Analyses

Les 4 faits marquants de Cecitennis : à Roland-Garros, il n’y a pas eu que Rafael Nadal !

Cette année, « Jeu, Set Et Match » a décidé de progresser et va vous proposer de nouveaux rendez-vous. Parmi ceux-là, vous pourrez retrouver chaque semaine la chronique de Cecitennis, qui tient de son côté un blog où elle parle de sa passion, le tennis, et que nous vous invitons vivement à visiter. Dans sa chronique hebdomadaire, Cecitennis reviendra sur les quelques faits marquants – pour elle et en toute subjectivité – de la semaine sur la planète tennis. Et comme nous venons d’achever il y a peu le deuxième tournoi du Grand Chelem de la saison, voici les quatre faits marquants de la quinzaine de Roland-Garros !


La quinzaine parisienne s’est achevée et les scénarios ont été très opposés en individuel hommes et femmes. Il y a eu de belles choses, des polémiques (Serena Williams qui n’a pas pu attendre la fin de la conférence de presse de Dominic Thiem pour y aller à son tour) et avec une météo capricieuse, des décalages de matches. Suite à cette quinzaine parisienne, je retiens les quatre faits suivants.

1/ Deux finales deux scénarios

Les finales individuelles ont été aux antipodes l’une de l’autre. Côté dames, la finale a pour le moins été inattendue et côté hommes, ça a été la même affiche qu’en 2018. Ashleigh Barty a inauguré son palmarès en Grand Chelem, l’Australienne a bien maîtrisé sa quinzaine et a battu lors de ce dernier match Marketa Vondrousova 6-1, 6-3. Lors de son parcours elle n’a croisé qu’une tête de série, Madison Keys, qu’elle a vaincue 6-3, 7-5. Son match le plus compliqué ayant été sa demi-finale face à l’Américaine Amanda Anisimova (6-7, 6-3, 6-3). Vondrousova a quant à elle été la surprise de la quinzaine côté dames. À 19 ans, la Tchèque n’a éliminé que des têtes de série dès les 16èmes et n’a pas lâché un set jusqu’en finale, très impressionnante. Côté hommes, Rafael Nadal reste seul au monde. Cette année, le Majorquin est arrivé à Roland-Garros avec moins de titres gagnés que les années précédentes mais il a été impérial. Seul deux sets lâchés sur son parcours en finale face à Dominic Thiem (6-3, 5-7, 6-1, 6-1) et en 16èmes de finale face à David Goffin (6-1, 6-3, 4-6, 6-3). Nadal écrit encore plus l’histoire du tennis, égalant le record de victoires sur le même tournoi (avec Martina Navratilova qui avait gagné 12 fois le même tournoi, c’était à Chicago ). C’est époustouflant.

2/ La France en force

L’édition 2018 avait été assez mauvaise pour les Français. Aucun joueur masculin n’avait passé la première semaine. Cette année, ils sont deux à avoir joué les huitièmes : Gaël Monfils et Benoît Paire. Monfils fut éliminé par le futur finaliste Dominic Thiem (6-4, 6-4, 6-2) et Paire a bataillé cinq sets avant de s’incliner contre Kei Nishikori (6-2, 6-7, 6-2, 6-7, 7-5).  Coté simple dames, seule Diane Parry sort du lot. La Française de 16 ans a gagné son premier match en Grand Chelem contre Vera Lapko (6-4, 6-2). Les autres joueuses françaises ont fait un tournoi très moyen, aucune n’a passé la barre du deuxième tour. Les réjouissances passent donc par le double. Deux paires en finales ! Chez les hommes, Jérémy Chardy et Fabrice Martin ont joué la finale contre la paire allemande Kevin Krawietz et Andreas Mies, mais ont perdu 6-2, 7-6 et chez les dames, Kristina Mladenovic et Timea Babos ont gagné leur dernier match face à Duan Ying-Ying et Zheng Saisai 6-2, 6-3. En 2018, un autre double avait soulevé le trophée : Herbert et Mahut.

3/ Federer et Wawrinka régalent

Roger Federer à Roland-Garros, c’est une première depuis 2015. Pendant trois ans, son absence s’est fait remarquer et sa venue dans le Grand Chelem français a été épatante. Après avoir passé les  premier tours sans trop de problèmes, le quart de finale face à Stan Wawrinka a été une pure pépite. Les deux Suisses ont livré un combat accroché pour que le plus vieux des deux l’emporte (7-6, 4-6, 7-6, 6-4). Un match de titans qui offrit une affiche en demies des plus alléchantes : Federer / Nadal. Le duel magique de ces dernières années. La dernière fois que les deux joueurs s’étaient rencontrés à Paris, c’était en 2011, en finale plus précisément et l’avantage avait tourné à l’Espagnol (7-5, 7-6, 5-7, 6-1). Cette année la score a été plus expéditif : 6-3, 6-4, 6-2. Lors de leurs six rencontres à Roland-Garros, le Suisse n’a jamais réussi a vaincre l’Espagnol. Wawrinka malheureux perdant face à Federer a aussi livré de très beaux matches. Outre le match interrompu par la pluie face à Grigor Dimitrov et qui s’est soldé en trois tie-breaks tous gagné par le Suisse, l’autre pépite a été son match face à Stefanos Tsitsipas. Tsitsipas, grande promesse du tennis mondial et très à l’aise sur terre battue, a livré un combat titanesque face à Wawrinka, un peu dépassé par moments mais qui a défendu comme un lion tout le long du match. Le combat a duré 5h09 et s’est soldé en cinq sets (7-6 (6), 5-7, 6-4, 3-6, 8-6). Le Grec s’est procuré plus de balles de break au dernier set mais les nerfs solides du Suisse n’ont pas lâché et il a transformé sa balle de break au dernier set dès qu’il s’en est procuré une.

4/ Trois argentins en huitièmes de finale

Ce que je retiens aussi cette année, c’est le nombre d’Argentins en deuxième semaine. Les années précédentes, Rafael Nadal s’était toujours fait épauler par des compatriotes. En 2017, ils étaient par exemple cinq Espagnols avec Verdasco, Carreño Busta, Bautista Agut et Ramos-Viñolas. Cette année, ce sont les Argentins qui ont fait fort. Del Potro, Mayer et Londero ont été jusqu’en huitièmes de finale. Aucun n’a passé le tour suivant, Londero s’est fait sortir par Nadal (6-2, 6-3, 6-3), Mayer par Federer (6-2, 6-3, 6-3) et Del Potro par Khachanov (7-5, 6-3, 3-6, 6-3). Une belle performance de groupe. 

D7pgFwWW4AEBBNc

Parmi mes chouchous, le Norvégien Casper Ruud est arrivé au troisième tour. Il a chuté face à Federer (6-3, 6-1, 7-6) et le quart de finale d’Alexander Zverev perdu face à Novak Djokovic (7-5, 6-2, 6-2). J’aurais aussi aimé voir Johanna Konta en finale… La fin de Roland-Garros signifie en grande partie la fin des tournois sur terre battue, même s’il va encore y avoir quelques tournois comme Gstaad ou Kitzbühel, tous les regards se tournent plutôt vers le gazon. Andy Murray compte justement faire son retours en double au Queen’s avec Feliciano Lopez. De bon moments sont encore en perspective !

Crédit photos : @rolandgarros

À LIRE AUSSI :

La chronique de Lou Adler #6 : la fin de la réforme de l’ITF et ma rencontre avec Venus Williams

De la terre battue de Roland-Garros au gazon de Wimbledon, quels changements et quels tournois ?

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les 4 faits marquants de Cecitennis : à Roland-Garros, il n’y a pas eu que Rafael Nadal !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s