Analyses

Où est la Next Gen ? Il ne faisait pas bon être jeune cette année à Wimbledon…

Ce mercredi se disputent les quarts de finale messieurs à Wimbledon, avec plusieurs grands absents : les membres de la Next Gen si chère à l’ATP depuis quelques saison. En effet, aucun membre de la nouvelle génération ne figure parmi les huit meilleurs joueurs au All England Club, plus que jamais dans l’ombre du Big Three composé de Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer.


Les papys font de la résistance

Il ne fait pas bon être un jeune joueur à Wimbledon cette année. Pour la première fois depuis le début de l’ère Open, il y avait plus de joueurs trentenaires en huitièmes de finale que de joueurs de moins de 30 ans (9 d’un côté contre 7 de l’autre). C’était à peu près la même tendance à Roland-Garros, il y a quelques semaines. Le Big Three  ne lâche presque rien mais sa domination semblait moins écrasante sur le circuit ces derniers mois. La nouvelle vague, avec des joueurs de moins de 23 ans, avait fait quelques remous. Grâce à sa victoire aux ATP Finals à Londres en novembre dernier face à Novak Djokovic (n°1), l’Allemand Alexander Zverev (n°5), 22 ans, s’était incrusté dans le Top 5. Le Grec Stefanos Tsitsipas (n°6), 20 ans, a notamment atteint les demi-finales à l’Australian Open, en battant notamment Roger Federer (n°3) en huitièmes de finale. Sur les neuf Masters 1000 disputés en 2018, quatre joueurs de moins de 23 ans s’étaient qualifiés pour une finale (Zverev à trois reprises, Tsitsipas, Borna Coric et Karen Khachanov) et deux avaient soulevé un trophée (Zverev à Madrid et Khachanov à Paris). En 2019, Tsitsipas a été finaliste à Madrid. Khachanov, comme son compatriote Daniil Medvedev, se sont fait une place dans le Top 10. Sans oublier, le prodige Canadien Félix Auger-Aliassime (n°21), déjà proche du Top 15. Pourtant, en Grand Chelem, il semble encore y avoir un blocage…

D--Qh_LWkAMDrof.jpg

Le Big Three se partage les dix derniers Grands Chelems

Le fossé est encore grand entre la jeune génération et les vieux briscards du circuit. Matteo Berrettini (n°20), 23 ans, lauréat du tournoi ATP 250 de Stuttgart et demi-finaliste au tournoi ATP 500 de Halle, semblait pouvoir poser des problèmes à Federer. Ce dernier l’a expédié en trois manches en huitièmes de finale, en à peine une heure et quinze minutes… À Londres, les champions de demain font figure de petits garçons face aux monstres Roger Federer (38 ans dans un mois), Rafael Nadal (33 ans) et Novak Djokovic (32 ans). Les trentenaires n’affichent aucun signe de lassitude physique ou mentale. Leur domination semble partie pour durer encore pas mal de temps. Depuis la victoire de Stan Wawrinka, ils se partagent les dix tournois du Grand Chelem disputés. À Wimbledon, ils n’ont cédé qu’un set pour atteindre les quarts de finale. La Next Gen, le concept imaginé il y a quelques années par l’ATP, fait pâle figure en comparaison. Alexander Zverev et Stefanos Tsisipas ont été éjectés dès le premier tour. Meilleur élément au classement de cette nouvelle génération, Zverev a été battu par le Tchèque Jiri Vesely, issu des qualifications. Une nouvelle désillusion pour l’Allemand qui n’y arrive décidément pas en Grand Chelem (deux quarts « seulement » à Roland-Garros). Et qui n’y arrive pas tout court sur le circuit ces dernières semaines, en proie à des problèmes personnels. Les Medvedev, Coric ou encore Shapovalov n’ont quant à eux pas encore dépassé le cap des huitièmes de finale en Grand Chelem

Alexander-Zverev-distraight-at-Wimbledon-752x428.jpg

Un manque de constance évident

Stefanos Tsitsipas, auteur de très bons résultats de son côté en 2019, avait affiché ses ambitions. « Je veux briser l’hégémonie du Big Four », avait-il déclaré avant le début de ce Wimbledon. Raté, et dans les grandes largeurs. Le Grec, lui aussi sorti dès le premier tour, a pris de plein fouet la pression et a lâché cet aveu en conférence de presse : « Rafa et Roger avaient plus de constance que notre génération. Ils étaient réguliers, c’est ce qui manque aux joueurs de la Next Gen, y compris à moi. Nous avons beaucoup d’incohérences semaine après semaine. En 2019, pour l’instant, il y a eu beaucoup de hauts et de bas. » De là à affirmer que cette Next Gen sera la « Never Gen », il n’y a qu’un pas que nous ne prendrons pas le risque de franchir, car ils sont encore jeunes et vont progresser.

D-Z_rz5XoAMpb1Q.jpg

Crédit photos : @TennisMagazine1, @Wimbledon, @UKNewsBot1, @lequipe

À LIRE AUSSI :

Wimbledon a fait peau neuve avec un nouveau toit sur le N°1 Court, qui a coûté 225 millions d’euros

Les Frenchies de la semaine : des titres pour Lou Brouleau, Laurent Lokoli et Maxime Hamou

Publicités

4 réflexions au sujet de “Où est la Next Gen ? Il ne faisait pas bon être jeune cette année à Wimbledon…”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s