Analyses

Les 4 faits marquants de Cecitennis : la deuxième semaine de l’Australian Open

Cette année, « Jeu, Set Et Match » a décidé de progresser et va vous proposer de nouveaux rendez-vous. Parmi ceux-là, vous pourrez retrouver chaque lundi (ou le dimanche soir, selon les exigences de l’actualité du tennis) la chronique de Cecitennis, qui tient de son côté un blog où elle parle de sa passion, le tennis, et que nous vous invitons vivement à visiter. Dans sa chronique hebdomadaire, Cecitennis reviendra sur les quelques faits marquants – pour elle et en toute subjectivité – de la semaine sur la planète tennis. Voici donc les quatre faits marquants de la première semaine de l’Australian Open !


Ça y est, le dénouement de l’Open d’Australie a eu lieu ce dimanche mais à part les alléchantes affiches des finales, il s’en est passé des matchs, des jeux, des challenges, des anecdotes… Qui au fil du temps, étoffent l’histoire de notre sport préfère : le tennis. Voici mes 4 points pour cette deuxième semaine.

1/ L’explosion de Collins

Comme chaque année, les États-Unis arrivaient avec une armada de joueurs et de joueuses. Côté joueuses, sur 128 engagées, il y avait 15 américaines. En arrivant à Melbourne, elle était 35ème mondiale, un très bon classement mais avec Serena Williams (n°16), Madison Keys (n°17) ou Sloane Stephens (n°5) sous le même drapeau, son nom n’était pas le plus remarqué. Danielle a pourtant fait un tournoi brillant, remportant ses rencontres contre trois joueuses mieux classées qu’elle : Julia Goerges (n°13), Caroline Garcia (n°19), Angelique Kerber (n°2) ; et deux autres sous son classement : Sachia Vickery (n°123) et Anastasia Pavkyuchenkova (n°44). Elle a réussi à se hisser en demi-finales, où elle a tenu un set contre Petra Kvitova (n°6). Jusqu’a l’Open d’Australie, elle n’avait gagné qu’un Challenger à Newport Beach en 2018. Elle avait aussi marqué les esprits en ralliant les demies à Miami. Elle est passée de la 162ème place en 2017 à la 36ème fin 2018. À l’Open d’Australie, nous avons toujours droit à de belles surprises. En 2017, c’était le renouveau de Mirjana Lucic-Baroni. Le circuit féminin est beaucoup plus dynamique que le masculin, beaucoup de joueuses arrivent à faire de bons résultats, espérons que ce soit le même sort pour Danielle !

2/ Carreño Busta en huitièmes, ou comment perdre un match à deux points près

Pablo a de quoi s’en vouloir cette année après l’Open d’Australie. Contre Kei Nishikori (n°9), il avait remporté les deux premiers sets avant de lâcher le troisième au tie break et le quatrième 6-4. Puis, lors du cinquième set, qui s’est décidé lors d’un super tie break, alors qu’il menait 8-5, le challenge lui a donné raison et l’arbitre a accordé le point à Kei au lieu de le rejouer, décision plus que contestable. Cette décision a déstabilisé Pablo qui après avoir argumenté avec l’arbitre, sans résultat, n’a pas réussi à se reconcentrer sur le match. Il a lâché les cinq points suivant et perdu le match… Comme quoi, un match ça ne se joue pas à grand chose, juste deux points de différence. Entre frustration et rage, Carreño Busta s’est excusé sur les réseaux sociaux. C’est une des rares fois que je vois un arbitre ne pas se fier au challenge et je crois que pour ma part ce n’était surtout pas le bon moment de remettre ce procédé en doute vu l’enjeu du match. L’arbitre est le maître sur le court, mais il n’avait pas à le faire savoir comme ça… Encore un comportement douteux… Tout comme celui d’un autre arbitre lors de la finale féminine de l’US Open entre Serena Williams et Naomi Osaka.

3/ Le 100ème titre de Federer attendra

Depuis ses débuts sur le circuit en 1998, Roger a gagné plein de titres dans toutes les catégories et sur tous les types de surface. Il compte même une victoire à Roland-Garros, l’année où Nadal s’était fait éliminer par Robin Söderling. L’homme aux 20 tournois du Grand Chelem a un autre type de record à atteindre depuis quelques temps : le 100ème titre. Roger, lors son parcours hors du commun, a récolté 99 titres. En 2005, par exemple, il en avait remporté 10, ou encore 4 en 2011. Le joueur le plus titré et le seul à avoir franchi la barrière des 100 est Jimmy Connors. Mais malgré la suprématie du Big Four ou Big Five ses dernières années, la concurrence est rude. De plus s’ajoutent quelques pépins physiques et ce 100ème titre se fait longuement attendre. À chaque tournoi, les fans sont de plus en plus anxieux et aux aguets. En 2018, il a soulevé 7 titres, le dernier chez lui à Bâle. À Melbourne, il était le double tenant du titre mais il a été stoppé par le vainqueur des Next Gen ATP Finals, Stefanos Tsitsipas (n°15), dans un des plus beaux et trépidants matchs de la quinzaine. Le 100ème arrivera tôt ou tard, n’en doutons pas. À Dubaï, peut-être ? En attendant, Stefanos a confirmé qu’il était un des joueurs qu’il faudra suivre ces prochaines années, même si Nadal n’en a fait qu’une bouchée.

4/ Pouille, révélation ou confirmation ?

En voilà une bonne nouvelle : un Français en demies ! Après une année noire pour les joueurs français, avec quasiment aucun Tricolore en deuxième semaine d’un Grand Chelem, Lucas a enfin mit un terme à cette mauvaise passe. Entraîné par Amélie Mauresmo, qui comme lorsqu’elle entraînait Andy Murray a fait un travail efficace, Lucas a fait vibrer les Français, même si les Australiens ont du mal à prononcer son nom. Ce qu’a fait Lucas est une confirmation. Il confirme que le match qu’il a gagné pour permettre à la France de gagner le dernier point en Coupe Davis contre la Belgique en 2017 n’est plus un résultat isolé. Il confirme qu’il y a une autre génération tout aussi capable de faire des bons résultats comme ses prédécesseur Tsonga, Monfils ou Gasquet. À 24 ans, il a réussi sa meilleure performance en Grand Chelem et j’espère que c’est le début d’une grande lignée. Le tennis est un sport très suivi et pratiqué en France, il faut donner envie aux nouvelles générations de poursuivre cette tradition tennistique et avec un résultat comme celui-là, il transforme à 400% les espoirs. Bravo Lucas !

Crédit photos : @AustralianOpen, @ATP_Tour, @Tennis

À LIRE AUSSI :

Australian Open – Le cavalier seul de Novak Djokovic, qui a étrillé Rafael Nadal en finale

 

Australian Open – Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut dans l’histoire

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les 4 faits marquants de Cecitennis : la deuxième semaine de l’Australian Open”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s