Interviews

Entretien avec Manuel Guinard… après son parcours à Roland-Garros

Manuel Guinard (n°421), c’est la belle histoire des qualifications de Roland-Garros. Nous vous avions parlé de lui la semaine dernière, quand il passait deux tours et échouait aux portes du tableau principal Porte d’Auteuil. Au-delà du fait qu’il s’est fait plus d’argent en une semaine que sur tout l’année 2018, nous avons voulu revenir avec ce Breton sur son ressenti à l’issue de ce tournoi qualificatif, pour lequel il avait reçu une invitation. Plutôt habitué au circuit Futures et bientôt – c’est tout le mal qu’on lui souhaite – aux Challengers, voici le bilan de Manuel sur son passage à Paris.

D7Aipo0WwAATw5t


Bonjour Manuel, pour les gens qui ne vous connaîtrez pas encore, pouvez-vous nous rappeler d’où vous venez et comment vous en êtes venu à être un joueur de tennis professionnel ?

J’ai commencé le tennis à Saint-Malo. J’ai d’abord été formé à Saint-Malo, puis à l’académie française de tennis pendant six années. J’ai ensuite passé mon Diplôme d’État pour être prof de tennis et je me suis lancé sur le circuit à vingt ans.

Nous allons principalement parler de Roland-Garros aujourd’hui. Vous attendiez vous à recevoir une invitation pour disputer les qualifications cette année ?

Non, je ne m’attendais pas à recevoir une invitation J’ai essayé de jouer le jeu de l’attribution de certaines wild cards mise en place par la fédération et ça a marché. C’est super !

Comment avez-vous su que vous aviez cette wild card ? Quelle a été votre réaction et celle de votre entraîneur, Sébastien Vilette, quand vous l’avez appris ?

Je l’ai appris par mail, tout simplement. J’ai été à la fois surpris et super content, forcément. Mon entraîneur aussi était très content pour moi.

À partir du moment où vous avez su que vous alliez disputer les qualifs de Roland-Garros, est-ce que cela a changé quelque chose dans votre préparation ?

Rien du tout ! Je n’ai rien changé. D’ailleurs, pourquoi changer ?

D7B09zyW4AATdfi

 

Pour votre premier match Porte d’Auteuil, vous avez joué Lukas Lacko, 139ème mondial. Appréhendiez-vous son niveau de jeu, ou alors vous y êtes allé totalement confiant ?

Ni l’un ni l’autre. Je suis concentré sur moi et moi seul. L’autre, c’est un facteur que je ne maîtrise pas. Alors autant rester concentré sur ce que je peux maîtriser.

Qu’avez-vous ressenti après cette première victoire, où vous avez reçu un très bon soutien du public ? Il y avait des Bretons dans les tribunes, non ?

J’ai ressenti une immense joie et surtout par rapport aux amis qui étaient dans le public. C’est incroyable pour moi, et pour eux qui me voient évoluer au quotidien.

Deuxième match, vous battez Gianluigi Quinzi, 200ème mondial. Ne vous dites-vous pas à ce moment-là que votre classement ne reflète pas votre niveau, que sur un match, un tournoi, tout est possible ?

Le classement, c’est un chiffre. Dans le tennis, tout est possible. Je l’ai prouvé à plusieurs reprises depuis le début de ma carrière. 

Troisième rencontre, malheureusement vous perdez contre Kimmer Coppejans, 181ème mondial. Au-delà de la frustration et de la déception, qui ont dû être immenses, que retenez-vous de ces qualifications à Roland-Garros ?

Je n’étais ni frustré ni déçu. J’étais content du match que j’ai produit. J’ai tout donné. Il a été meilleur, il faut savoir le reconnaître !

D7AipzWWsAIMM9x

Nous en avons parlé dans un article, financièrement cela va vous permettre de souffler pendant quelques temps. On sait que vous ne jouez pas pour l’argent mais on imagine que mentalement, ça joue de se savoir un peu à l’abri ?

J’avais déjà quelque sponsors, qui me permettaient de partir jouer sereinement mais c’est sûr que je partirai jouer les tournois intéressants en terme sportifs et non financiers maintenant.

On imagine que vous êtes encore sur un nuage, allez-vous prendre un peu de repos avant de repartir au travail et de penser à la suite ?

Sur un nuage, non ! Je vais m’entraîner quelques jours et je repartirai la semaine du 3 juin en Allemagne, pour disputer un tournoi ITF doté de 25 000 $.

La suite justement, qu’est-ce que ça va être ? Allez-vous continuer à tenter votre chance en Challenger ou aller vous jouer des tournois ITF pour engranger des points ? Sachant que le Transition Tour vient d’être abandonné et que tous les tournois ITF attribueront à nouveau des points ATP…

Je ne change en aucun cas mon mode de fonctionnement. Mon but est d’évoluer sur les Challengers, donc je jouerais des Challengers dès que je le pourrais.

Crédit photos : @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Mahut, Federer, Dimitrov, Nadal : Roland-Garros vu sous un autre angle #4

Roland-Garros: toujours pas de jeu décisif au cinquième set à l’horizon…

Publicités

4 réflexions au sujet de “Entretien avec Manuel Guinard… après son parcours à Roland-Garros”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s