Interviews

Rencontre avec… Grégoire Barrère

Grégoire Barrère, ce nom ne doit pas vous être inconnu… En 2016, à 22 ans, il avait atteint son meilleur classement, une 187ème place mondiale très prometteuse. Je me souviens, quant à moi, l’avoir rencontré au Challenger de Bordeaux Primrose. J’avais eu la chance d’interviewer un joueur très sympathique, avec la tête sur les épaules. Seulement voilà, le tennis n’est pas une science exacte, et l’année 2017 a été celle du cauchemar pour Grégoire. Ce qui, après une petite déprime passagère, ne l’a pas empêché de retourner au travail au sein de la All In Academy de Thierry Ascione. Un gros travail a été effectué, qui porte ses fruits depuis le début de l’année 2018 : Grégoire compte déjà deux titres Futures (15 000 $), et il vient de remporter à Lille ce dimanche son tout premier Challenger à Lille. Conséquence : il va remonter au classement mondial et rêve déjà de pouvoir participer aux qualifications de Roland-Garros… Rencontre avec un jeune joueur français au parcours semé d’embûches mais qui a su ne pas lâcher.DZSSzQTWAAEz_sx


Bonjour Grégoire, vous avez  remporté le Challenger de Lille ce dimanche, ce qui est votre première victoire dans cette catégorie de tournois. Pouvez-vous nous dire ce que vous avez ressenti au moment de la balle de match et quand vous avez soulevé le trophée ?

J’étais très heureux de gagner mon premier Challenger, en plus en France. Cela vient confirmer les progrès que j’ai fait depuis le début de la saison et montrer que je suis sur le bon chemin pour revenir au classement, avec une régularité depuis le début de la saison sur mes résultats.

DZJBTZiX4AAGbGpL’an dernier, vous avez connu plusieurs galères qui vous ont fait plonger au-delà de la 600ème place au classement mondial. Pouvez-vous revenir là-dessus et nous expliquer un peu ce qu’il s’est passé ?

J’ai commencé à perdre beaucoup de matches, j’avais du mal à retourner à l’entraînement et j’ai eu des points à défendre. Donc tout s’est enchaîné. J’avais perdu la motivation pour repartir en tournoi, j’ai donc fait une pause de trois semaines / un mois sans tennis avant de repartir à l’entraînement et sur le circuit.

Aujourd’hui, vous travaillez au sein de la All In Academy fondée par Thierry Ascione. Depuis quand y travaillez vous et qui est votre entraîneur ? Pouvez-vous nous expliquer quel a été le travail entrepris cet hiver à l’inter-saison ?

J’ai intégré l’académie fin août 2017. Je m’entraîne avec Florent Taupy pour le côté physique, et pour le tennis ça tourne. Mon référent est Mathieu Rodrigues mais je m’entraîne souvent avec Marc Gicquel, Nicolas Copin et Charles-Antoine Brezac qui vient d’intégrer l’académie également. Thierry (Ascione) s’occupe aussi de nous quand il est là, il y a une très bonne ambiance, tout le monde est content de bosser ensemble. Cet hiver, on a surtout bossé le jeu vers l’avant et le physique.

DZJLlT3XUAAaMKTCe travail a vite commencé à porter ses fruits, puisque vous avez remporté deux tournois Futures (15 000 $) en ce début d’année : le tournoi de Bagnoles-de-l’Orne sur terre battue intérieure et le tournoi de Bressuire en indoor. À ce moment-là, dans quel état d’esprit étiez-vous ? Ces deux victoires vous ont-elles apporté la confiance nécessaire pour vous lancer dans un Challenger comme celui de Lille ?

Oui, le travail de l’hiver à vite été récompensé mais je savais qu’en ayant bien bossé et en ayant le bon état d’esprit, je recommencerais à gagner des matches assez rapidement. Donc dès le début, j’étais assez en confiance avant d’arriver sur les tournois. Après avec l’enchaînement des victoires, ça aide aussi à vouloir tenter sa chance dans des qualifs de Challenger.

Ce qui est marrant, c’est que vous ne gagnez qu’en France, trouvez-vous une raison à cela ?

J’adore jouer en France, j’estime que lorsque les tournois sont chez nous, on se doit de les jouer car ils font l’effort d’en organiser. Et surtout, ils sont souvent très bien organisés. On se doit en retour de venir les jouer. Je ne sais pas pour autant pourquoi je gagne plus en France qu’ailleurs, je vais essayer de changer ça et tenter de faire des résultats à l’étranger !

Revenons un peu en arrière. En juillet 2016, vous atteigniez votre meilleur classement, une place de 187ème mondial. Quels étaient alors vos objectifs ? Aviez-vous l’ambition de rentrer dans le Top 100 au plus vite ?

L’objectif était bien sur de rentrer dans les 100 et d’essayer de me qualifier sur les gros tournois. Cela n’a pas été le cas, maintenant c’est du passé. Je ne regarde plus en arrière.

DZSSzQQWkAAX26BVous aviez 22 ans à cette époque, pensez-vous avoir fait une erreur de jeunesse en quelque sorte en ayant voulu être trop gourmand ?

Je ne pense pas avoir été trop gourmand, j’aurais peut-être dû enchaîner un peu moins les tournois, prendre plus le temps pour bien m’entraîner et faire des qualifs en ATP 250 en ayant une programmation ambitieuse. Il y a eu une forme de lassitude en enchaînant les tournois et en faisant la course aux points.

Aujourd’hui à 24 ans, vous remontez petit à petit au classement. Grâce à vos trois victoires de ce début de saison, vous voilà tout proche de revenir dans le Top 400. Avez-vous des objectifs en terme de classement pour cette année 2018 ?

Je vais revenir dans le Top 300 lundi prochain (Grégoire sera 278ème). Depuis le début de saison, j’ai pour objectif de revenir dans le Top 200. Donc mon début de saison ne change rien. Il faut continuer àtravailler dans le bon sens et on verra où cela va m’amener.

DZLkvVuVoAUEdQ2Enfin, au vu de vos résultats, vous pourriez peut-être prétendre recevoir une invitation pour jouer Roland-Garros, ou du moins les qualifications. Serait-ce un rêve de pouvoir évoluer en Grand Chelem devant votre public ?

J’ai très envie de rejouer en Grand Chelem, surtout à Roland-Garros. Je suis de région parisienne et j’habite à Boulogne maintenant, donc jouer devant ses proches c’est toujours sympa ! J’espère rentrer avec mon classement. Je ne pense pas à une éventuelle invitation, j’en ai eu beaucoup par le passé. C’est à moi de faire le nécessaire pour être dans le cut des qualifs. Il me reste quelques tournois pour y être.

Merci Grégoire d’avoir accepté de répondre à nos questions et bonne chance pour la suite de votre saison !

Propos recueillis par Yannick Giammona pour « Jeu, set Et Match »

4 réflexions au sujet de “Rencontre avec… Grégoire Barrère”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s