Analyses

Alexander Zverev a-t-il eu raison de se plaindre sur la durée de la saison ?

Depuis quelques semaines, Alexander Zverev ne s’en cache pas : il est très fatigué. Le jeune joueur allemand trouve que la saison est trop longue, ce qui peut expliquer en partie sa défaite ce mercredi face à Novak Djokovic aux Nitto ATP Finals. En effet, quand on voit que l’Allemand a tenu jusqu’à 4-4 dans le premier set et qu’ensuite il a complètement lâché le match, il y a de quoi se poser des questions. Pour autant, on va voir que de nos jours les joueurs jouent beaucoup moins qu’il y a une vingtaine d’années, voire plus. Raison pour laquelle un ancien numéro un mondial, Yevgeny Kafelnikov, n’a pas hésité à monter au créneau pour dire que Zverev avait tort de se plaindre. Les déclarations de l’un et l’autre ont beaucoup fait parler à Londres, raison pour laquelle nous revenons sur ce sujet. Et vous, qu’en pensez-vous ? Trouvez-vous que la saison est trop longue pour un joueur de tennis professionnel, ou est-ce que ça a toujours été comme cela, les joueurs d’aujourd’hui n’étant pas à plaindre comparé à leurs prédécesseurs ?

Dr_c167WoAE_-4M


Alexander Zverev est épuisé depuis deux mois et il ne s’en cache pas

Ce mercredi, après sa défaite en deux sets 6-4, 6-1 face au n°1 mondial Novak Djokovic aux Nitto ATP Finals, l’Allemand Alexander Zverev (n°5) a eu une déclaration forte en conférence de presse, qui a beaucoup fait parler de lui de l’autre côté de la Manche. Quand on a demandé au jeune joueur de 21 ans quelle était sa forme du moment, il ne s’est pas caché pour parler de sa fatigue. Voici ce qu’il a déclaré aux journalistes présents à Londres : « Je ne me sens pas au mieux depuis deux mois. La raison, c’est parce que la saison est beaucoup trop longue. On joue onze mois par an, c’est ridicule. On ne fait ça dans aucun autre sport professionnel. » Alors, Alexander Zverev a-t-il raison de se plaindre de la longueur de la saison dans le tennis professionnel ?

DsB9RTAVsAAiQqE

Pourtant, on pourrait penser que cette déclaration va à l’encontre de ce qu’il a fait en 2018. En effet, l’Allemand se plaint que la saison soit trop longue mais rappelez-vous qu’au mois de septembre, il est allé à Chicago jouer la Laver Cup de Roger Federer ! Quelques semaines seulement après l’US Open et un été déjà éprouvant, il aurait pu se ménager une plage de repos, sachant que la fin de saison serait chargée pour lui (deux Masters 1000 à Shanghaï et au Rolex Paris Masters et deux tournois ATP 500 à Pékin et Bâle, puis ensuite les Nitto ATP Finals pour lesquels il était sûr de se qualifier). Que nenni. Zverev a préféré aller prendre un gros billet et il n’a pas joué dans la demi-mesure lors de cette fameuse Laver Cup où il s’est donné à fond – et c’est tout à son honneur – comme dans un tournoi lambda. Ce constat ne rend pas vraiment crédible la déclaration qu’il a faite ce mercredi aux journalistes. D’autant plus que si on compare le nombre de matchs joués cette saison par l’Allemand à des joueurs de l’ancienne génération, on va vite s’apercevoir qu’il n’est pas à plaindre.

Dr1fswSWwAITU2B.jpg

De nos jours, les joueurs de tennis jouent moins que dans les années 80-90

Ce mercredi soir, nos confrères de BeIn Sport ont comparé le nombre de matchs joués par Alexander Zverev au nombre de matchs joués par Roger Federer et Novak Djokovic, qui le précèdent au classement ATP. À ce jour, l’Allemand a participé à vingt tournois et a disputé soixante-douze matchs depuis le début de la saison 2018. Par ailleurs, il a empoché un total de 5 217 914 dollars en prize money. De leur côté, Roger Federer n’a joué que cinquante-cinq matchs et Novak Djokovic en a disputé soixante (sachant qu’il a été blessé en début de saison et que jusqu’à Wimbledon, il n’était pas encore revenu au top). Qu’est-ce que ces chiffres nous apprennent ? Les meilleurs joueurs savent se construire un calendrier raisonnable, où ils se donnent des plages de repos pour permettre à leur corps d’encaisser les efforts produits pour être au top. Zverev ne doit pas encore savoir faire cela et c’est ce qu’il va devoir apprendre s’il veut un jour être n°1 mondial. Nous pensons qu’il en a les capacités mais il y a des ajustements à faire pour atteindre le sommet. Il faut jouer sur des petits détails, et la programmation sur une saison en est un important.

Drz5nOrW4AARiWf

Par ailleurs, si Zverev se plaint aujourd’hui de jouer une saison trop longue, qu’auraient pu dire les joueurs dans les années 1980 ou 1990 ? À titre de comparaison – même si le jeu était différent et certainement moins physique qu’aujourd’hui -, un joueur comme John McEnroe disputait la bagatelle de cent-deux matchs en 1980, alors qu’il était n°1 mondial. En 1995, le Russe Yevgeny Kafelnikov (membre du Top 10) disputait quant à lui cent-cinq matchs en une saison. On se rend compte que le nombre de matchs joués par des top players a beaucoup diminué dans les années 2000 et 2010. La dimension physique du jeu est sûrement à prendre en compte, puisque c’est un élément qui est beaucoup plus présent de nos jours et demande plus de repos aux joueurs. Les règles ont aussi changé. Pourquoi parler de Kafelnikov et non pas d’un ancien n°1 mondial comme Pete Sampras ou encore Andre Agassi, allez-vous nous demander ? Tout simplement parce que l’ancienne gloire du tennis russe a réagi aux propos de l’Allemand et il n’a pas été tendre avec lui…

DsAQW38VYAAwJP0.jpg

Pour Yevgeny Kafelnikov, il n’y a pas de débat : aujourd’hui, les joueurs ne sont pas à plaindre

Comme nous l’avons évoqué précédemment, Yevgeny Kafelnikov a réagi de manière un peu brutale aux propose d’Alexander Zverev sur Twitter. Il a bien précisé qu’il n’avait rien contre le jeune joueur allemand, mais ses propos ne lui ont pas plu. Voici ce que l’ex-numéro un mondial russe a écrit : « Il se peut qu’il ne se souvienne pas des saisons dans les années 90, qui se terminaient le 10 décembre et personne ne s’est plaint du tout, y compris Sampras, Becker et les autres. » Comme nous l’avons vu à travers quelques chiffres un peu plus haut, Kafelnikov a raison, les joueurs sont moins à plaindre aujourd’hui qu’il y a vingt ou trente ans. Pourtant, contrairement à ce qu’il écrit, on se rappelle que certains se plaignaient déjà à cette époque de jouer une saison trop longue. Il semblerait que leurs demandes aient été entendues.

En effet, aujourd’hui les règles de l’ATP concernant le nombre de tournois obligatoires pour un top player sont claires et simples. Sur une saison, un joueur comme Zverev se doit de disputer obligatoirement dix-huit tournois : les quatre tournois du Grand Chelem, huit des neuf Masters 1000 (seul Monte-Carlo n’est pas obligatoire), quatre tournois ATP 500 et deux tournois ATP 250. Après, si le joueur veut gagner plus de points, rien ne l’empêche de participer à plus de tournois mais c’est son problème. Il y a aussi une histoire d’engagement avec les directeurs de tournoi, mais encore une fois chacun se gère comme il l’entend. Nous ne comptons pas non plus là-dedans les ATP Finals ni la Coupe Davis, qui de toute façon va évoluer en 2019. Zverev a donc joué deux tournois supplémentaires, qu’il aurait peut-être pu éviter. Cela pourrait lui permettre de se concentrer sur les tournois du Grand Chelem et de faire sauter le dernier verrou qui le sépare encore des tous meilleurs.

Crédit photos : @ATPWorldTour, @tennislive, @WELT_Sport

À LIRE AUSSI :

Une semaine en Challenger : Elias Ymer conserve son bien en Vendée, Alexander Bublik remporte un troisième titre cette saison

Baptiste Crepatte enchaîne en ITF, Elliot Benchetrit demi-finaliste en Challenger : la semaine des Bleus

3 réflexions au sujet de “Alexander Zverev a-t-il eu raison de se plaindre sur la durée de la saison ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s