Reportages

Miami Open – Retour sur les frasques du bad boy Nick Kyrgios

Que serait le tennis sans les frasques éternelles de Nick Kyrgios ? Qu’on l’aime ou qu’on en l’aime pas, on ne peut pas nier que l’Australien, quand il est sur le court, et de loin le joueur le moins ennuyeux du circuit masculin. Vous n’avez pas suivi ce qu’il s’est passé en Floride ce week-end ? Petit retour sur la dernière sorti de Nick le bad boy…

D2fRCcRUcAY7RG0.jpg


Si vous êtes directeur de tournoi et que vous voulez du spectacle, faites jouer Nick Kyrgios (n°33) en night session. C’est le succès assuré. Que les fans de tennis l’aiment ou pas, il y aura toujours une histoire à raconter. James Blake, directeur du Masters 1000 de Miami, s’y connaît en spectacle. Voilà pourquoi ce dimanche, il avait programmé la rencontre du troisième tour entre l’Australien et le Serbe Dusan Lajovic (n°44) en plein cœur de la night session, aux alentours de 21h. Concernant le score (6-3, 6-1 pour Kyrgios), il n’y a rien à dire. Il n’y a même pas eu de suspense. Mais c’était sans compter sur les éternelles frasques du bad boy du tennis masculin, qui a régalé le public. Nous, en tout cas, on a apprécié !

D2f2fXZWwAE8unm.jpg

Service à la cuillère et coups entre les jambes, Kyrgios a fait le show !

Le joueur de Canberra avait déjà été critiqué il y a quelques semaines pour avoir osé servir à la cuillère face à Rafael Nadal (n°2) au tournoi ATP 500 d’Acapulco. Mais, comme le principal concerné l’a expliqué sur Tennis Channel, « Je commençais à avoir des crampes alors je voulais un point gratuit à tout prix. Il se tenait derrière la ligne de fond, alors j’ai pensé qu’avec le service à la cuillère, je pourrais casser son rythme. J’ai vu beaucoup de gars utiliser le service à la cuillère je pense que c’est une tactique comme une autre. » Là dessus, on ne peut qu’être en accord avec Kyrgios, ce n’est pas le seul à avoir utilisé cette tactique quand le physique baisse. Seulement, avec son exposition aux médias et son tempérament de mauvais garçon, ça prend tout de suite de l’ampleur. Mais peu importe, il ne prête pas attention à cela. Voilà pourquoi, ce dimanche, il a encore usé (voire abusé) du service à la cuillère, au grand désarroi de Lajovic ! Deux fois, dont un ace et un point conclu au filet…

« Quand j’ai servi à la cuillère (contre Nadal), les gens m’ont dit que c’était irrespectueux. Si un autre l’avait fait, ils auraient dit que c’était un coup très technique. Sans aucun doute, j’y ai pensé toute la journée », a déclaré Kyrgios en conférence de presse après sa victoire. Il continuera à le faire, alors il vaudrait mieux que tout le monde s’y habitue. Le public a réagi ce dimanche en le huant pour la première fois, mais cela ne l’a pas empêché de le faire une seconde fois, quelques jeux plus tard. En plus de cela, Kyrgios a frappé avec plusieurs coups entre les jambes, allant même jusqu’à provoquer le rire du public comme quand il a fait le geste de regarder la balle en l’air, avant de la frapper.

La fameuse altercation avec un spectateur, point d’orgue de la soirée

Mais la partie la plus surréaliste lors de cette rencontre a été lorsque Kyrgios s’est confronté à un spectateur dans les tribunes. Ce dernier, qui semblait ne pas aimer l’Australien, a crié pendant le match qu’il avait « une putain de coupe de cheveux », ce qui n’a empêché Kyrgios de lui répondre : « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu as un billet gratuit ? Pourquoi venir me voir jouer un dimanche soir ? Il semble que tu n’as rien de mieux à faire. C’est dimanche soir et tu es ici ? » Kyrgios a même continué alors que l’arbitre de chaise lui demandait de s’arrêter et lui donnait un avertissement. La police a fini par expulser le spectateur, tandis que Kyrgios, voyant cela, a commencé à rire dans sa direction et à applaudir en même temps. « Il m’a dit que j’étais un abruti », a déclaré l’Australien lors de la conférence de presse. « Je lui ai dit de venir me voir en face, c’était vraiment amusant. Il m’a dit que ma coupe de cheveux était de la merde et la vérité est que je n’ai pas vu le coiffeur depuis des jours, alors il avait raison. Je savais qu’ils allaient le renvoyer, je le savais, j’ai adoré le voir expulsé, j’ai aimés chaque seconde de ce moment ».

D2fLyqpU0AAS7hC.jpg

L’Australien a fini par laisser plusieurs messages à ce spectateur, par le biais de la presse. « Je ne comprends pas qu’il y ait des types comme lui, ces idiots qui n’ont rien de mieux à faire un dimanche soir que de me voir jouer et ils me parlent comme si ils se moquaient bien de ce qu’ils faisaient. Je vais à la NBA, j’ai l’impression d’admirer le spectacle parce que j’aime le spectacle », a-t-il conclu en riant. Ce qui est certain, c’est que quiconque paye un billet pour voir Kyrgios sait qu’il va se passer quelque chose. Dimanche soir à Miami, beaucoup sont rentrés chez eux après avoir assisté à un spectacle différent. Certaines personnes pensent que c’était brillant et d’autres, pathétique. Il en faut pour tous les goûts, c’est sûr, mais avec Kyrgios, il n’y a pas de demi-mesure. Soit vous le détestez, soit vous l’aimez. Le Croate Borna Coric (n°13), son adversaire en huitièmes de finale ce mardi, est donc prévenu. Bien que ce match, qui se déroulera en pleine journée, ne connaîtra peut-être pas la même ambiance…

Crédit photos : @ATP_Tour, @lessportsplus, @tennisnewschan1, @abcgrandstand

À LIRE AUSSI :

Roger Federer et Novak Djokovic donnent leurs premières impressions sur les nouvelles structures à Miami

Les Frenchies de la semaine : Grégoire Barrere conserve son titre à Lille, Nicolas Peifer finaliste

Publicités

5 réflexions au sujet de “Miami Open – Retour sur les frasques du bad boy Nick Kyrgios”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s