à 22h en France pour le verdict final de la quinzaine.

EDwcBUpUYAABySq.jpg

Crédit photos : @usopen, @WTA

À LIRE AUSSI :

US Open – Le Rafael Nadal cuvée 2019 est-il plus fort que le Nadal de 2008 ?

Meilleur relanceur à l’US Open, Daniil Medvedev semble pouvoir battre n’importe qui…

Publicités

1 réflexion au sujet de “Bianca Andreescu peut-elle créer l’exploit face à Serena Williams en finale de l’US Open ?”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s