Analyses

Roland-Garros – Les dix conclusions à tirer de cette édition 2019

Pour en finir avec l’édition 2019 de Roland-Garros et tourner définitivement la page, voici les dix conclusions que nous pouvons tirer de cette folle quinzaine parisienne. Voici dix éléments qui peuvent influencer le reste de la saison, avant de switcher sur gazon…


1/ Rafael Nadal, un succès inoubliable

On ne trouve plus les mots pour définir ce qu’a fait Rafael Nadal (n°2) en s’imposant pour la 12ème fois à Roland-Garros. Le Majorquin parvient toujours à se réinventer, pour offrir un exercice suprême de résilience, en étant plus fort que jamais, quand les problèmes auxquels il est confronté sont importants. Beaucoup doutaient de sa capacité après des débuts hésitants sur terre battue, mais le roi ne voulait pas abandonner sa couronne. C’est le meilleur joueur de l’histoire sur cette surface et il est toujours candidat à sa propre succession Porte d’Auteuil.

D8r7wfBXYAA5I79.jpg

2/ Dominic Thiem, le meilleur des êtres humains

L’Autrichien continue de progresser d’années en années. Il a réussi à remporter une superbe demi-finale face à Novak Djokovic (n°1). Il a su s’adapter aux conditions météorologiques difficiles qui ont marqué ce duel et a réussi à faire face à la pression de devenir l’un des grands favoris au titre. Chaque année, Dominic Thiem (n°4) est candidat pour remporter un premier titre du Grand Chelem, mais il ne peut toujours pas vaincre la force toute-puissante d’un extraterrestre nommé Nadal. Il a encore des progrès à faire et la seule question qui se pose semble être de savoir s’il peut renverser le Big 3 ou s’il devra attendre sa dissolution pour atteindre l’objectif suprême de gagner un Grand Chelem.

D8ohImfX4AIOoQF.jpg

3/ Novak Djokovic et un surprenant manque de cohérence mentale

Un joueur de l’expérience de Novak Djokovic (n°1) et qui a son aura gagnante ne peut pas vivre des montagnes russes, ce qui l’a condamné à perdre face à Thiem. Il a livré le premier set sur un plateau d’argent, il a beaucoup souffert et s’est vu sans armes pour imposer son statut de favori, se perdant dans des disputes avec le juge-arbitre et se plaignant sans cesse du vent. Il est étonnant de voir comment l’un des meilleurs joueurs de l’histoire peut avoir une telle attitude dans un tournoi qui aurait pu faire tourner l’histoire du tennis de son côté.

D7lYs6aXsAA_Fxv

4/ Où qu’il aille, Roger Federer est toujours un sérieux candidat

Démonstration de talent, adaptation, passion pour le tennis et positive attitude. C’est ce que le Suisse Roger Federer (n°3) a proposé dans un tournoi où il est redevenu un protagoniste alors que beaucoup pensaient déjà qu’ils ne le verraient plus à Paris. Sa capacité à liquider ses rivaux lors de la première semaine de compétition et à battre Stan Wawrinka (n°19) dans un match mémorable témoigne clairement de sa grandeur et de sa capacité à légitimer l’élite plus longtemps. Il arrivera à Wimbledon plein d’assurance et sachant qu’à Londres il jouera avec la pression de savoir qu’il est l’un des favoris.

D8O7S_dW4AEvYd1

5/ Le Next Gen toujours incapable de monter à bord de la gloire

Karen Khachanov (n°9) et Alexander Zverev (n°5) étaient les joueurs les plus jeunes présents en quarts de finale. Un petit revenu pour une génération qui est appelée à détrôner les légendes. Notons les bonnes performances de Corentin Moutet (n°102) et Casper Ruud (n°59), mais performances décevantes de joueurs appelés à faire mieux. Nous n’avons rien à reprocher à un Stefanos Tsitsipas (n°6) qui continue d’être l’une des valeurs les plus fermes de l’avenir. Il a tout laissé sur le terrain face à Wawrinka. Quand la relève prendra-t-elle le pouvoir ?

6/ Ashleigh Barty, le triomphe de l’intelligence et de la polyvalence

C’est un réel plaisir de regarder jouer l’Australienne Ashleigh Barty (n°2). Cette jeune australienne a un style aussi unique qu’efficace et précieux. Sa capacité innée à se déplacer sur le court et à frapper des coups inhabituels lui donnent un charisme particulier. Stratège habile et changements de hauteur et de vitesse inversés, ainsi que la capacité d’entrer dans le court, en font une joueuse de tennis qui a récolté un prix plus que mérité.

D8r8TFNXYAAj--K.jpg

7/ Le tennis féminin ou la magie de l’imprévisible

Il est impossible de faire des prévisions quand on parle de tennis féminin. Seules trois des huit premières têtes de séries ont atteint les quarts de finale et en demi-finales, la mieux classée après Ashleigh Barty était une Johanna Konta qui occupait la 26ème place mondiale. Beaucoup le perçoivent comme une faiblesse des meilleures, mais ce fait peut également être considéré comme une formidable égalité au sein de l’élite, qui incite chaque joueuse à atteindre le maximum lorsqu’elle est inspirée.

8/ L’émergence de jeunes étoiles qui assurent l’avenir

Amanda Anisimova (n°26) et Marketa Vondrousova (n°16) ont été les noms de ce Roland-Garros dans le tableau féminin. À respectivement 17 et 19 ans, elles ont été capables d’étonner le public avec leur tennis et leur attitude. Cela faisait longtemps que des joueuses n’avaient pas connu des débuts aussi remarquables dans un tournoi du Grand Chelem et il semble qu’elles aient assez d’armes pour en faire le début d’une carrière réussie et non une simple escarmouche.

D8dVx_kWkAILKTZ

9/ Simona Halep à nouveau consumée par la pression

Simona Halep (n°8) défendait son titre et elle était une candidate légitime à sa propre succession, mais elle a cédé sous la pression que cela implique. La Roumaine a transmis des sentiments négatifs, à la fois sur le court et avec ses déclarations. Consommée par l’obligation morale qu’elle s’est imposée de confirmer son favoritisme et sa suprématie sur terre battue, la Roumaine en a perdu son tennis. Manque de confiance et donc d’agressivité, la Roumaine devra se réarmer si elle veut continuer à élargir son palmarès.

D79_Md5X4AAmPBA

10/ Serena Williams doit se remettre en question

Si vous n’êtes pas en forme, ne rivalisez pas. C’est une maxime que tout professionnel devrait avoir claire, mais Serena Williams (n°11) l’a méprisée ces derniers temps. Elle exprime le sentiment qu’elle est capable de remporter ce 24ème titre du Grand Chelem tant convoité sans être à 100%, mais la réalité est dure avec elle. Elle doit s’entraîner, relever le défi avec plus d’humilité et ne pas devenir obsédée, sachant qu’une tentative avec des garanties vaut mieux que quatre avec des doutes.

D7_v8OAWkAA9rnx

Cette édition 2019 de Roland-Garros restera dans les mémoires comme la dernière où la pluie a été un réel un problème pour l’organisation du tournoi. À partir de 2020, le Court Philippe-Chatrier sera réaménagé avec un toit amovible qui permettra de continuer à jouer en cas de pluie. Les plaintes de Djokovic ont mis les organisateurs en échec, qui ont aussi été responsables de l’expulsion controversée de Thiem de la salle de conférence de presse par Serena Williams. Il semble clair que de meilleures décisions auraient pu être prises à bien des égards. Roland-Garros ferme ses portes pour 2019, mais le tennis ne s’arrête pas. La saison sur gazon a déjà débuté et Wimbledon se montre déjà à l’horizon. Mais c’est un autre sujet, dont nous aurons le temps de parler un peu plus tard…

Crédit photos : @rolangarros

À LIRE AUSSI :

Mladenovic titrée en double, Monfils et Paire en deuxième semaine : un Roland-Garros réussi pour le tennis français ?

Roland-Garros – Rafael Nadal, un douzième titre pour une légende encore bien vivante

Publicités

5 réflexions au sujet de “Roland-Garros – Les dix conclusions à tirer de cette édition 2019”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s