Non classé

La chronique de Lou Adler #2 : la victoire à Chaville et un premier ITF à Kazan

En 2019, notre équipe s’agrandit. Parmi les nouveaux membres qui écriront sur notre blog se trouve une joueuse professionnelle, Lou Adler. Suite à une interview réalisée au mois d’octobre, Lou nous avez demandé de parler de l’application qu’elle a lancée avec ses parents, WO Tennis. Le courant passant extrêmement bien avec cette joueuse très sympathique, nous avons voulu lui demander de tenir une chronique tout au long de la saison pour partager avec vous, Chers Lecteurs, son quotidien sur le circuit ITF (qui connaît de gros changements cette saison). Voici le résultat de cette nouvelle collaboration, avec la première chronique de la jeune joueuse française.

« Je viens de terminer ma préparation foncière ! Avant de reprendre l’avion, j’ai préféré prendre mes marques en match officiel en France, en disputant l’Open de Chaville, un tournoi français pas très loin de la maison. Trois matchs gagnés, un niveau de jeu relativement bon ; je peux débuter la saison 2019 en étant satisfaite des progrès réalisés lors de cette période d’entrainement hivernale. »

DSC08488-Large.jpg


« Mon premier ITF de l’année a eu lieu en Russie. Pour cette semaine, j’étais inscrite dans trois tournois différents : le 60 000 $ d’Andrézieux-Bouthéon, le 25 000 $ de Kazan et le 15 000 $ de Stuttgart. Mon objectif principal étant de prendre des points WTA (il me faut donc gagner des matchs sur des 25 000 $ et au-dessus), j’ai décidé d’aller au plus fort des tournois où j’étais admise, et donc de favoriser les qualifications de 25 000 $ par rapport aux tableaux principaux de 15 000 $. Quitte à bouger loin. Un peu moins de deux semaines avant le début du tournoi, les listes finales sortent, je me retrouve dans le tableau qualificatif à Kazan. Et, du coup, demande de Visa d’urgence pour me rendre en Russie ! Réservation des billets d’avion et récupération in extremis de mon visa la veille du départ… Après une longue journée de voyage – Kazan est tout de même à 800 kms à l’Est de Moscou -, je suis ravie de marcher dans la neige. Un peu moins de la température qu’affiche le thermomètre (jusqu’à -20 ̊ C tout de même). Heureusement, le complexe où se déroule le tournoi est superbe et les terrains sont chauffés. Avant chaque sortie, il faut compter cinq minutes de préparation le temps, d’enfiler le nécessaire pour ne pas finir congelé. Je loge dans un campus étudiant, à 15 minutes à pied du club, qui a été construit en 2013 lorsque la ville de Kazan a accueilli les Jeux Olympiques Universitaires. Personne ne parle un mot d’anglais, d’espagnol ou de français. Il faut se débrouiller !

img_3109

J’expérimente les changements de règlement opérés par l’ITF. Les principales nouveautés concernent les qualifications : les deux tours peuvent avoir lieu la même journée (au bon vouloir du juge arbitre) ; et le troisième set est remplacé par un super tie break en 10 points. Et… nous jouons avec les trois mêmes balles tout le long de la partie – ce qui ne favorise pas mon jeu d’attaquante. Défaite d’entrée 6-1 6-7 10-8. Première partie du match à sens unique, rien ne rentre, je n’arrive pas du tout à m’exprimer, je suis menée 6-1 4-2 30/0. Je continue de m’accrocher, et trouve petit à petit des solutions. Vient le super tie break, nouvelle formule à laquelle il va falloir s’habituer. Bravo à mon adversaire qui a su marquer les deux derniers points !

IMG_3120.jpg

Dès que je le peux, même si ce n’est pas une priorité, j’essaie de me balader dans la ville dans laquelle je suis. Même si mon exploration ne dure que deux heures, je suis toujours curieuse de ce qui m’entoure ! Lorsque je suis loin de chez moi, seule, et que je suis très déçue de ma prestation sur le court – comme c’est le cas ici -, une sortie en ville peut me redonner le sourire. Le soir, la veille du départ, je suis donc allée me promener dans le centre de Kazan, du côté de Bauman Street. En ces temps de grand froid, les rues sont plutôt désertes. Quelle fut ma surprise de rencontrer un Russe qui faisait sa promenade quotidienne au niveau de la mosquée Kul Sharif et qui parlait vaguement quelques mots d’anglais. Bon, je n’ai pas tout compris de l’histoire de Kazan, malgré ses dessins explicatifs dans la neige, mais cela m’a quand même permis d’avoir un aperçu de la ville. Spaciba à mon guide !

Pour conclure, j’aimerais revenir sur l’actualité du tennis français avec les enquêtes sur les matchs truqués. Beaucoup de joueurs, joueuses, entraîneurs se sont exprimés sur le sujet. Ceux qui ont triché salissent notre sport, et selon moi, ne devraient plus avoir le droit de jouer en compétition. Pour autant, les nombreux propos que l’on peut lire sur eux me semblent très durs. Surtout venant de la part de joueurs qui ont réussi ou de personnes qui ne connaissent pas le quotidien sur le circuit secondaire. Il me semble qu’il faut distinguer les parieurs tricheurs qui ont trouvé dans le tennis un moyen facile de s’enrichir des compétiteurs qui aiment notre sport et qui ont basculé du mauvais côté, parce qu’ils n’ont pas su être assez forts pour dire non. Je ne les excuse certainement pas. Mais il ne devrait pas être possible de se retrouver face à une telle situation. Ne serait-il pas temps que les instances nationales et internationales remédient à ce problème ? Nous autres, joueurs, n’attendons que cela… »

Lou Adler

Crédit photo (couverture) : @RueilACTennis

À LIRE AUSSI :

La chronique de Lou Adler : l’inter-saison et la préparation foncière

 

Caroline Garcia appelée en Fed Cup pour épauler Mladenovic et Cornet

Publicités

2 réflexions au sujet de “La chronique de Lou Adler #2 : la victoire à Chaville et un premier ITF à Kazan”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s