Au cœur de l'action

Roland-Garros – Dominic Thiem peut-il mettre fin à la suprématie de Rafael Nadal Porte d’Auteuil ?

Ce dimanche, l’Espagnol Rafael Nadal tentera de remporter un onzième titre à Roland-Garros en autant de finales jouées. En atteignant ce stade de la compétition, il a fait aussi bien que Roger Federer à Wimbledon avant lui. Mais il pourrait faire bien mieux, car jamais un joueur n’a remporté onze fois le même tournoi du Grand Chelem dans l’histoire du tennis. Face à lui se dressera l’Autrichien Dominic Thiem, ultime obstacle à la « Undecima ». Depuis deux ans, Thiem est le seul joueur à avoir battu le Majorquin sur sa surface de prédilection. C’est arrivé une première fois à Rome en 2017, puis une autre fois à Madrid cette année. L’Autrichien a donc été capable de trouver une faille dans le jeu de l’Espagnol, mais est-il capable d’y parvenir dans un match en cinq sets pour sa première finale en Grand Chelem ? C’est la question à laquelle nous allons tenter de répondre avant de suivre, dès 15h ce dimanche, le dernier match entre ces deux gladiateurs du tennis.


Rafael Nadal n’a jamais perdu en finale Porte d’Auteuil

C’est notre premier élément de réponse. On pourrait être amené à penser que Dominic Thiem (n°8) ne sera pas celui qui détrônera Rafael Nadal (n°1) cette année à Roland-Garros. Jamais le Majorquin n’a perdu lorsqu’il est arrivé en finale Porte d’Auteuil. Ses deux seules défaites depuis sa première apparition en 2005 sont survenues en huitièmes de finale (en 2009 face à Robin Söderling) et en quarts de finale (en 2015 contre Novak Djokovic). Il est en pleine confiance dès qu’il joue sur le Court Philippe Chatrier, qui est comme sa deuxième maison. En treize ans, l’Espagnol a remporté dix titres et il semble plus déterminé que jamais pour soulever la Coupe des Mousquetaires pour la onzième fois. On pourrait aussi ajouter qu’il n’a perdu que sept finales en Grand Chelem pour seize victoires, et que ce sont toujours ou presque des n°1 mondiaux en puissance qui l’ont battu : Roger Federer (trois fois), Novak Djokovic (trois fois) et Stan Wawrinka (une fois, le seul à ne pas avoir été sacré n°1 mondial).

DfMfOCjXcAA2vpq

Si on prend les statistiques de Rafael Nadal sur terre battue, c’est encore plus parlant. Les chiffres parlent pour lui. Nadal sur terre battue en 2018, ce sont 23 victoires pour une seule défaite, survenue face à l’Autrichien à Madrid. Rien d’alarmant pour le taureau de Manacor, puisque le tournoi madrilène est celui qui lui réussit le moins lors de cette période sur terre battue, tout simplement à cause de l’altitude. Lors de son parcours sur ce Roland-Garros 2018, l’Espagnol s’est montré intraitable, ne perdant qu’un seul set, en quarts de finale, face à l’Argentin Diego Schwartzman (n°12). À part ce petit écart, il a été intraitable. Passé l’inquiétude suscitée par Simone Bolelli au premier tour (l’Italien n’est pas passé loin de remporter le troisième set), il n’a laissé que quatre jeux à Guido Pella et sept à Richard Gasquet. Si Maximilian Marterer l’a une nouvelle fois poussé au jeu décisif en huitièmes de finale, il a balayé la menace en l’emportant 7 points  à 4. Face à Scwhatrzman, après une interruption due à la pluie, il est revenu plus conquérant pour ne lui laisser que sept jeux. Il n’en a pas lâché un de plus à Juan Martin Del Potro (n°6) en demies, qui ne l’a pas inquiété le moins du monde. On le sait, Nadal est de plus en plus fort au fur et à mesure que le tournoi avance, et une seule chose pourrait venir mettre un grain de sable dans sa magnifique machine.

DfL5eXVUcAA6BZy

Cet élément, c’est la météo. Des orages sont prévus ce dimanche 10 juin dans le ciel parisien. Il pourrait pleuvoir et même y avoir de la grêle. Les conditions de jeu, notamment le terrain, seront donc différents des demi-finales. La terre battue serait alors plus lourde et le n°1 mondial n’aime pas ça. Son lift est moins efficace, et ce genre de conditions atmosphériques le rendent nerveux. Nous l’avons déjà vu à Rome, où il a longtemps été malmené par le n°3 mondial Alexander Zverev. Cela s’est aussi vu lors de son quart de finale contre Diego Schwartzman. sans renier le talent de l’Argentin, s’il a pris un set à Nadal, c’est aussi parce que les conditions étaient plus lourdes et qu’il n’était pas vraiment à l’aise en début de partie. Voilà l’élément important à prendre en compte et qui pourrait jouer en faveur de Dominic Thiem ce dimanche.

Dominic Thiem a déjà battu le n°1 mondial et il peut le refaire.

En effet, depuis 2017, il est le seul joueur à avoir battu Rafael Nadal sur terre battue. Et c’est arrivé deux fois (Madrid 2017 et Rome 2018). Si les conditions météorologiques sont plus lourdes, comme nous en parlions un peu plus haut, cela jouera en faveur de l’Autrichien. À lui d’être agressif dès le début et de trouver les clés pour embêter l’Espagnol, surtout si ce dernier ne démarre pas tambour battant. Quand il l’a battu sur une surface qui est pour lui aussi sa préférée, il a su prendre le jeu à son compte en se montrant ultra agressif pour priver le Majorquin de temps. Cela s’est encore vu à Madrid il y a quelques semaines : Thiem prenait la balle plus tôt, et il agressait Nadal sur son coup droit pour s’ouvrir le court de l’autre côté. Mais est-ce que ce sera suffisant pour détrôner le roi à Roland-Garros ?

DfM28XHV4AA01_H

Certainement pas. Sur un match aux meilleurs des cinq sets,  Nadal a largement le temps de s’adapter à la tactique de l’Autrichien et d’ajuster son propre schéma tactique. Thiem devra alors se montrer très fort, et c’est là un autre élément important de ce match. Tout comme le n°1 mondial, le n°8 au classement ATP est en confiance sur terre battue. Il affiche un bilan en 2018 de 18 victoires pour 4 défaites, dont une face à Nadal à Monte-Carlo. Rappelons-nous qu’il a été titré à Lyon juste avant d’arriver à Paris et qu’il surfe sur cette confiance, n’ayant plus perdu lors de ses dix derniers matchs sur ocre. Cette confiance accumulée pourrait l’aider dans les moments un peu chaud, comme ce fut le cas vendredi lors du jeu décisif du deuxième set face à Marco Cecchinato (n°72). Ceci dit, Thiem peut encore avoir des côtés friables et il devra s’en méfier. Il a déjà perdu trois sets tout au long de son parcours, face à Stefanos Tsitsipas (deuxième tour), Matteo Berrettini (troisième tour) et Kei Nishikori (huitièmes de finale). Cependant, en quarts et en demies, il a été intraitable : il n’a laissé que sept jeux à Alexander Zverev (certes un peu diminué) et la frayeur du tie break de la deuxième manche passé, il n’a plus laissé qu’un seul petit jeu à Cecchinato.

Face-à-face : la balance penche en faveur du n°1 mondial

Si on prend les affrontements entre les deux joueurs, qui ne se sont rencontrés que sur terre battue, la première fois en 2014, la balance penche en faveur de Rafael Nadal. Il mène six à trois face à Dominic Thiem, qui s’était imposé une première fois à Buenos Aires en 2016, puis comme on l’a déjà évoqué à Rome en 2017 et à Madrid cette année. L’Autrichien ne s’est imposé que dans un format en deux sets gagnants face à l’Espagnol, ce qui change complètement la donne. En effet, les deux joueurs se sont déjà rencontrés Porte d’Auteuil, deux fois (en 2014 et 2017). À chaque fois, le Majorquin s’est imposé en trois sets. Thiem n’a donc jamais remporté un set face à Nadal à Roland-Garros. Y pensera-t-il dimanche quand il entrera sur le Court Philippe Chatrier ?

DfNO-JaV4AELRc4

Peut-être, mais cela n’entachera en rien sa confiance. Le protégé de Gunther Bresnik connaît l’attitude et la tactique à adopter face au protégé de Carlos Moya. Vendredi, en conférence de presse, après sa victoire en demies, il a d’ailleurs déclaré : « Nadal sera le favori en finale. Il est toujours le favori sur terre, et ce quel que soit son adversaire. Mais je sais comment jouer contre lui. J’ai un plan. Je l’ai déjà battu plusieurs fois. Dimanche, j’essaierai de jouer comme il le faut ici, pas forcément comme je l’ai fait à Madrid ou à Rome. Ici, c’est plus difficile. Il préfère les conditions de Roland que celles de Madrid, c’est certain. Et puis ici, on joue en cinq sets, c’est différent. Je pense avoir les armes et la forme physique nécessaires pour y arriver. Il y aura forcément beaucoup de pression, ça sera une finale de Grand Chelem, j’ai déjà laissé beaucoup d’énergie derrière moi. Mais contre Rafa, la pression ne sera pas sur moi. » Dominic Thiem sait donc à quel point son adversaire voudra réaliser la « Undecima » et la pression qu’il peut se mettre sur les épaules. Lui jouera sa première finale en Grand Chelem et il pourrait aussi être rattrapé par l’événement, mais il semble très en confiance et sûr de lui. C’est un fin tacticien et il saura comment aborder ce match.

DfMGBoZXkAISt7a

Pourtant, de l’autre côté du filet se dressera un homme qui a déjà disputé 23 finales en Grand Chelem. L’Espagnol connaît ce genre de matchs par cœur. Même s’il sera nerveux, comme souvent, il ne montrera rien et saura gérer ses émotions. Il prend tous ses adversaires au sérieux et il sait à quel point le n°8 mondial peut être dangereux sur ocre. « Je pense que dimanche, j’aurai un match très compliqué face à un adversaire qui joue très bien. Je sais que je vais devoir jouer mon meilleur tennis pour avoir des chances de gagner. Le point positif, c’est que j’ai joué beaucoup de bons matches sur terre battue cette saison. Dimanche, c’est le bon jour pour donner le meilleur de moi-même et même augmenter un peu plus mon niveau », a-t-il déclaré vendredi en conférence de presse. Ce qui est presque sûr, c’est qu’il y aura un beau combat sur le Court Philippe Chatrier ce dimanche. Espérons voir une finale en cinq sets avec une issue joyeuse pour l’un des deux joueurs. D’un côté, un onzième titre record qui s’ajouterai à la légende de Rafael Nadal. De l’autre, un premier titre en Grand Chelem et une autre première pour Dominic Thiem : être le premier et le seul joueur à battre l’Espagnol chez lui, à Roland-Garros. Les jeux sont faits.

DfN1RupVMAAFd95

Crédit photos : @rolandgarros

 

À LIRE AUSSI :

La date de reprise de Federer, Norman de retour avec Wawrinka, Murray encore absent et le décès de Bueno : les infos de la semaine

 

Roland-Garros – Simona Halep pour un premier Grand Chelem ou vers une consécration de Sloane Stephens ?

Roland-Garros – Il serait urgent de se doter d’un toit (et éventuellement d’éclairage) !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s