Au cœur de l'action

Rome – Affaire Pliskova : le Hawk-Eye devrait-il aussi être introduit sur terre battue ?

Depuis quelques jours à Rome, une question commence à se poser, suite à plusieurs problèmes rencontrés par les joueurs et les joueuses sur les courts du Foro Italico. Cette question concerne l’arbitrage vidéo, qui existe depuis 2006 chez les pros et que l’on trouve désormais sur tous les tournois des circuits ATP et WTA sauf… les tournois joués sur terre battue. Ce qui ne semblait pas être un problème au départ, puisque sur terre, il y a toujours une trace. Seulement, comme on a pu le voir ce mercredi à Rome, des litiges peuvent exister entre un arbitre de chaise et un joueur (une joueuse) qui ne sont pas d’accord sur la marque laissée par la balle sur le court. Ce qui nous amène à nous poser une question : faudrait-il introduire le Hawk-Eye aussi sur terre battue ? N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez, votre avis nous intéresse !

ddupeaswsaawaot.jpg


Karolina Pliskova pète les plombs à cause d’une erreur d’arbitrage

Commençons par un rappel des faits, vous êtes peut-être passés à côté de cela ce mercredi ! Deuxième tour du tournoi Premier Event de Rome, la Tchèque Karolina Pliskova (n°5) affronte la Grecque Maria Sakkari (n°42). Nous sommes dans le troisième set, la tension est à son comble car le score est de cinq jeux partout. La Tchèque a remporté la première manche, la Grecque la deuxième. Son jeu embête beaucoup la lauréate du tournoi de Stuttgart, récente demi-finaliste à Madrid. 40A, Pliskova sert avec puissance, Sakkari remet comme elle peut une balle qui retombe juste derrière le filet. Pliskova s’avance, laisse la balle rebondir et lâche un smash qui semble être dans les limites. Seulement, la juge de ligne aurait annoncé faute et l’arbitre de chaise va aller dans son sens. Pourtant, la Tchèque est sûre que sa balle est bonne et qu’elle n’a même pas touchée la ligne. Elle va discuter avec l’arbitre mais ni elle ni sa juge de ligne ne sont capables de montrer la marque de la balle. Pliskova va perdre le point, son service dans la foulée et le match 7-5 au troisième set. Furieuse, elle refusera de serrer la main de l’arbitre et va aller jusqu’à fracasser sa raquette contre la chaise d’arbitre, provoquant la stupeur de Sakkari. Les images de l’incident ci-dessous, où on voit bien au ralenti que la balle de la Tchèque est dans les limites du court :

Les réactions ne se sont pas faites attendre. À commencer par celle de Maria Sakkari qui, comme les arbitres (à raison semble-t-il), n’aurait pas vu la marque de la balle : « Je n’ai pas vraiment vu la balle parce que j’étais de l’autre côté du court », a-t-elle déclaré en conférence de presse. « J’ai juste entendu ‘faute’. Ce n’est pas de chance que ce soit arrivé lors d’un bon match, dans une bonne ambiance, c’est une grande adversaire et évidemment quand je l’ai vue de l’autre côté du filet, je me suis dit ‘elle fait 1m90, elle ne va pas louper cette balle !’. C’est une raison de plus pour introduire la Hawk-Eye sur terre battue. » Et c’est bien la question. Cette erreur remet au goût du jour un sujet brûlant dans le monde du tennis.

En attendant, Marta Mrozinska, l’arbitre de chaise de la rencontre, a subi le courroux du commentateur et ex-joueur Brad Gilbert, qui a déclaré : « Elle mérite d’être suspendue immédiatement de ses fonctions d’arbitre de chaise. Quelle est son explication pour ne pas avoir vérifié la marque de la balle ou avoir demandé à la bonne personne de regarder la ligne sur le court ? » Et ce n’est pas le seul. Kristyna Pliskova, la sœur de la n°5 mondiale, s’est exprimé à travers un tweet rempli de colère : « La pire [arbitre] que j’ai jamais vue et j’espère que cette dame, Marta Mrozinska, ne jugera plus jamais un seul de mes matchs ou de ceux de Karolina. »

D’autres problèmes sont survenus depuis le début de la saison sur terre…

Ce mercredi, un petit problème a également surgi lors de la victoire du Japonais Kei Nishikori (n°24) sur le Bulgare Grigor Dimitrov (n°4). Rien de grave et un fait de jeu qui n’a pas fait autant de vagues que celui de Pliskova, mais tout de même. Sur un court annexe, même l’Américain Steve Johnson (n°48) aurait subi une petite erreur d’appréciation de la part d’un arbitre lors de sa rencontre face à l’Espagnol Pablo Carreño Busta (n°11). Sa réaction ? « Ok », et il a repris le jeu sans discuter. On dirait que les joueurs, dès qu’ils foulent la terre battue, se font à l’idée d’un petit retour en arrière et de la possibilité de subir des erreurs d’appréciation de la part des juges de ligne et des arbitres de chaise. Pourtant, rappelez-vous de la réaction de Dimitrov (encore lui !) face à un arbitre qui montrait – apparemment – la mauvaise marque laissée par la balle. C’était lors du tournoi ATP 500 de Barcelone il y a quelques semaines :

Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais au mois d’avril 2017, c’est David Goffin qui avait subi une erreur à son tour, alors qu’il affrontait Rafael Nadal en demi-finales du tournoi de Monte-Carlo. Victime d’une erreur d’arbitrage sur une balle de 4-2 au premier set, le Belge était ensuite sorti du match, laissant son adversaire s’imposer finalement en deux sets. L’histoire ne dit pas s’il aurait gagné, mais breaker le taureau de Manacor sur terre battue et tenir son break, c’est assez rare pour ne pas qu’en plus, on vienne vous voler un point et donc un jeu… Et on pourrait multiplier les exemples en remontant dans le temps ! D’où la question du jour ce mercredi à Rome, remise au goût du jour : quand verra-t-on le Hawk-Eye sur terre battue ?

Depuis son introduction en 2006, le système d’arbitrage vidéo a pourtant reçu que des encouragements de la part des joueurs. Finis les litiges sur dur ou sur gazon, là où la balle ne laisse pas de traces. Finies les situations similaires à celle vue hier lors du match Pliskova-Sakkari. Alors pourquoi, en 2018, le Hawk-Eye n’est-il toujours pas utilisé sur terre battue ? Certains avancent des problèmes par rapport aux chaînes de télévision qui diffusent le tennis. Pourtant, ce sont les mêmes chaînes qui diffusent les tournois joués sur d’autres surfaces, et la présence du Hawk-Eye ne les gênent pas. D’autres avancent encore que la trace est bien visible sur terre battue et que l’arbitrage vidéo n’est pas nécessaire. Apparemment, si ! L’homme (et la femme) ne sont pas infaillibles et une erreur de marque, comme nous l’avons déjà vu plusieurs fois cette année, est toujours possible. Non, le seul argument qui pourrait faire penser que l’on repousse l’utilisation du Hawk-Eye sur terre battue est un élément technique. En effet, en 2016, on lisait dans la presse internationale que pour utiliser le Hawk-Eye sur terre battue, il faudrait d’abord passer par quelques ajustements techniques. Le système utilisé devrait être remis à zéro après chaque match, ce qui demande 30 minutes, à cause du fait que c’est une surface qui bouge beaucoup plus comparé au dur ou au gazon. Voilà une raison valable mais il faudrait, messieurs les décideurs, sérieusement penser à introduite le système vidéo sur terre battue…

DdVbv0IWsAE4cN2

À LIRE AUSSI :

FFT – La semaine des Français : Okala, Guez et Ramialison titrés en ITF, Garcia se fait remarquer à Madrid

 

Madrid – Kvitova et Zverev, reine et roi d’Espagne

 

ATP – Classement Next Gen : Zverev s’envole, Shapovalov gagne des points

 

WTA – Caroline Wozniacki pourrait devenir n°1 à Rome, si…

 

5 réflexions au sujet de “Rome – Affaire Pliskova : le Hawk-Eye devrait-il aussi être introduit sur terre battue ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s