Analyses

Juan Martin Del Potro et Novak Djokovic s’affronteront en finale de l’US Open

Ce vendredi soir, les demi-finales de l’US Open ont livré leur verdict. Le dernier tournoi du grand Chelem se disputera ce dimanche entre le n°3 mondial Juan Martin Del Potro et le n°6 mondial Novak Djokovic. D’un côté, l’Argentin n’a plus joué de finale en Grand Chelem depuis sa victoire à New York en 2009. Depuis, on le sait, il a connu beaucoup de déboires, notamment à cause de ses poignets. Il y a trois ans, il se faisait opérer pour la énième fois… De l’autre côté, un homme qui compte déjà treize titres Majeurs, qui a lui aussi été blessé l’année dernière et qui a peiné à faire son retour au plus haut niveau mais qui, depuis sa victoire à Wimbledon, est redevenu stratosphérique. Cette finale devrait faire des étincelles et devrait être intéressante à suivre. Mais avant de se plonger dedans, retour sur des demies qui ont tout de même tourné court.


Grâce à l’abandon de Nadal, Del Potro jouera sa deuxième finale en Grand Chelem

Les premiers à entrer sur le Stadium Arthur Ashe ce vendredi ont été Rafael Nadal (n°1)  et Juan Martin Del Potro (n°3). Cette demi-finale s’annonçait déjà très intéressante à suivre, et l’entame de match n’allait pas nous décevoir. L’Espagnol servait en premier mais il se faisait breaker d’entrée par un Argentin bien entré dans son match et décidé à ne pas se laisser marcher dessus par celui qui l’avait éliminé en quarts à Wimbledon quelques mois plus tôt. Seulement, Nadal allait vite montrer que même s’il sortait d’un marathon contre Dominic Thiem (remporté au tie break du cinquième set après 4h48 de jeu), il allait répondre présent physiquement. Le Majorquin allait débreaker dans la foulée et les deux joueurs allaient ensuite tenir leur engagement jusqu’au jeu décisif. Un tie break mené par l’Argentin, qui avait déjà eu des balles de set à 5-4 dans cette première manche. Del Potro n’allait pas laisser passer d’autres occasions et il remportait ce premier set 7 points à 3 au tie break. La suite allait être beaucoup plus facile pour la tour de Tandil. Del Potro prenait vite l’avantage du deuxième set grâce à un double break. Plusieurs fois, on voyait l’Espagnol grimacer à cause de ce genou droit qui avait déjà grincé lors des tours précédents. Sur dur, Nadal ne peut pas enchaîner les longs matchs et pourtant, avant cette demie, il avait passé près de seize heures sur les courts de l’US Open. Nadal allait donc craquer petit à petit, malgré une intervention médicale, et quand Del Potro remportait le deuxième set 6-2, il décidait d’abandonner et de laisser son adversaire filer en finale. « À 2 partout, 15-0 dans le premier set, j’ai tout de suite dit à mon box que j’avais senti quelque chose au genou », a déclaré l’Espagnol après le match. « Après, j’essayais juste de voir si ça pouvait s’améliorer au fil du match. Mais non, pas aujourd’hui. J’ai attendu autant que possible. Vous pouvez imaginer que c’était très difficile pour moi de dire au revoir avant la fin du match. Mais il fallait prendre une décision. C’était aussi tellement difficile pour moi de continuer à jouer de cette façon, en ayant très mal. A la fin, ce n’était pas un match de tennis, il n’y avait qu’un joueur qui jouait. Je déteste abandonner, mais il restait encore un set à jouer comme ça, c’était trop pour moi. » Heureux d’être en finale mais déçu par la manière, l’Argentin déclarait de son côté : « Je l’ai vu souffrir beaucoup pendant le deuxième set. J’essayais de jouer mon jeu mais je le voyais en souffrance. Je me suis dit que je devais rester concentré sur moi-même, ne pas le regarder parce qu’on ne sait jamais ce qu’il peut se passer dans ce genre de situation. Quand j’ai vu qu’il avait des moments moins bons, j’ai décidé d’être plus agressif et il a ensuite arrêté. » Ce qui n’a pas empêché Del Potro d’exprimer ensuite sa joie : « Je suis plus âgé, c’est sûr mais je n’arrive pas à croire que je peux jouer une nouvelle finale en Grand Chelem à Flushing Meadows dans ce qui est mon tournoi préféré. Je me suis beaucoup battu pour en arriver là. Ce sera un match difficile, forcément, mais en finale tout peut arriver. Si je gagne, ce sera génial, sinon, ça restera un bon tournoi. »

dmhnwyrxcawkbzo.jpg

Djokovic impitoyable face à Nishikori

Quelques minutes après l’abandon du n°1 mondial, Novak Djokovic (n°6) et Kei Nishikori (n°19) entraient sur le court pour la deuxième demi-finale. Le scénario de ce match allait être complètement différent, tant la domination du Serbe sur le Japonais allait être sans faille. Avant ce match, en seize rencontres, Nishikori n’avait trouvé la faille que deux petites fois. C’est dire si le lauréat de Wimbledon partait favori ! Pendant trois sets, le Japonais a pourtant tout essayé. Il a tenté de développer un jeu très agressif, mais Djokovic avait réponse à tout en défense. Le monologue du Serbe sur le court dura 2h22 mais il aurait pu être abrégé, puisque « Nole » n’a converti au total que quatre de ses dix-sept balles de break. Au final, le Serbe l’emportait tout de même en trois sets 6-3, 6-4, 6-2 pour prendre rendez-vous avec Del Potro en finale. En conférence de presse, Nishikori a déclaré : « Il a été très solide partout : service, retour, fond de court. Il a été agressif. Je n’ai pas eu assez d’énergie pour me maintenir à son niveau. J’étais un peu fatigué de mes précédents matchs. J’ai essayé de tout donner, mais il était trop solide. Il ne donne pas de points gratuits, fait moins de fautes directes. Il a joué du grand tennis. Tout le mérite lui revient. Ça a été un bon US Open pour moi, peut-être pas aujourd’hui (vendredi), mais mes derniers matches ont été très bons, j’ai battu de bons joueurs. Je suis content d’avoir atteint les demi-finales. » De son côté, Djokovic analysait cette nouvelle victoire de la manière suivante : « J’arrivais sur ce match en sachant que j’allais affronter un joueur qui est très rapide et qui prive son adversaire de temps en prenant sa chance. Je savais que si j’arrivais à soutenir la vitesse de ses coups, de ce style de jeu, j’aurai mes chances de prendre le dessus, de le sortir de sa zone de confort et de lui faire commettre des fautes. C’est ce qui s’est passé. Dans les moments importants, j’ai réussi des bonnes deuxièmes balles de service, des bonnes premières. J’ai très bien retourné. Je lui ai mis une pression permanente, en essayant de le faire bouger, de le sortir de son rythme, de ne jamais lui donner la même balle. Ça a été un très bon match de mon côté. » Avant d’ajouter, au sujet de Juan Martin Del Potro et de la finale à venir : « Personnellement, je l’aime beaucoup, pas seulement en tant que joueur mais aussi en tant qu’homme. C’est un bon ami, quelqu’un que je respecte énormément. On a tous eu de l’empathie pour ses difficultés avec les blessures qui l’ont éloigné du circuit pendant deux ou trois ans. Mais il a toujours été un joueur du Top 5 aux yeux de – je pense – tout le monde. Même quand il a chuté au classement, on savait tous qu’il avait les capacités et les qualités pour revenir là où il est aujourd’hui. C’était juste une question de temps. C’est un joueur de grands matchs, de grands moments. C’est un vainqueur de Grand Chelem. Il joue le tennis de sa vie depuis quinze mois, sans aucun doute. Ça a vraiment commencé aux Jeux de Rio. C’est là qu’il a eu un grand boost pour sa confiance. Depuis, il est très régulier dans les gros tournois. C’est ce qui fait qu’il est n°3 mondial désormais. »

dmjjsoqw4aaexmg.jpg

Del Potro / Djokovic : un face-à-face explosif ?

Ce nouveau face-à-face entre les deux joueurs sera forcément spécial, puisqu’il s’agira d’une finale dans un tournoi du Grand Chelem. Pour Del Potro, il s’agira de remporter son deuxième titre Majeur, à l’endroit même de ses exploits de 2009 où il avait battu Nadal en demies et Roger Federer (alors n°1 mondial ) en finale. Pour Djokovic, le défi sera d’enchaîner un deuxième Majeur d’affilée, ce qui scellerait définitivement son retour au plus haut niveau. Cette rencontre a-t-elle un favori ? Difficile à dire, tant les deux joueurs ont pu être impressionnants lors de cette quinzaine new-yorkaise. L’Argentin n’a perdu qu’un seul set en quarts de finale face à John Isner (et encore, au jeu décisif !). Après un départ un peu poussif, le Serbe s’est montré beaucoup plus tranquille depuis son troisième tour face à Richard Gasquet. Il n’a plus perdu un seul set depuis ses deux premiers matchs.

dmhnuyuw0aauja9.jpg

Focalisons-nous alors sur les face-à-face entre les deux joueurs. Sur l’ensemble des dix-huit rencontres qui les ont opposé depuis 2007, Djokovic mène 14 à 4 face à Del Potro. Il semble trouver la plupart du temps les solutions face au géant argentin mais attention, souvenez-vous de cette rencontre aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. Del Potro avait joué dans la zone ce jour-là et Djokovic n’avait pas existé. Depuis, les deux joueurs se sont rencontrés trois fois, en 2017, avec trois victoires du Serbe. Sur terre battue, à Rome, « Nole » avait pris un large avantage en l’emportant en deux sets. Mais sur dur, à Acapulco et Indian Wells, les rencontres ont été plus accrochées, Del Potro prenant un set à son adversaire à chaque fois. Novak Djokovic devra donc se méfier, d’autant plus que l’Argentin joue à New York son tournoi préféré. Le Serbe sait qu’il ne faudra pas prendre son adversaire à la légère, car comme il l’a déclaré : « Il a toujours eu un gros coup droit, un gros service. Son jeu tourne autour de ça. Il a fait évoluer son revers avec le temps, à cause de sa blessure au poignet gauche. Je pense qu’il est plus à l’aise avec désormais. Quand il est revenu de ses opérations, il avait des difficultés sur les balles hautes et les balles basses, en essayant de jouer très à plat. Pour quelqu’un de sa taille, je trouve qu’il anticipe et bouge bien sur le court. C’est un joueur intelligent, il se prépare bien tactiquement. Il s’appuie évidemment sur sa première balle et son coup droit, un des plus puissants de l’histoire du jeu. C’est sa principale arme. L’une des clés du match sera le retour, le nombre de retours que je pourrai mettre dans le court, en essayant de les jouer longs, et ma qualité de service. Quand tu affrontes un gros serveur comme Del Potro, tu es sous pression sur tes propres engagements. » De son côté, l’Argentin a déclaré sur son jeu et sur la finale à venir  : « J’imagine que j’alterne beaucoup plus au niveau de mon revers avec du slice, des amorties. À cause de mes problèmes de poignet. Ça marche bien et c’est un bon signe que j’ai pu renouveler mon jeu. Mais dimanche, je devrais être dans la meilleure forme possible si je veux gagner la finale. »

dmjjquixsaevajn.jpg

Double messieurs : la victoire de Mike Bryan et Jack Sock

Après avoir remporté le titre à Wimbledon et en l’absence de son frère Bob, Mike Bryan a enchaîné une nouvelle victoire en Grand Chelem aux côté de son compatriote Jack Sock. C’est le dix-huitième titre en Grand Chelem en double messieurs pour Bryan, le troisième pour Sock et donc leur deuxième en commun après leur victoire au All England Club en juillet. En finale de l’US Open ce vendredi, les Américains, qui étaient têtes de série n°3 du tournoi, ont battu la paire composée du Polonais Lukasz Kubot et du Brésilien Marcelo Melo (têtes de série n°7) en deux sets 6-3, 6-1. Bryan et Sock ont vite pris la main sur le match et leurs adversaires n’ont jamais existé. À 40 ans, Mike Bryan devient ainsi le seul recordman de victoires en Grand Chelem en double avec ses dix-huit titres, contre seize pour son frère Bob, toujours blessé. Après la rencontre, Mike Bryan déclarait en conférence de presse, à propos du fait d’être le joueur le plus âgé à remporter un Grand Chelem en double à 40 ans et quatre mois : « Cela ne vous traverse pas vraiment l’esprit lorsque vous jouez. Vous ne faites que penser à votre routine et obtenir de bons conseils de vos entraîneurs. Vous ne faites que jouer aussi fort que vous pouvez aussi longtemps que possible. Si cela ajoute quelques records, alors c’est très cool. Mais je le fais simplement parce que j’aime ça, et ce sont des moments très spéciaux, avec ces trophées. Vous ne savez jamais si vous allez les obtenir, alors vous les savourez vraiment. » Quant au fait de choisir entre son frère Bob et Jack Sock pour le prochain tournoi du Grand Chelem, Mike a déclaré sur le ton se la plaisanterie : « Je pense que Bob est peut-être le favori s’il revient en bonne santé. Je pense qu’il a hâte de revenir. Il voit nos bons résultats et il voit à quel point j’aime être encore ici à 40 ans. Il a hâte de jouer la saison prochaine. Il était en fait le premier à nous appeler sur le terrain pour nous parler. Il a été très favorable. Il est tellement nerveux qu’il ne peut pas regarder les matchs mais il regarde les scores. Après, je suis peut-être le type qui sortira blessé l’année prochaine, et ce pourrait être Jack et Bob ! »

dmha3jlxoaat_fb.jpg

Crédit photos : @usopen


À LIRE AUSSI :

Juan Martin Del Potro pourrait-il refaire le coup de 2009 cette année à l’US Open ?

 

 

Rafael Nadal présent lors de la demi-finale de Coupe Davis, un élément qui inquiète Yannick Noah…

1 réflexion au sujet de “Juan Martin Del Potro et Novak Djokovic s’affronteront en finale de l’US Open”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s