Infos

Deux autres joueurs français en garde à vue dans l’affaire des matchs truqués, la réaction de Benoît Paire

Dans le cadre d’une enquête sur une vaste affaire de corruption sportive, les joueurs français Jules Okala et Mick Lescure avaient été placés en garde à vue mardi matin en marge du tournoi ITF de Bressuire. D’après les informations de nos confrères du quotidien L’Equipe, deux autres tricolores ont été interpellés. Les quatre joueurs seraient toujours en garde à vue.

dxeasrqx0aa-qwm


Deux autres joueurs français arrêtés ce mercredi

yqqxbeao_400x400Ce mardi, des revelations étaient faites concernant la mise en garde à vue des joueurs français Jules Okala et Mick Lescure. Les deux hommes sont accusés d’avoir volontairement perdu un set sur un score précis lors de tournois Futures et Challengers entre 2015 et 2018. Le lendemain, soit mercredi, deux autres joueurs français étaient interpellés. Nos confrères du quotidien L’Equipe ont indiqué ce mercredi que Jérôme Inzerillo (photo ci-contre) et Yannick Thivant avaient également été placés en garde à vue. Le premier nommé, âgé de 28 ans, a eu pour meilleur classement la 354ème place mondiale en 2012. Le second, âgé de 31 ans, a été 590ème mondiael en 2015. Les quatre joueurs étaient toujours en garde à vue mercredi. Les investigations de cette affaire, menées depuis 2015, sont menées par une juge d’instruction belge, en Flandre-Orientale. Une quarantaine de joueurs français seraient par ailleurs dans le collimateur de la police.

 

Depuis l’Australie, Hugo Nys et Benoît Paire réagissent vivement

dxear1ax4aahpsfEngagés en double à l’Australian Open (ils ont été éliminés d’entrée ce mercredi), Hugo Nys (n°451) et Benoît Paire (n°61) ont réagi à toute cette affaire. Le premier est un habitué du circuit secondaire. Ainsi, Nys a confirmé que les joueurs y sont constamment approchés, sur le circuit Futures notamment, pour lâcher un set ou un match en échange de quelques billets. « Je pense qu’il y a très, très, très peu de joueurs qui n’ont pas été approchés, via les réseaux sociaux, pour perdre un set, un match, une finale, quoi que ce soit », a-t-il déclaré. « Moi, ça m’est arrivé deux, trois fois, j’ai tout de suite prévenu le juge arbitre. Ça arrive toutes les semaines, partout dans le monde ! Tous les matches des ‘qualifs’ en Futures sont sur les sites de paris ! C’est peut-être là aussi qu’il faut se poser la question : comment se fait-il qu’un mec puisse parier en Ouzbékistan, sur un premier match de ‘qualif’ en Turquie. Il n’y a aucun contrôle sur l’accès à ces tournois. Et ça ne m’étonne pas qu’aujourd’hui, il y ait un bordel pas possible à cause de ça. » Le Tricolore de 27 ans a également évoqué les messages de menaces que reçoivent constamment les joueurs : « On reçoit beaucoup plus de menaces que de propositions ! Les insultes, c’est après chaque défaite toute l’année. C’est 50 défaites par an, c’est 150 messages d’insulte, où on promet de violer ta famille, ta copine, où on te souhaite d’avoir le cancer ! On subit ça et personne ne fait rien contre ça. Les matches du circuit secondaire continuent à être exposés. Mais les messages d’insulte, sur les gros tournois, c’est pareil. Un joueur comme Dustin Brown (actuel n°173) les partage souvent sur les réseaux sociaux. C’est tous les jours, à tous les joueurs, tout le temps ! » Si les gros tournois ne sont pas libres d’accès et restent protégés, ce n’est pas le cas du circuit ITF, où les tournois se jouent la plupart du temps dans des petits clubs. « Ça m’est arrivé d’en voir un ou deux, avec le portable, l’oreillette », a ajouté Nys. « Maintenant, il y a la TIU (Tennis Integrity Unit) qui s’est développée et envoie des gens sur place pour virer ces mecs-là des tribunes. Ce n’est pas grossier à ce point-là. En Futures, il n’y a pas trop de Players’Lounge. Ça se joue dans des petits clubs de tennis. Si demain, vous allez voir un Futures en Turquie, il n’y a aucune sécurité, vous êtes là avec les joueurs, vous partagez, vous pouvez leur parler, rentrer avec eux sur le court ! […] Ici à l’Open d’Australie, il faut un badge pour entrer. En Futures, il n’y a pas besoin de badge. »

dxearb4x4aaxv3hDe son côté, Paire s’est montré sans pitié pour les joueurs qui ont triché, affirmant : « Comment excuser quelque chose comme ça, ce n’est pas possible. Pour moi, les gens qui trichent dans le sport, c’est comme le dopage, c’est inadmissible. C’est scandaleux de faire ça. Je veux bien qu’on me dise, il n’y a pas assez d’argent, tout ça…Eh bien dans ce cas, sois meilleur, tu monteras au classement et tu gagneras un peu plus d’argent ! Ce n’est pas parce que l’on est moins bien classé, que l’on va devoir vendre son match pour ça ! Il y a d’autres moyens d’y arriver. Moi mon père travaille à la SCNF, ma mère au Conseil Général. Ils n’allaient pas me donner de l’argent pour voyager et faire le tour du monde ! Il faut se démerder pour y arriver et si on n’a pas le niveau, il faut faire autre chose. » Pourtant, s’il n’a jamais reçu de proposition d’argent, le fantasque joueur français, connu pour parfois lâcher des jeux, des sets ou même un match, avoue ne jamais avoir triché, malgré certains soupçons… « Moi, on peut me soupçonner quasiment à tous les matches », a-t-il poursuivi. « Il y a des points que je ne joue pas, des jeux que je n’ai pas envie de jouer ! Non, on ne m’a jamais approché. Est-ce mon style de jeu ? Ma façon d’être ? Je pense qu’ils savent très bien que le premier qui vient me voir, il verra ce qu’il se passe ! Des menaces ? Oui, tous les jours. Ici, je perds contre Dominic (Thiem), la moitié des gens me félicite pour mon match et l’autre moitié me dit qu’ils ont perdu un pari et qu’ils veulent me tuer ! Je suis désolé s’ils ont perdu dix euros, ce n’est pas mon problème. Après, pour les joueurs, je trouve cela inadmissible de faire ça et j’espère qu’ils vont être lourdement sanctionnés. » Mais quelle sanction appliquer aux tricheurs, quelles que soient les raisons derrière cet appât du gain ? Pour le 61ème joueur mondial, il n’y a pas de demi-mesure, comme il l’a déclaré : « Mon sport, je l’aime. Le tennis, c’est quelque chose qui m’excite, qui me rend fou tous les jours et si j’apprends qu’il y en a un qui se dope, un qui va tricher, un qui va balancer un match, ça commence à faire beaucoup. Il faut parler du beau jeu et des beaux joueurs. Ceux qui font ces tricheries-là, il faut les sanctionner, les suspendre complètement du circuit. Qu’ils ne reviennent plus jamais parce qu’ils n’ont rien à y faire. Les pros comme Djoko, Nadal, Federer se battent justement pour qu’il y ait plus de joueurs qui gagnent de l’argent. Si c’est pour qu’au niveau inférieur, ils soient en train de donner leur match, c’est difficile pour nous de se battre pour eux. J’espère qu’il y en a le moins possible et que ceux qui le font vont se faire sanctionner très lourdement. »

Crédit photos : @Jeromeinzerillo@lequipe, @returnwinner, @LesoirSports

À LIRE AUSSI :

Deux joueurs français arrêtés ce mardi pour soupçons de matchs truqués

Australian Open – Night session #3 : Nadal et Kerber tranquilles, Dimitrov et De Minaur dans la douleur

Publicités

6 réflexions au sujet de “Deux autres joueurs français en garde à vue dans l’affaire des matchs truqués, la réaction de Benoît Paire”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s