Reportages

Damien Dumusois, l’un des six arbitres français « badgés d’or » ayant officié à Roland-Garros

Damien Dumusois, aujourd’hui âgé de 39 ans, est un arbitre français que vous avez pu voir sur la chaise durant Roland-Garros. Il est également l’un des six arbitres français « badgés d’or ». Voici une petite présentation d’un homme qui gagne à être connu dans le monde du tennis.

10471746.jpg


Des débuts prometteurs

Le parcours d’arbitre de Damien Dumusois a démarré alors qu’il n’avait que 15 ans. Joueur de tennis au TC Montchânin, en Saône-et-Loire (71), il sera classé 15/3 à son meilleur niveau. Ce qui est déjà très honorable. Ceci étant dit, le club avait besoin d’arbitres pour des matches par équipe et le jeune Damien s’inscrit au Trophée National Jeune de l’Arbitrage. « J’ai arbitré durant l’été les championnats de France, à Roland-Garros, et c’était vraiment génial », a déclaré Damien Dumusois sur le site officiel de Roland-Garros. « Nous étions une trentaine de jeunes logés sur place, sous le court Suzanne-Lenglen. Le soir, on pouvait jouer sur les terrains. Il y avait une super ambiance. » À partir de ce moment-là, le jeune homme est pris de passion pour l’arbitrage et ne quittera plus jamais ce milieu. Il arbitre d’abord des tournois Futures, puis à Roland-Garros en tant que juge de ligne. Quelques années plus tard, au tout début du XXIe siècle, il obtient son premier diplôme international, le badge blanc. Il se lance alors petit à petit, après avoir terminé ses études de STAPS. « Je rêvais de voyager, de découvrir le monde, de faire des rencontres tout en évoluant dans le milieu du sport, ma passion. L’arbitrage conciliait tout ça », a-t-il ajouté.

f261877dfda02a2b1a8955e4e2a63d8a801be243_20150607_rg_cs_0390_web.jpg

Quatre finales à Roland-Garros et une à Wimbledon

Il devient alors un arbitre régulier du circuit ATP, et il grimpe les échelons – comme on peut le faire dans n’importe quelle entreprise – jusqu’à obtenir le grade suprême de l’arbitrage, le badge d’or, en 2009. Ce titre honorifique lui permet alors d’entrer dans la cour des grands et d’arbitrer les joueurs les plus connus, notamment Porte d’Auteuil, comme il l’a précisé : « Surtout à Roland-Garros où, en tant qu’arbitre français, on a la chance d’être bien soutenu. On est rapidement programmé sur de grands courts. Cela nous permet de progresser rapidement. » En 2010, comme une sorte de consécration, il arbitre la finale dames de Roland-Garros entre Francesca Schiavone et Samantha Stosur. Mais le premier match qui l’a vraiment marqué reste la demi-finale de folie disputée entre Roger Federer et Novak Djokovic, toujours à Roland-Garros, en 2011. « Je sentais ma chaise vibrer tellement le public s’enflammait », s’est-il souvenu. « Bien sûr, on sent que le match est exceptionnel. Mais il ne faut pas se laisser griser. Nous sommes un peu les chefs d’orchestre du spectacle et la seule manière d’en profiter, c’est que tout se passe bien. C’est notre responsabilité. » En 2012, Damien Dumusois était sur la chaise d’arbitre pour la finale de Roland-Garros entre Rafael Nadal et Novak Djokovic. C’était alors sa première finale de Grand Chelem masculine. Quatre autres ont suivi à Paris (2015, 2016, 2018) et une autre à Wimbledon, en 2017. Ses pairs le considèrent aujourd’hui comme un des plus grands arbitres du circuit. « Je travaille dur pour rester au niveau », a-t-il déclaré. « Il y a toujours des choses à apprendre, à améliorer. L’arbitrage, c’est une remise en question perpétuelle. Vous pouvez être bon tout un tournoi, si vous passez à côté le jour de la finale, les gens ne retiendront que ça. Comme pour les joueurs. »

CG_RKEPUQAAqcRH
Finale de Roland-Garros en 2015

Bien connaître les joueurs pour une relation humaine

La relation entre un arbitre et un joueur est aussi humaine que primordiale pour le bon déroulement d’une partie, surtout au niveau professionnel. Damien Dumusois commence à les connaître par cœur à force de les côtoyer au quotidien. Sur cette question, il a notamment expliqué : « Certains aiment avoir plusieurs serviettes, ou de l’eau à température ambiante… Avant un match, je ‘révise’ toutes leurs habitudes. C’est comme cela aussi que l’on instaure une relation de confiance avec le joueur. Finalement, c’est cela la partie la plus importante de ce métier : la gestion de l’humain, la communication. » Mais cela a une conséquence qui peut être néfaste pour l’arbitre : la pression. Être arbitre, c’est un métier exposé et fatiguant. Après une dizaine d’années à l’ATP, Damien Dumusois officie depuis janvier sous la houlette de l’ITF. Il sera donc moins sur le circuit mais, à la place, a endossé de nouvelles responsabilités pour le développement de l’arbitrage en Afrique. Le voilà lancé dans une nouvelle aventure.

Crédit photos : @rolandgarros, @RTSsport

À LIRE AUSSI :

La chronique de Lou Adler #6 : la fin de la réforme de l’ITF et ma rencontre avec Venus Williams

Les 4 faits marquants de Cecitennis : à Roland-Garros, il n’y a pas eu que Rafael Nadal !

Publicités

3 réflexions au sujet de “Damien Dumusois, l’un des six arbitres français « badgés d’or » ayant officié à Roland-Garros”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s