Au cœur de l'action

Miami – Sloane Stephens et Jelena Ostapenko : les revenantes

Elles ont toutes les deux remporté leur premier tournoi du Grand Chelem en 2017. Depuis, l’une comme l’autre étaient restées assez discrète, notamment en ce début de saison 2018. Seulement voilà, au moment où on s’y attendait peut-être le moins, voilà que l’Américaine Sloane Stephens et la Lettonne Jelena Ostapenko refont parler la poudre. Elles s’affronteront en finale du tournoi de Miami ce samedi, pour savoir qui prendra la succession au palmarès de Johanna Konta. Nous faisons ici le point sur leur début de saison fantomatique et sur leur résurrection en Floride.


Ces deux joueuses ont une sorte de destinée en commun. Elles ont toutes deux eu du mal à se remettre de leur première victoire en Grand Chelem, mais elles refont parler d’elle au moment où on ne s’y attendait plus. En effet, Jelena Ostapenko, qui a remporté Roland-Garros en 2017 et Sloane Stephens, lauréate de l’US Open cette même année, ont très peu gagné depuis leurs sacres. Mais elles sont bien en finale du Miami Open, où elles se disputeront le trophée.

DZRagxEV4AATZDcCommençons par nous focaliser sur la Lettonne Jelena Ostapenko, aujourd’hui encore n°5 mondiale. Pourtant, la jeune joueuse de 20 ans enregistrait avant le début du tournoi de Miami un ratio de 4 victoires pour 7 défaites. Son meilleur résultat en ce début d’année était un quart de finale au tournoi de St Pétersbourg. De plus, elle n’avait remporté aucun match face à une joueuse du Top 20. Toutes ces statistiques faisaient tâche pour une joueuse du Top 10. D’autant plus que depuis son sacre Porte d’Auteuil, elle ne comptait que 23 victoires pour 16 défaites. Pas super non plus. Cependant, à l’heure où elle va rentrer dans une période où elle aura beaucoup de points à défendre, Jelena Ostapenko semble reprendre des couleurs. À commencer par le tournoi de Miami, qui est son meilleur tournoi jusque-là. En effet, elle vient d’enchaîner pour la première fois depuis de nombreux mois cinq victoires d’affilée, tout cela en battant deux joueuses du Top 10, une première pour elle en 2018. Pour atteindre la finale du Miami Open, la Lettonne a dominé Petra Kvitova (n°9) en huitièmes de finale (7-6 (4), 6-3) et elle a également battu Elina Svitolina (n°4) en quarts de finale (7-6 (3), 7-6 (5)).

DZerKKuWkAAKHuSEn ce qui concerne Sloane Stephens (n°12), c’est un petit peu le même constat. Avant le tournoi de Miami, elle avait très peu joué, étant même absente à l’Australian Open en janvier. En trois tournois, elle avait un ratio de 3 victoires pour 3 défaites. Rien de mirobolant. L’Américaine de 25 ans a elle aussi eu du mal à digérer son titre acquis à l’US Open en septembre dernier, gênée il est vrai par des pépins physiques. La fin de l’année 2017 a d’ailleurs été catastrophique : aucune victoire et quatre défaites de rang (dont deux aux Masters bis). Ce qui faisait un ratio de 3 victoires pour 7 défaites avant le Miami Open. Mais comme sa future adversaire en finale, elle semble reprendre du poil de la bête en Floride. En effet, Sloane Stephens a elle aussi enchaîné cinq victoires de rang pour la première fois depuis des mois. Et comme son adversaire, elle a battu deux joueuses du Top 10 pour atteindre la finale : Garbiñe Muguruza (n°3) en huitièmes de finale (6-3, 6-4) et Angelique Kerber (n°10) en quarts de finale (6-1, 6-2). C’est elle aussi qui a stoppé les véhémences de retour au premier plan de la Biélorusse Victoria Azarenka, tant à Indian Wells qu’à Miami.

DZhas1xU0AEOXGIAu-delà des statistiques, on peut donc voir que les deux joueuses ont repris confiance et que leur jeu s’en ressent tout de suite. Sans confiance, impossible pour elles de prendre la balle tôt et de faire mal à leurs adversaires avec des points gagnants. Mais tout cela revient petit à petit, ce qui chamboule un peu plus l’ordre établi aux sommets du tennis féminin, un ordre fragile depuis des années. En effet, les trois premières mondiales ne sont pas au top de leur forme. Comme nous l’avons déjà évoqué, Garbiñe Muguruza (n°3) a été battue dès les huitièmes du Miami Open par Sloane Stephens. De plus, la n°1 mondiale Simona Halep a perdu au troisième tour (battue par Agnieszka Radwanska 3-6, 6-2, 6-3), tout comme la n°2 mondiale Caroline Wozniacki (qui a chuté contre Monica Puig 0-6, 6-4, 6-4). N’oublions pas Victoria Azarenka (n°186), qui a bousculé les choses en atteignant les demi-finales en Floride, seulement battue par Stephens comme nous l’avons évoqué plus haut. Il est juste dommage pour la Biélorusse qu’elle soit encore empêtrée dans des problèmes judiciaires liés à la garde de son fils, car elle pourrait revenir au plus haut niveau…

Ce samedi, Sloane Stephens et Jelena Ostapenko tenteront donc de remporter un premier trophée depuis plus de six mois. Ce qui représentera leur résurrection et leur plus beau parcours en 2018. Ce sera leur premier face-à-face, et il est difficile de placer l’une des deux joueuses comme la favorite de cette rencontre. Nous verrons bien qui prendra le dessus psychologique sur une rencontre qui s’annonce en revanche détonnante !

 

1 réflexion au sujet de “Miami – Sloane Stephens et Jelena Ostapenko : les revenantes”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s