Au cœur de l'action

Roland-Garros – Il serait urgent de se doter d’un toit (et éventuellement d’éclairage) !

Ce mercredi, les spectateurs qui avaient des places sur le Court Philippe Chatrier et sur le Court Suzanne Lenglen ont dû être très frustrés. Et pour cause, les derniers quarts de finale masculin entre Rafael Nadal et Diego Schwartzman d’un côté, puis entre Juan Martin Del Potro et Marin Cilic de l’autre, n’ont pu se terminer à cause de la pluie. Alors, si les organisateurs du tournoi ne peuvent rien contre les conditions météorologiques, ne peuvent-ils pas établir une programmation plus souple en attendant d’avoir un toit et de l’éclairage ? En effet, les deux matchs féminins prévus en début de programme n’ont débuté qu’à 14h alors que l’on savait qu’il allait pleuvoir entre 18h et 19h… Analyse d’une fin de journée morose et d’un problème qui n’en finit pas de revenir sur le tapis.

DfBo2rrXcAUQj_Z


Roland-Garros, tournoi du Grand Chelem à la traîne

DEDKg6VXYAM0ALLCe n’est pas la première fois que l’on parle du problème du toit et de l’éclairage Porte d’Auteuil. Plusieurs fois depuis le début de la quinzaine, des matchs ont été interrompus par l’obscurité. Alors, même si on comprend qu’il ne faut pas trop perturber le voisinage, on pourrait être amené à penser que la lumière est indispensable au moins sur les deux courts principaux du Stade Roland-Garros. Mais il n’en est rien, et là-dessus Paris est largement à la traîne comparé à Melbourne, New-York ou encore Londres. En effet, cela fait bien longtemps qu’il y a de l’éclairage à l’Australian Open et à l’US Open, qui peuvent jouir de magnifiques « night sessions » le soir venu. À Melbourne, cela va faire trente ans que le court central possède un toit et aujourd’hui, les trois premiers courts en ont un. À New-York, le Stadium Arthur Ashe a été couvert en 2016, et le deuxième court le sera en septembre prochain lors de la prochaine édition du tournoi. Quant à Wimbledon, ils n’ont pas d’éclairage mais ils ont  un toit sur le Centre Court depuis 2009, et le Court n°1 en aura un en 2019. Pendant ce temps-là à Roland-Garros, la France est à la traîne et nous passons pour des amateurs…

Rappelez-vous, en 2016, nous avions déjà entendu ce genre de débats lors d’une édition fortement perturbée par la pluie. Qu’est-ce qui a changé depuis deux ans ? Pas grand chose, si ce n’est qu’on nous promet toujours un toit sur le Court Philippe Chatrier pour 2020. En attendant ? Les joueurs et les joueuses doivent toujours s’adapter à des conditions changeantes, orageuses cette semaine, et qui peuvent faire tourner un match. Prenez le quart de finale entre Rafael Nadal (n°1) et Diego Schwartzman (n°12) qui se jouait sur le Central. L’Argentin démarre pied au plancher, il prend l’Espagnol à la gorge et parvient à remporter la première manche. En pleine confiance, il prend l’avantage dans le deuxième set, fait le break et… Il se met à pleuvoir ! Cela ne vous rappelle rien ? Oui, c’est ça, la finale du Masters 1000 de Rome : Nadal avait déjà été sauvé par la pluie. Malmené par Alexander Zverev (n°3), la pluie était venue à sa rescousse et au retour de la pause, le taureau de Manacor avait repris ses esprits et avait conclu le match par une victoire. Ce mercredi, cela s’est passé un peu de la même façon. Les joueurs sont revenus jouer vingt minutes à peine, le temps pour le Majorquin de refaire son break de retard, de mettre Schwartzman un peu dans le dur et de mener 5-3 dans le deuxième set. Sans oublier le match du Court Suzanne Lenglen entre Marin Cilic (n°4) et Juan Martin Del Potro, qui avait débuté un peu plus tard. Les deux hommes en étaient à une parfaite égalité, cinq points partout dans le jeu décisif de la première manche. Dommage de devoir stopper un tel face-à-face.

DfBSf-KUYAA73W8Alors, comme l’a scandé ce cher Lionel Chamoulaud aux commentaires sur France 2 : « On veut le toit ! » Comment ne pas être d’accord avec lui ? Au-delà du fait de ne plus voir ce match à la télévision, nous avons pensé aux spectateurs présents : ils ont dû payer cher leur place pour ne pas voir les matchs dans leur intégralité, et s’ils travaillent demain ils ne pourront pas revenir voir leur chouchou (quel qu’il soit). Nous avons aussi pensé aux joueurs : pour un tournoi du Grand Chelem, demander à des top players de revenir sur un jour de repos, en fin de tournoi, alors que les deux premiers demi-finalistes auront eu au total deux jours sans jouer, cela commence à faire beaucoup. Et après, nous allons nous étonner que Roland-Garros ne soit pas le Grand Chelem préféré de certains joueurs et qu’ils refusent de venir (même si c’est pour d’autres raisons).

Un tollé sur les réseaux sociaux

En attendant 2020 et un toit sur les courts Philippe Chatrier et Suzanne Lenglen, la toile s’est enflammée ce mercredi soir à l’annonce du report des matchs pour le lendemain. On peut comprendre la colère des internautes, comme celle des spectateurs et téléspectateurs. Nous qui sommes français, nous avons l’impression de passer pour des guignols auprès du monde entier, ce qui à notre avis n’est pas complètement faux. Sur Twitter, nous avons même pu voir resurgir un article d’Eurosport datant de 2012, et qui faisait déjà un état des lieux de ce manque de toit et d’éclairage Porte d’Auteuil.

Une fois ce constat effectué, vous serez d’accord avec nous, personne n’y peut rien s’il s’est mis à pleuvoir ce mercredi. Pourtant, les organisateurs du tournoi savaient qu’il devait pleuvoir. Comme tous les ans, ils ont fait le choix de débuter les matchs du Court Philippe Chatrier et du Court Suzanne Lenglen à 14h, prenant le risque de ne pas aller jusqu’au bout. Qu’est-ce qui les empêchait de faire débuter les matchs à 11h, comme lors des premiers tours du tournoi ? Rien, si ce n’est une question d’argent et de droits TV. Comme toujours dans notre monde, l’argent est roi et les acteurs de notre sport en subissent les conséquences. Beaucoup de gens seront en accord avec nous, on aurait pu faire commencer les rencontres entre Simona Halep et Angelique Kerber d’un côté et entre Garbiñe Muguruza et Maria Sharapova de l’autre plus tôt, pour que ces messieurs aient le temps d’aller jusqu’au bout. Pas de misogynie mal place, si la situation avait été inverse, nous aurions fait le même constat. Bref, au lieu de cela, un déséquilibre s’installe dans les derniers tours et ce n’est pas la première fois.

DfBer-jUEAAqS34En effet, les deux premiers qualifiés pour les demi-finales, Dominic Thiem (n°8) et Marco Cecchinato (n°72), auront eu deux jours pleins de repos avant leur rencontre qui aura lieu vendredi. De leur côté, les vainqueurs des deux autres quarts de finale devront enchaîner un troisième jour de compétition. On s’explique : ils ont débuté leur rencontre mercredi en fin d’après-midi et reviendront la terminer jeudi à partir de midi. Puis, ils devront s’affronter en demies dès vendredi. Vous voyez le déséquilibre, dans un tournoi du Grand Chelem exigeant physiquement ? Et après, on va s’étonner que les joueurs soient blessés et qu’il y ait des abandons, mais si on joue avec leurs organismes à cause d’une programmation mal sentie, où va-t-on ! Nous finirons avec ces mots : ce n’est pas parce que Roland-Garros va se doter d’un toit – sur le Central pour commencer – en 2020 si tout va bien que tous les problèmes vont se régler. Sans éclairage sur tous les autres courts, seuls les chanceux qui évolueront sur le Central pourront jouir des bénéfices d’un toit. Pour les autres courts, les interruptions seront toujours bien réelles, et passé 2020, cela fera vraiment tâche dans le paysage du tennis mondial. Roland-Garros compte-t-il rester le Grand Chelem le plus en retard au niveau des installations, ou compte-t-il rattraper un jour ce retard (si c’est encore possible, vu la vitesse à laquelle les autres tournois évoluent) ?

Crédit photos : @rolandgarros & @wimbledon

À lire aussi :

Reportage – Savez-vous vraiment qui était Roland Garros ?

 

Roland-Garros – Quel destinée pour Novak Djokovic et Alexander Zverev en Grand Chelem ?

6 réflexions au sujet de “Roland-Garros – Il serait urgent de se doter d’un toit (et éventuellement d’éclairage) !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s