TOURNOIS

Le joueur de la semaine – Rafael Nadal, l’ogre affamé de terre

Il y a quelques jours, nous nous demandions si le n°1 mondial allait trouver un adversaire de taille pour contester, comme chaque année, son hégémonie sur terre battue. Oubliés les pépins physiques et les doutes, il vient de nous envoyer sa  réponse en pleine poire ! Il est bien de retour en forme avec l’arrivée du printemps et du jeu sur terre battue. En témoigne sa onzième victoire – un record – sur le Rocher de Monte-Carlo, le premier Masters 1000 de l’année sur ocre. En 2017, on parlait de « Decima », cette année on peut utiliser le terme « Undecima » pour qualifier cette nouvelle victoire, le tout sans perdre un set de la semaine. Retour sur cette victoire de haute voltige mais aussi sur les autres joueurs qui ont fait cette édition 2018 du Rolex Monte-Carlo Masters.

DbZ1qL5WsAAxpXK


  • Sur terre battue, Rafael Nadal revit et nous fait une « Undecima »…

Cela sonne comme une évidence mais quand on voit la fin de saison 2017 et le début d’année 2018 de l’Espagnol, c’était loin d’être gagné… Pourtant, comme chaque année, dès qu’il pose le pied sur l’ocre, le taureau de Manacor retrouve de sa superbe. On l’a vu dès la Coupe Davis, où il avait été intraitable en quarts de finale face à Philipp Kohlschreiber (sans surprise) et surtout le n°4 mondial Alexander Zverev.

DbZVSCWX0AAIrunCette semaine, le n°1 mondial Rafael Nadal a encore survolé les débats pour remporter un onzième titre (un record dans le tennis masculin) à Monte-Carlo ! En cinq matchs, il a balayé tous ses adversaires, conservant ainsi une place de n°1 mondial qu’il aurait pu perdre au profit de… Roger Federer. Comme une résurrection, Nadal est invaincu en sept matchs de reprise sur sa terre battue, lui qui avait eu du mal à lancer as saison sur dur. Que dire des scores infligés à ses adversaires ? Au deuxième tour, il infligeait un cinglant 6-1, 6-3 à Aljaz Bedene (n°58). Le Russe Karen Khachanov (n°38) n’a pas fait beaucoup mieux au troisième tour : défaite 6-3, 6-2. En quarts de finale, on se disait que Dominic Thiem (n°7), pouvait représenter le premier vrai test pour l’Espagnol. Que nenni, il a été sorti 6-2, 6-0 en à peine plus d’une heure ! Que dire alors des prestations de Grigor Dimitrov (n°5) et Kei Nishikori (n°36) ensuite ? Sans démériter, le Bulgare a pris 6-4, 6-1 en demi-finale, alors que le Japonais a perdu 6-3, 6-2 ce dimanche en finale. Si Nadal poursuit sur sa lancée, il sera encore archi favori à Roland-Garros (quand a-t-il cessé de l’être ?).

DbZ1rVcWAAAvfjSNous attendons désormais de voir si son corps, souvent meurtri, tiendra le rythme lors des Masters 1000 de Madrid et Rome qui vont s’enchaîner au mois de mai. Car comme le n°1 mondial l’a déclaré lui-même après sa victoire finale : « Je dois profiter car ce n’est pas tous les jours que l’on remporte un tel tournoi, mais ce n’est pas le moment de s’arrêter et de déconnecter son esprit. Il faut rester concentré. » Concernant sa performance du jour face à Nishikori, voici ce qu’il a dit : « C’était différent de la demi-finale. J’avais le break de retard parce que j’avais commis des erreurs tactiques dans le troisième jeu (du premier set). J’ai eu le debreak immédiatement et j’ai changé légèrement la manière dont je jouais. Je jouais bien mais je trouve que je répétais trop souvent la même chose, trop sur son coup droit ou trop sur son revers. À partir de 2-1, j’ai commencé à plus varier et le match a changé. Kei était sans doute fatigué et cela m’a encouragé à le faire bouger. Ouvrir les angles avec le revers était important pour ensuite changer de direction. J’ai été solide. » Enfin, en conférence de presse, il est revenu sur ce record que constitue cette onzième victoire dans un même tournoi. Aucun autre joueur n’a réalisé une telle performance. Voici ce que Rafael Nadal en pense : « J’ai conscience que ce genre de choses n’arrivera pas éternellement, alors il faut juste essayer de profiter et jouer avec passion, énergie et amour pour ce sport tant que je le peux. Je sais que le jour où je devrai dire au revoir est plus proche qu’il y a dix ans. Alors j’apprécie chaque jour et j’essaie d’avoir la meilleure attitude possible pour continuer à être heureux de jouer au tennis. C’est un sentiment spécial de gagner ici, à Monte-Carlo, car c’est le premier tournoi de l’année que je finis (…) Remporter 11 titres ici est incroyable, c’est quelque chose de difficile à imaginer. L’histoire avec ce tournoi est unique. Maintenant je le répète, mais si j’y suis arrivé, quelqu’un d’autre peut le faire. » 

DbZVSt0X4AA1lGu

  • Derrière Nadal, Kei Nishikori revient en grande forme.

DbUb9A3XUAAJaH6Derrière Nadal, il faut tout de même noter la performance de Kei Nishikori (n°36), de retour au sommet après une saison 2017 gâchée par des blessures. Dans l’ombre, il est revenu petit à petit, jouant des Challengers et reprenant goût au circuit pas à pas. Avec  cette finale, il a montré qu’il allait falloir à nouveau compter sur lui et qu’il avait soif de victoires (pour peut-être retrouver le Top 10 au plus vite). En quarts et en demies, le Japonais a réalisé de très belles perfs en sortant respectivement le n°3 mondial Marin Cilic en trois sets 6-4, 6-7 (1), 6-3 et le n°4 mondial Alexander Zverev en trois sets 3-6, 6-3, 6-4.

DbXfDrMW4AcpixfPar ailleurs, Grigor Dimitrov (n°5) a aussi atteint les demies, une performance honorable pour lui dans ce premier tournoi de l’année joué sur terre battue. S’il maintient son niveau de jeu, il pourrait venir jouer les trouble-fêtes sur cette saison sur ocre. De retour après sa blessure à l’œil, le Belge David Goffin (n°10) a atteint les quarts, seulement battu par Dimitrov (6-4, 7-6 (5)). La petite déception provient de l’Autrichien Dominic Thiem (n°7), quart de finaliste malheureux, balayé par la puissance de Nadal (6-2, 6-0). 

DbQr9TTXcAA5heP

  • Et la suite ?

La suite, comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, ce sont les Masters 1000 de Madrid et de Rome, qui se joueront en mai après l’ATP 500 de Barcelone. On verra alors si l’hégémonie du n°1 mondial est totale encore cette année, ou si un joueur arrive à lui mettre des bâtons dans les roues. On pense encore à Dominic Thiem, même s’il ne semble pas avoir la clef pour gêner Nadal. On peut aussi évoquer l’Argentin Juan Martin Del Potro (n°6), un des joueurs en forme de ce début de saison. Titré à Indian Wells il y a quelques semaines, peut-il réellement faire le poids sur terre battue face à l’Espagnol ? Nous aurons les premiers éléments de réponse à Madrid, où la tour de Tandil débutera sa saison sur terre battue. N’oublions pas Alexander Zverev, Grigor Dimitrov et Kei Nishikori, les demi-finalistes et finalistes de cette édition 2018 du Rolex Monte-Carlo Masters. Et si Novak Djokovic (n°13), qui a semblé reprendre des couleurs à Monaco (malgré une défaite 6-7 (2), 6-2, 6-3 en huitièmes face à Thiem), venait reprendre son face-à-face brûlant face au taureau de Manacor ? Tout ce que l’on peut espérer, c’est que Rafael Nadal trouvera quelques joueurs pour le gêner et le pousser dans ses retranchements. Car honnêtement, quand on voit ce qu’il a fait sur le Rocher, cela semblait trop facile.

3 réflexions au sujet de “Le joueur de la semaine – Rafael Nadal, l’ogre affamé de terre”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s