Reportages

L’histoire poignante de Laslo Dejre, qui s’est retrouvé sans parents à l’âge de 23 ans…

En février dernier, le Serbe Laslo Djere (n°31) remportait son tout premier titre sur le circuit ATP lors du tournoi ATP 500 de Rio, à la surprise générale. Battu la semaine dernière en demi-finales du tournoi ATP 250 d’Umag, il a évoqué les terribles moments vécus après la perte de ses deux parents. « Je me sens responsable de partager mon histoire. Je veux bien utiliser mon temps et les rendre fiers », a-t-il notamment déclaré pour justifier son récit. Voici l’histoire poignante de ce joueur encore trop méconnu chez nous.

EAEIv-wX4AECBMr.jpg


Souvent, les larmes d’un joueur de tennis au moment de la remise des trophées et les quelques paroles prononcées devant le public présent en tribunes ne suffisent pas pour indiquer pleinement le chemin qui l’a mené jusque-là où il en est. Et c’est précisément le cas du joueur serbe Laslo Djere (n°31), vainqueur en février dernier du tournoi ATP 500 de Rio de Janeiro, son seul et unique titre en carrière à ce jour, avec une dédicace spéciale envers ses parents décédés d’un cancer. L’ATP s’est tourné vers lui pour ajouter un autre chapitre à sa rubrique My Point, qui a déjà laissé la place aux histoires d’Ivo Karlovic, Gustavo Kuerten, Stefanos Tsitsipas et bien d’autres. Le Serbe, âgé de 23 ans, a repris sa carrière au début, mais il s’est aussi beaucoup concentré sur l’aspect mental. Quand il lui a été demandé s’il était calme et confiant avant le plus grand moment de sa vie, ce titre à Rio, il a répondu : « Je ne l’étais pas. J’étais très nerveux. Je n’étais pas nerveux à cause de mes doutes – je pensais pouvoir remporter mon premier titre ATP. Mais quand je suis arrivé à Rio, avec le soleil éclatant et les fans qui m’applaudissaient, mon esprit était partout. »

« À quoi vont penser mes parents ? Que me diraient-ils ? Est-ce que mon père, l’homme qui avait été avec moi à chaque étape de ma carrière, serait heureux ? Malgré tous mes efforts pour me concentrer sur le présent, je ne pouvais pas me concentrer complètement sur le jeu. » Ce sont là les pensées de Djere avant la finale de Rio contre le Canadien Félix Auger-Aliassime (n°23). Mais le travail effectué avec son entraîneur mental – une figure de plus en plus demandée par les sportifs – a porté ses fruits. « Si je me sens distrait, je me dis un mot clé ou je passe en revue une routine qui me ramène au présent. Si j’ai peur, j’essaie de comprendre pourquoi je me sens de cette façon. Je me sens habituellement effrayé ou inquiet parce que je ne suis pas dans le moment présent – je réfléchis aux conséquences que pourrait avoir une défaite. Mais à ce moment précis, j’ai su que même si mes parents n’étaient pas dans le stade ce soir-là, ils me surveillaient. »

Les débuts avec son père

Le père de Laslo Djere, même si cela n’a jamais été officiel, a joué le rôle d’entraîneur de son fils pendant longtemps : « Il aimait le football et a joué pour le club de Senta, ma ville natale en Serbie. Mais quand j’avais cinq ans, sa passion pour le tennis lui donnait envie d’apprendre à jouer. Mon père avait vu les idoles de ma jeunesse – Sampras, Agassi et Ivanisevic – et il était devenu un grand fan. » Et les résultats, bien que limités dans les Balkans, sont arrivés en quelques années. « Au moins trois week-ends par mois, nous avons traversé la Serbie : Belgrade, Novi Sad, Pančevo, Kraljevo, Subotica et Kikinda. Mon père a conduit et j’ai dormi sur les sièges à l’arrière. Nous sommes restés le samedi, le dimanche et si j’atteignais la finale, le lundi. Quand vous êtes un enfant qui commence un sport, les victoires signifient plus qu’elles ne le devraient et les défaites font plus de mal que vous ne pouvez l’imaginer. Mais mon père a toujours essayé de garder mon équilibre : il m’a consolé quand j’ai perdu et m’a encouragé quand j’ai gagné. »

D7v0WlCXoAALUYY.jpg

Avant la mort de sa mère…

La vie du jeune Laslo n’est cependant pas faite que de tennis. La cuisine est en fait sa grande passion : « Je me souviens que quand j’étais petit, je rendais visite à ma grand-mère maternelle et elle était toujours en train de pétrir quelque chose. À moi et ma sœur Judit, elle nous a donné un morceau de pâte et nous avons joué avec, sans le manger. À l’époque, je ne le savais pas mais c’est là que ma passion culinaire est née. » Cependant, alors que la carrière de tennis se déroulait sans heurts, les premières difficultés se posaient au niveau familial. « J’ai découvert que ma mère, Hajnalka, avait un cancer : cela a commencé dans le côlon et quand il a été diagnostiqué en novembre 2010, le cancer était déjà métastatique. Dix-sept mois plus tard, elle est morte, elle avait 44 ans. J’avais 16 ans et je n’avais plus de mère. » Cet événement a inévitablement renforcé les liens avec son père et surtout avec sa sœur, avant qu’une autre perte terrible ne les frappe à nouveau.

D0MurMKWkAAzqkV.jpg

… Et ensuite celle de son père

« En 2017, je vivais la meilleure année de ma carrière. Notre nouvelle famille de trois personnes – mon père, ma sœur et moi – avions réussi à récupérer de la disparition de ma mère et je n’avais jamais mieux joué sur le court. J’avais fait cinq finales en Challenger et j’en ai gagné une. Pour la première fois, j’étais prêt à terminer l’année dans le Top 100. Mon père m’aidait sur le plan logistique. Nous avons décidé ensemble des tournois et il a assisté à plusieurs de mes matches. À la fin de la saison 2017, j’ai perdu pendant les qualifications à Bercy, et je rentrais chez moi pour l’inter-saison, une période de détente avant un entraînement intensif. J’étais si reconnaissant de pouvoir passer du temps avec ma sœur et mon père. Mais au bout de quelques jours, nous avons appris que tout était en train de changer. Mon père avait un cancer. Le cancer du côlon, le même que celui de ma mère. Des pensées terribles me revinrent en tête : pourquoi cela m’arrive-t-il ? Pourquoi ça se passe comme ça ? Comme si perdre un parent ne suffisait pas. La douleur est restée avec moi pendant des semaines, des mois. Elle ne nous quitte jamais complètement, pour être honnête. Mais cette fois, j’ai aussi entendu quelque chose de différent. J’ai ressenti une grande responsabilité envers ma sœur et mon père. Il était le soutien de la famille et je devais prendre sa place, donc je devais être fort. Je devais être là pour eux. Mon père a suivi une radiothérapie et une chimiothérapie. Rien n’a fonctionné. Il est décédé en décembre 2018. Il avait 55 ans. Et me voilà, à 23 ans, sans parents. »

D0gEqpaWwAAUzyY.jpg

Une histoire à partager

Deux mois plus tard, le Serbe était sur le sol sud-américain pour disputer le titre contre Auger-Aliassime à Rio. Même si ce n’était qu’un tournoi, un ATP 500, pour Djere, cela représentait bien plus, c’était un soulagement. « Je n’allais pas parler de mes parents lors de la cérémonie, mais je me suis senti responsable de partager mon histoire. Je me suis senti assez fort pour surmonter leur mort et j’espère pouvoir être un exemple pour toutes les personnes qui traversent des moments difficiles. Les réactions ont été surprenantes : Djokovic a exprimé son soutien sur Twitter et Kyrgios, la première fois qu’il m’a vu à Indian Wells, est apparu derrière moi et m’a serré dans ses bras. Malgré tout ce que j’ai vécu, il me semble parfois avoir 50 ans, mais je sais que je ne suis pas la personne la plus malchanceuse de la planète. » Toute cette histoire, celle de la vie de Laslo Djere, résonne ainsi comme une leçon. Parce que tout cela peut aussi servir de stimulant, comme dans son cas. « Nous ne resterons pas ici pour toujours, aucun de nous, et je veux utiliser le temps de façon positive et faire tout le bien que je peux. Je reverrai mes parents, mais pendant que je suis ici, je veux juste m’assurer de donner tout ce que je peux et de les rendre fiers. »

Crédit photos : @Ubitennis, @rolandgarros, @ATP_Tour, @RioOpenOficial

À LIRE AUSSI :

La chronique de Lou Adler #7 : Fin d’un bloc de tournois, de retour à la maison !

Rafael Nadal le fait mieux que Djokovic et Federer : de quoi s’agit-il ?

2 réflexions au sujet de “L’histoire poignante de Laslo Dejre, qui s’est retrouvé sans parents à l’âge de 23 ans…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s