Analyses

Plus qu’un titre à l’Australian Open, Naomi Osaka et Petra Kvitova joueront gros ce samedi en finale

D’un côté, il y a la n°4 mondiale – Naomi Osaka -, qui a remporté son premier titre du Grand Chelem lors de l’US Open en septembre 2018. De l’autre, il y a la n°6 mondiale – Petra Kvitova -, déjà titré deux fois en Grand Chelem à Wimbledon en 2011 et 2014. Les deux joueuses sont au top de leur forme en ce mois de janvier 2019. Mais au-delà du titre, elles sont conscientes qu’il y aura d’autres enjeux lors de cette finale unique en son genre, puisque la place de n°1 mondiale sera également en jeu. Petit état des lieux des forces en présence avant cette finale qui se jouera à 19h30 (9h30, heure française) ce samedi.


Naomi Osaka aime jouer en Grand Chelem

La Japonaise Naomi Osaka (n°4) pourrait entrer dans un cercle très fermé, en devenant  l’une des rares joueuses à remporter un second titre du Grand Chelem à la suite du premier. Jennifer Capriati a réalisé cet exploit pour la dernière fois en 2001. De toute évidence, la jeune championne comprend les enjeux élevés de cette finale. « Quand tu es petite, tu regardes les tournois du Grand Chelem, tu regardes toutes les joueuses jouer, comme les matchs légendaires qu’il y a eu ici », a déclaré Osaka en conférence de presse. Compte tenu du nombre peu élevé de jeunes joueuses qui ont réussi à être performantes à la suite de leur première victoire dans un Majeur, le parcours exceptionnel de la Japonaise à Melbourne a été très instructif. « Vous savez que j’adore les Grands Chelems », avait-elle déclaré après sa victoire face à Karolina Pliskova en demies. « C’est un endroit où on se dit que ça vaut la peine de s’entraîner. Quand tu es petit, tu regardes les tournois du Grand Chelem, tu regardes tous les joueurs, les matchs légendaires ici. Pour moi, c’est le tournoi le plus important. Il n’y en a que quatre par an, alors bien sûr, je veux faire de mon mieux ici. »

DxwiXWWV4AEaXll.jpg

Contrairement à New York, Osaka a été contrainte de se battre à Melbourne. Elle semblait presque vaincue quand elle était distancée par Su-Wei Hsieh 7-5, 4-2, 40-0 au troisième tour, et elle a eu du mal à se défaire d’Anastasija Sevastova en huitièmes de finale, pour finalement gagner 6-4 au troisième. « Ce que je retiens de ça, c’est que je n’ai jamais abandonné, et c’est une chose pour laquelle je suis vraiment fière de moi-même », a-t-elle déclaré. « Il y a des moments dans le match où j’ai pensé, par exemple, ‘ça devient vraiment proche’. J’ai juste pensé que je ne me pardonnerais pas si j’avais un petit plongeon ou un moment d’acceptation de la défaite. Pour moi, lors de ce tournoi, je n’étais pas vraiment concentrée sur la victoire. Je voulais juste m’assurer d’essayer à 100% sur chaque point. Je suis toujours là, alors heureusement que ça marche. » Cette mentalité l’aidera certainement dans l’un des plus gros matches de sa vie, ce samedi. La Japonaise est consciente de la nécessité de garder sa pensée claire et son approche inchangée. « Mon objectif principal est de gagner ce tournoi », a-t-elle ajouté. « Je pense que le classement vient après cela. J’ai tendance à faire mieux si je me concentre sur un objectif. Bien sûr, être n°1 est important pour moi. C’est l’un des plus grands objectifs que j’avais. C’est un peu irréel. En même temps, je me rends compte du travail que j’ai fait pendant l’inter-saison. Chaque match que j’ai joué, j’ai fait de mon mieux.  C’est un peu la réalité dans laquelle je suis en ce moment, donc je ne peux que continuer à avancer. »

DxwtmeDWsAEH47K.jpg

Le retour au sommet improbable de Petra Kvitova

Petra Kvitova (n°6) a aussi compris l’importance de cette finale. Un titre à l’Australian Open ne serait pas seulement son premier trophée en Grand Chelem depuis 2014, mais cela deviendrait surtout le premier titre majeur de la « deuxième carrière » de la Tchèque. Rappelez-vous en décembre 2016, Kvitova a été blessée à la main lors d’une attaque survenue à son domicile, en République Tchèque. « Cela fait longtemps. Cela fait cinq ans », a déclaré la Tchèque en évoquant ce souvenir. « Vous savez, c’est ce pourquoi j’ai travaillé dur. C’est de très bon goût. Je suis vraiment heureuse d’être de retour en finale. » Cinq doigts et deux nerfs de sa main gauche étaient pourtant endommagés et on lui donnait 10% de chance de  jouer à nouveau en compétition professionnelle. Pourtant, la tête de série n°7 est bien de retour à son meilleur niveau, elle qui n’a pas perdu un seul set depuis le début du tournoi. Jeudi, elle a gagné sa place pour la troisième fois en finale d’un Grand Chelem – sa première depuis son triomphe à Wimbledon en 2014 – par une victoire de 7-6 (2), 6-0 sur l’Américaine Danielle Collins (n°35). « J’ai participé à une autre finale en Grand Chelem, mais c’est un peu différent », a déclaré la Tchèque. « Je ne joue pas sur gazon, mais je pense que c’est probablement un peu plus spécial parce que cela arrive après tout ce que j’ai vécu. Donc, je pense que c’est simplement différent, mais je ne pense pas être plus nerveuse. »

DxqcyN5WwAA0oRJ.jpg

La Tchèque a fait son retour dans le Top 5 pour la première fois en près de trois ans en août dernier et a terminé la saison avec cinq titres à son actif. Mais ses résultats en Grand Chelem n’ont pas été à la hauteur en 2018. Comme Kvitova l’a déclaré : « Je pense que ma défaite ici face à Petkovic au premier tour l’année dernière était l’une des plus terribles. Bien sûr, perdre à Wimbledon m’a fait beaucoup souffrir à l’époque. Je pense que ces deux défaites ont été très difficiles pour moi… Le sentiment que je ressentais n’était pas vraiment agréable. Parfois, je suis probablement trop stressée et ce n’est pas génial. » Depuis son triomphe à Wimbledon en 2014, elle n’a atteint que deux fois les quarts de finale de l’US Open en seize Majeurs disputés. Elle est maintenant sur le point de remporter un troisième trophée inattendu en Grand Chelem et pourrait prendre la place de n°1 mondiale pour la première fois de sa carrière, sans pour autant que ce classement tienne beaucoup dans sa motivation. « De mon côté, ça ne me touche pas du tout », a-t-elle ajouté. « Je suis ici pour jouer une finale d’un Majeur et c’est comme ça dans ma mentalité. Si cela arrive, ça arrive. Ce sera juste un bonus très intéressant, mais je ne pense vraiment qu’au titre. »

dxwixwsu8aaubf9

Osaka favorite face à Kvitova ?

Curieusement, la finale féminine de cet Australian Open sera la première confrontation entre les deux joueuses. « Je pense que pouvoir jouer contre elle pour la première fois lors d’une finale de Grand Chelem est quelque chose de vraiment incroyable », a déclaré Naomi Osaka. « Je l’ai vue jouer la finale de Wimbledon. Je sais à quel point elle est une excellente joueuse. Cela va certainement être très difficile pour moi. » C’est particulièrement vrai compte tenu du score de 26-7 pour la Tchèque en finale. Plus important encore, Kvitova a gagné les huit dernières finales qu’elle a disputées. « Je pense qu’il est préférable de savoir cela, que j’ai un meilleur pourcentage de victoires que de défaites en finale », a déclaré la n°6 mondiale, qui en est à une série de onze victoires en Australie après avoir remporté le titre à Sydney. « Chaque finale est différente car à chaque fois, c’est une adversaire différente, un endroit ou une heure différents, mais j’aime vraiment jouer les finales. J’aime jouer sur les grands courts. »

Dxv_lvSW0AAs3Zq.jpg

Mais attention, la Japonaise est sur une série de treize victoires consécutives en Grand Chelem. Elle a été la première joueuse japonaise à remporter un titre en simple en Grand Chelem à l’US Open, et elle arrive en finale de l’Australian Open avec la chance de devenir la première joueuse de son pays à se classer n°1 mondiale. On voit que l’issue de cette finale reste assez indécise, même si pour Patrick Mouratoglou, consultant pour nos confrères d’Eurosport, Osaka saura mieux gérer ses émotions lors de ce match parce que Kvitova sait d’où elle revient et pourrait y penser dans les moments chauds. Son bras pourrait alors se bloquer et donner un léger avantage à son adversaire.

Crédit photos : @AustralianOpen, @WTA

À LIRE AUSSI :

Comment expliquer la domination de Novak Djokovic sur Lucas Pouille en demies de l’Australian Open ?

 

Qui pourra arrêter Rafael Nadal à l’Australian Open ?

2 réflexions au sujet de “Plus qu’un titre à l’Australian Open, Naomi Osaka et Petra Kvitova joueront gros ce samedi en finale”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s