Analyses

Vote de la réforme de la Coupe Davis : la mort d’une compétition ?

Ce jeudi à Orlando, aux États-Unis, l’assemblée générale de l’ITF a voté. Avec 71,43% de votes favorables pour cette réforme, la fédération internationale et le groupe d’investissement Kosmos (emmené par le footballeur Gerard Piqué) viennent donc de faire adopter leur réforme qui sera mise en place dès 2019. Cette annonce fait ce jeudi l’effet d’un véritable tremblement de terre dans le monde du tennis, en France comme dans le monde entier. Sauf qu’en France les joueurs, anciens joueurs, journalistes et supporters semblent en total désaccord avec la FFT, qui a pourtant voté pour cette réforme, le président Bernard Giudicelli en tête. Mais alors, que va-t-il désormais se passer ? Les joueurs actuels et la future capitaine de l’équipe de France, Amélie Mauresmo, vont-ils accepter de jouer la compétition (qui ne peut plus, selon nous, porter le nom de Coupe Davis) sous ce nouveau format ? Une guerre va-t-elle éclater entre ceux qui désirent encore défendre les valeurs du tennis et ceux qui ne sont attirés que par l’argent ?

DkukaJaX0AAvHPz


La réforme d’une compétition qu’on ne peut plus appeler « Coupe Davis »

Il y a 118 ans, en 1900, la Coupe Davis était née grâce à Dwight Davis. Le format n’a pas toujours été le même, les meilleurs joueurs ne l’ont pas toujours jouée, mais quand on se rappelle des émotions qu’elle a pu susciter, on comprend que le monde du tennis ait l’impression de se réveiller après une soirée un peu trop arrosée. On ne comprend plus rien et on ne sait plus où on habite. Alors, pour que ce soit plus clair pour vous (comme pour nous d’ailleurs), voici ce pour quoi cette assemblée générale de l’ITF a voté ce jeudi en Floride.

DkvCacEX0AAtsED

L’événement ne changera pas de nom (même si plusieurs acteurs du tennis militent sur Twitter pour renommer l’événement), mais son format sera bouleversé dès 2019. La Coupe Davis sera désormais condensée sur deux semaines : une première en février, avec douze premiers tours qualificatifs pour la seconde phase, en novembre, avec dix-huit équipes (phase de poules, puis matches à élimination directe, chaque duel étant constitué de deux simples et d’un double disputés au meilleur des trois sets). Menée par le président de l’ITF, David Haggerty, cette nouvelle compétition (nous faisons ici le choix de ne plus l’appeler Coupe Davis) se développera grâce aux 2,5 milliards de dollars d’euros sur vingt-cinq ans versés par le groupe Kosmos de Gerard Piqué. Tout semble donc être une histoire de gros sous…

Dkusa3LW0AA69bd

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que l’ITF mettait un argument en avant en faveur de sa réforme : l’allègement du calendrier pour les joueurs, notamment les plus grands qui refusaient ces dernières années de jouer la Coupe Davis en raison d’un calendrier déjà surchargé. Mais cette nouvelle compétition de l’ITF, qui débutera donc en novembre 2019, va se tenir six semaines à peine avant la nouvelle compétition de l’ATP, la World Team Cup, qui doit faire ses débuts en janvier 2020. De plus, l’ITF prévoit déjà d’ajouter deux exhibitions au calendrier : une sorte de Hopman Cup revisitée en avril et un « winner takes all » en septembre où il ne sera question… que de pognon ! Et c’est avec ça que vous comptez attirer les plus grands et alléger leur calendrier ? Si c’est ça le tennis du futur, beaucoup de passionnés vont malheureusement s’en désintéresser…

Enfin, dernière information sur ce nouveau format d’une compétition en train de mourir, les villes de Lille et Madrid se placeraient comme deux candidates très sérieuses pour l’organisation des phases finales au mois de novembre 2019. La décision sera prise dans les prochaines semaines pour savoir qui du Stade Pierre-Mauroy (Lille) ou de la Caja Magica (Madrid) accueillerait cette nouvelle compétition.

Gerard Piqué, le footballeur et businessman satisfait

Juste après l’adoption de cette nouvelle réforme par l’assemblée générale de l’ITF, voici ce que Gerard Piqué, président et fondateur du groupe Kosmos, a déclaré : « C’est un jour historique et nous sommes convaincus que l’accord ratifié par les nations garantit certainement l’avenir de la Coupe Davis et le développement du tennis à tous les niveaux. Je voudrais féliciter tous ceux qui, avec leurs votes, ont accepté ce changement et ont pris la décision capitale qui était entre leurs mains. C’est le début d’une nouvelle étape qui garantit la place prééminente et légitime que devrait occuper la Coupe Davis en tant que compétition pour les équipes nationales tout en s’adaptant aux exigences de ce sport professionnel au plus haut niveau. C’est un grand honneur pour moi de faire partie de ce processus historique d’un sport qui me passionne et, sans aucun doute, à la fois sur le plan personnel et professionnel, c’est l’un des jours les plus heureux de ma vie. » Que dire du fait que ce footballeur, qui n’a rien à voir au départ avec le tennis, vient de contribuer à la mort d’une compétition centenaire ?

DkuyePNXcAAgs2v

En France, des réactions à la chaîne sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, depuis l’annonce de l’adoption de cette réforme de la Coupe Davis, les réactions s’enchaînent, notamment en France. Des journalistes, comme Thibault Le Rol ou Benoît Maylin, comme des joueurs (Nicolas Mahut ou Lucas Pouille, pour ne citer qu’eux) ou d’anciennes gloires du tennis tricolore (Henri Leconte et Paul-Henri Mathieu) se sont déjà exprimés. Voici un petit florilège des réactions que nous avons pu apercevoir çà et là…

Julien Benneteau a par ailleurs réagi sur BeIn Sports ce jeudi en début de soirée, déclarant : « Ils ont créé une autre épreuve. (…) À mon avis, il va y avoir un changement de date de la part de l’ITF s’ils veulent avoir une chance d’exister.  (..) Moi ce qui m’attriste le plus, c’est que l’ITF n’avait aucune autre alternative parce que Kosmos arrivait avec énormément d’argent. L’ITF n’a pas pu ou n’a pas voulu proposer une alternative avec moins d’argent. (…) J’espère que la Fed Cup ne suivra pas le même chemin. Ce qui fait l’essence de ces épreuves, c’est de jouer à domicile ou à l’extérieur et là, il n’y a plus ça. (…) Je pense que l’ITF prend un énorme risque en faisant ce changement, parce que les plus grands ont tout gagné sur ces dix dernières années. Mais quand Roger ou Rafa ne seront plus là, les meilleurs du monde (Zverev, Raonic, Nishikori), ils auraient eu envie de jouer la Coupe Davis. Et là on a effacé une compétition qui a 100 ans d’histoire parce que dans les cinq prochaines années on pensait que les meilleurs ne joueraient pas ! Il y avait des aménagements à faire, comme donner un bye au deux finalistes sortants… »

Enfin, l’actuel capitaine des Bleus, Yannick Noah, s’était lui aussi fendu d’une longue tirade au mois d’avril dernier dans les colonnes du quotidien L’Equipe, pour défendre cette épreuve, déclarant : « Si demain, leur décision scandaleuse passe, c’est la fin de la Coupe Davis. C’est fini. C’est dommageJe n’arrive pas à comprendre l’intérêt, pour le jeu, d’aller jouer une compétition sur une semaine à l’autre bout du monde. Je ne comprends pas. Il y en a plein, des tournois comme ça. Partout dans le monde. Mais la Coupe Davis c’est particulier, c’est autre chose, c’est le sport, il y a presque un aspect social. »

Partout dans le monde, une opposition se met en place

Il n’y a pas qu’en France que les acteurs du tennis sont contre la réforme de la Coupe Davis. Ainsi, Tennis Australia, la fédération australienne, a déjà publié une déclaration, dans laquelle elle dit : « Tennis Australia est extrêmement déçu par les changements radicaux proposés pour la Coupe Davis. La réforme est vitale pour la compétition, mais cette proposition enlève trop de valeur à ce qui rend la Coupe Davis unique et spéciale, en particulier le fait de jouer à domicile et à l’extérieur, ce qui a amené le tennis de haut niveau à tant de fans du monde entier. L’ITF a maintenant une responsabilité majeure pour s’assurer que le grand héritage et le prestige de la compétition soient en quelque sorte conservés dans cette nouvelle version de la Coupe Davis. »

DkvMyCbXoAAbYMJ

De plus, différents anciens joueurs comme Pat Cash, tout comme des joueurs actuels comme le Hollandais Robin Haase ou le Belge Steve Darcis, se sont aussi exprimés sur Twitter.


Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle réforme ? N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire afin d’alimenter le débat et de partager votre joie ou votre déception avec nous ! 

Crédit photos : @arfarfafy, @Golva6, @ITF_Tennis, @Eurosport_UK, @TennisAustralia

 

À LIRE AUSSI :

Rencontre avec… Mick Lescure

 

 

Caroline Garcia en quarts à Montréal, Lestienne gagne un Challenger, Lescure et Perchicot vainqueurs en ITF : la semaine des Bleus

 

4 réflexions au sujet de “Vote de la réforme de la Coupe Davis : la mort d’une compétition ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s