Reportages

Quand Noah Rubin évoque les problèmes d’alcool et de drogues des tennismen …

Dans une interview donnée à The Telegraph, le joueur américain Noah Rubin (n°195) a donné sa vision particulière des changements nécessaires au circuit et a détaillé les difficultés rencontrées par certains joueurs.


Noah Rubin est un inquiet. Il ne veut pas être appelé un joueur de tennis, car sa vision va bien au-delà du sport. Il se préoccupe des gens et essaie de se fondre dans les cultures que le tennis lui donne l’occasion de visiter. Avec des racines juives, le joueur new-yorkais a décidé de se lancer dans une initiative personnelle qui gagne progressivement des adeptes et commence à être connue du grand public : Behind the Racquet, dont nous vous avions parlé il y a quelques mois et qui permet aux joueuses et aux joueurs de s’exprimer sur leurs difficultés au quotidien ou dans un moment particulier de leur vie (la Française Alizé Lim y a par exemple participé il y a peu).

Ainsi, le joueur américain fournit une plateforme de réflexion, parce que le grand public se rend pas compte que le tennis n’est pas toujours rempli de glamour et que les joueurs portent une charge impressionnante sur leurs épaules. Dans une interview accordée à The Telegraph, Rubin a expliqué la raison d’être de ce projet, les difficultés de la vie sur le circuit et sa propre vision de la direction que prend le tennis professionnel. « C’est très difficile », a-t-il ainsi explique. « J’essaie d’ouvrir l’esprit et les yeux du public pour lui apprendre ce qui se passe réellement dans le tennis. » Pour le joueur américain, parmi tous les problèmes auxquels le circuit est actuellement confronté, l’un est particulièrement pertinent : comment la structure professionnelle actuelle « détruit » les joueurs et est incapable d’attirer de nouveaux spectateurs. L’Américain est clair sur l’une des solutions principales : « Des saisons plus courtes. Onze mois, c’est brutal. Tout autre sport bénéficie d’une période de repos reposant sur des conditions optimales. Et si, en outre, vous n’êtes pas dans le Top 50 et que vous essayez de prendre le maximum de points possible, vous êtes obligé de jouer beaucoup plus de tournois. C’est un problème parce que tout ce que vous faites est de vous faire plus mal. La saison dure onze mois et vous êtes principalement seul. Les gens voient Federer soulever des trophées, mais je ne sais pas s’ils s’occupent du Challenger en l’Allemagne ou au Mexique. »

Ce scénario sombre pour beaucoup trouve sa seule issue dans les cas bien connus des matches truqués. Cependant, Noah Rubin ne signale pas seulement que cette tactique est à l’origine du peu d’effort de la part de nombreux joueurs. « En plus des matches truqués, de nombreux événements se produisent parce que les gens sont tout simplement fatigués ou parce qu’ils ont bientôt un vol à prendre », a-t-il ajouté. « Les gens pensent : ‘ils doivent gagner de l’argent avec ça’, quand souvent les joueurs ne veulent pas être là. Il y a beaucoup de réels problèmes sur le circuit, beaucoup de gens prennent des périodes de repos. La dépression est prédominante et il y a beaucoup d’abus de substances psychoactives et d’alcool parce que c’est ainsi que les gens traitent le tennis. » C’est un sujet dont peu de gens ont parlé ; de nombreux cas de dépression et d’anxiété sont connus. De temps en temps, des professionnels ont dû les affronter de l’autre côté du monde. « Ce n’est pas quelque chose qui est connu de l’opinion publique », a expliqué l’Américain. « Je ne sais pas si les gens réalisent que l’abus d’alcool est quelque chose qui se passe dans le tennis. Je connais beaucoup de joueurs qui, pour être prêts et faire face à la semaine suivante, ont passé douze heures d’affilée à boire. Je ne bois pas, je ne l’ai jamais fait.« 

La liste des problèmes que Rubin détaille est quelque peu accablante. De nombreux joueurs de tennis qui écument les circuits Challenger ou Futures ont connu de graves problèmes économiques, des situations facilitées par la répartition inégale de l’argent qui se produit sur le circuit : « L’argent délivré aux sommets de la hiérarchie est un problème. Celui qui gagne un Grand Chelem sait à peine qu’il prend 400 000 dollars de plus, ce n’est tout simplement pas nécessaire, si vous distribuez cela à tous ceux qui perdent lors de la phase précédente, et gagnez deux mille dollars de plus, c’est étonnant, car vous couvrez vos dépenses, ne gagnez pas assez d’argent en général et pour les tournois c’est un autre problème ajouté. » Même dans ce cas, la vision de Rubin va au-delà d’une simple plainte contre le cadre monétaire actuel : pour lui, le tennis doit faire quelque chose en tant que sport pour l’empêcher de mourir progressivement. Le modèle actuel n’est pas viable : « Mon argument ne se limite pas au prix en argent. Il s’agit de construire un sport pour lequel les gens veulent payer plus. Si vous remportez un Grand Chelem, il y a des gradins vides partout. Je ne veux pas demander à l’ATP ou à la WTA plus d’argent. Nous devons créer un sport capable de le générer. Le tennis s’éteint, nous n’avons plus la même intensité, ni le même amour, ni les mêmes fans. Nous ne pouvons pas demander à un enfant de huit ans de regarder un match de quatre heures. Personne ne veut le faire. On n’a plus besoin des cinq sets, plus maintenant. Je me fiche de ce que les gens disent, c’est absurde. » La position de Noah Rubin est claire : une réforme totale du circuit, à partir de ses racines, qui conduit à un format qui attire plus de gens, génère plus et finit par mener à une redistribution de l’argent meilleure et plus grande. Êtes-vous d’accord avec cette vision ?

Crédit photos : @usta, @bloggerg, @BehindTRacquet

À LIRE AUSSI :

Duckhee Lee, premier joueur sourd à remporter un match sur le circuit ATP

Les têtes de série à l’US Open : Monfils, Pouille et Paire chez les hommes, Garcia chez les dames

Publicités

2 réflexions au sujet de “Quand Noah Rubin évoque les problèmes d’alcool et de drogues des tennismen …”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s